Nos Partenaires

Auteur Sujet: L'humidité dans les chaussures  (Lu 41479 fois)

06 mai 2008 à 21:36:06
Lu 41479 fois

kartoffel


Je pensais que quelques participants auraient fait un petit rapport sur la gestion de l'humidité dans les chaussures.  ::)

C'est toujours moi qui s'y colle.  :(

Va savoir pourquoi je me sens visé  ;D
L'humidité des pompes après une journée de soupe (ou de pluie très forte et prolongée) est l'énorme problème que je subis depuis que j'ai des pompes tout cuir (extérieur et intérieur), par ailleurs très satisfaisantes en terrain sec, en neige dure ou même sous une pluie modérée ou pas trop prolongée.

Je n'ai pas remède à cela et je suis intéressé par les réponses qui vont être apportées.

L'humidité des pompes n'est pas qu'un problème de confort ou d'odeurs. Quand les pieds marinent, ils deviennent douloureux à la longue, et le pied de tranchée menace. Dans un usage de loisir on peut gérer ses déplacements et les temps de séchage en conséquence. Mais lorsqu'on n'a pas cette liberté, si on laisse se déclarer un pied de tranchée on peut dire adieu à sa mobilité, à ses orteils, et plus si affinités.

La neige rentre de trois manières : par les trous, par les coutures et par le cuir.

Les trous. Le haut de la tige est facile à boucher avec des guêtres, quoi que l'intérieur de mes guêtre est toujours très mouillé dans la soupelette. Les petits trous qui sont en bas de la languette là où la jupe des languette se termine sont plus difficiles à boucher mais je pense qu'ils ne comptent pas pour une grande part dans les infiltrations, vu que la jupe des languettes est comprimée en amont. Par contre mes chaussures comportent des trous d'aération en haut de la tige sur l'arrière. Ceux là sont à mon avis des pièges à neige. Normalement les guêtres les recouvrent mais dans les faits quand j'y regarde, il y a toujours de la neige collée à cet endroit.

Les coutures. Aucun problème, un bon coup de cire imperméabilisante sur les coutures et le problème semble réglé.

Le cuir. J'ai l'impression que c'est le pire. J'ai essayé la cire nikwax cuir et la graisse "le phoque" mais aucun de ces produits ne donne de résultats satisfaisants. Did m'a conseillé de lessiver les chaussures avec du nikwax pour cuir (pas la cire) pour rendre le cuir moins hydrophile, puis de mettre une couche de graisse par dessus. Je n'ai pas encore essayé cette solution, d'autant plus que la saison de neige pourrave est terminée pour moi cette année.

Une fois que le cuir et la doublure de la chaussure sont trempées, l'eau est relarguée à la marche pendant des heures. Un séchage au papier journal ne suffit pas du tout à sécher la grolle en profondeur, la chaussure paraît sèche mais l'humidité sera libérée lors du mouvement des mousses et des cuirs.

Le temps de séchage des chaussettes et leur capacité à ne pas se saturer de flotte est aussi primordial à mon avis. Seulement aucune chaussette que je connaisse ne combine à la fois ces qualités là et les qualités mécaniques qui procurent du confort lors de déplacements soutenus.

Le débat est ouvert.

« Modifié: 06 mai 2008 à 21:43:15 par kartoffel »

06 mai 2008 à 21:38:26
Réponse #1

Kilbith


Va savoir pourquoi je me sens visé  ;D

t'avais plein de petit camarades.... ::)

même qui zavaient pas tous des Lowa.


Citer
L'humidité des pompes n'est pas qu'un problème de confort ou d'odeurs. Quand les pieds marinent, le pied de tranchée menace.

Et quand la température tombe ou l'immobilisation oblige : les pieds de cochons arrivent. C'est quand même sympa de pouvoir compter ses orteils pour s'endormir.  ;)


:nana: :nana: :nana:
 


(pour être honnête quatre d'entre nous ont fait de la raquette sous la pluie et dans la poudge 4 heures de plus que moi)
« Modifié: 06 mai 2008 à 22:55:49 par Did »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

06 mai 2008 à 21:43:27
Réponse #2

SAMK


Tient c'est marrant je suis justement en train d'écrire un article pour le wiki (mais pas encore soumis parce que pas fini )et je viens de finir la partie chaussettes  :D

je ne sais pas si ça peu aider c'est un peu HS

Se chausser

Introduction :

Sauf accidents, nos pieds sont les seules parties de notre corps en permanence en contact avec le sol. Ils supportent l’ensemble de notre poids et ceux à longueur de temps. Lors d’une marche prolongée, ils sont les premiers sollicités. C’est pourquoi il est important de ne pas négligé leurs conforts. Il faut pour cela apprendre à se chausser en fonction de ses besoins.

1. Les chaussettes

Ce sont les seuls en contact direct avec le pied. Il faut favoriser un maximum le confort. Des chaussettes trop serré empêche une bonne circulation sanguine, au contraire trop lâche dès plis se formerons pouvant entrainer par la suite des ampoules. Il faut aussi tenir compte le fait que les pieds gonflent lors de l’activité.

Lors des choix d’une paire de chaussettes plusieurs facteurs rentrent en jeu :

-   La réspirabilité, la chaussette doit pouvoir évacuer la vapeur d’eau crée par l’activité du pied

-   La qualité hydrophobe, rien de pire pour les pieds qu’un environnement humide

-   Le séchage rapide, idem

-   La chaleur apporté, ont ne choisira pas la même matière ou le même grammage en été et en hiver.

-   La matière, ne pas oublier le risque d’allergie etc.

-   La forme, le moins de couture possible pour éviter les frottements, le pied est préformés… il existe tout un tas de forme spécifique pour les chaussettes de randonné qui peu apporté un plus ou être un gène.

-   Les odeurs, certaines matières retiennent mieux les odeurs que d’autres.

-   La solidité, a quoi bon avoir de bonne chaussette s’il faut les changer tout les mois.


Les matières :


Coton

Le coton est hydrophile, il absorbe l’humidité, reste mouillé longtemps et n’est pas très respirant. Il n’a cependant que très peu de risque d’allergie et est solide. C’est la matière la moins onéreuse mais pas vraiment adapté à la randonné.

Synthétique

Il est hydrophobe en fonction de sa composition, sèche généralement vite mais retiens les odeurs. Il existe pour cela des traitements aux ions argent parfois efficaces. Risques d’allergie. La solidité dépend des matériaux employés mais moins solide que les chaussettes en coton.

Laine

Elle est hydrophile mais reste chaud même humide, sèche lentement, respirante, elle peut cependant gratter selon ça qualité. Elle retient très peu les odeurs et est solide.
Vous arrivez devant la nature avec des théories, la nature flanque tout par terre

Pierre-Auguste Renoir

06 mai 2008 à 22:02:39
Réponse #3

Woodrunner


Sur des grolles tout cuire l'entretien  dès le début est très important! Une chaussure qui a pris l'eau prendra toujours l'eau!!!

Quand j'était bûcheron les vieux me disaient d'acheter mes chaussures en été de les porter seulement quand il fait beau afin de sécher le cuir et de les saturer de poussière et d'ensuite graisser les chaussures et surtout les briller( les brosser  a sec afin de lustrer le cuir) mon grand-père me disait toujours que ces seules souliers étanche étaient ses mocassins cirés et brillés du dimanche,... et comme il a passé toute ça vie sur les chantiers et en forêt et bien je crois son expérience,...

Pour les produit d'entretien j'ai tout essayé, les graisses de blaireau, les graisses silicone, les graisses de marmotte,...tout et je dois dire que c'est une lotterie, sur les 20 paires de pompes tout  cuire que j'ai eu il n'y en a que trois qui n'on jamais pris l'eau!!! Dernièrement j'ai acheté de la graisse Snowseal et franchement elle est épatante, je la conseil vivement!!!

Pour ce qui est des chaussettes j'ai essayé beaucoup de marque et j'ai pas encore trouvé des chaussettes idéal! Les "grande-mèrem'atricoté" sont pas mal, les Rohner sont très bien,... pas contre les chaussettes "aux ions d'argent anti microbienne de la mort qui tue",...plus jamais mes pieds puaient franchement là dedans!!!!

Bref y  a pas de miracles,...faut essayer essayer essayer,...
Every citizen should be a soldier. This was the case with the Greeks and Romans, and must be that of every free state.
Thomas Jefferson
3rd president of US (1743 - 1826)

WOLWERINES!!!!!!!


"Une pomme par jour éloigne le médecin… pourvu que l'on vise bien."    

Winston Churchill

06 mai 2008 à 22:29:06
Réponse #4

Anke


Il m'a semblé remarquer que les chaussures de Guillaume étaient trempée de chez "trempé". Une nuit près du feu et le lendemain toutes sèches. Ma reflexion sur ce sujet : peut-etre vaut-il mieux avoir les pieds franchement mouillés en fin de journée avec des pompes comme il avait ( ce sont des chaussures de running améliorées, je ne sais plus lesquelles ? ), mais qui sèchent vite, plutot que de grosses chaussures sensées être imperméables ( mais qui en définitive ne le sont que rarement, d'après ce que je peux lire) et qu'il est pratiquement impossible à sècher ne serait-ce que pour quelques heures. Contre le pied d'athlète ( rencontré maintes fois quand je courais le marathon, d'accord y'a longtemps !), je me nettoie les pieds à l'alcool camphré+coton (ou compresse) tous les soirs ( ça sent bon et ça peut servir de combustible pour démarrer un feu) et pose de chaussettes sèches.
Dans le Vercors je n'ai pas eu du tout les pieds mouillés ( j'ai moins crapahuté que les copains faut dire !)

06 mai 2008 à 22:50:49
Réponse #5

Kilbith


Salut,

Les trails c'est bien....mais quelques problèmes sécu dans la neige quand même :

1.il ne faut pas s'arrêter. l'isolation est très faible et les pieds mouillés en dessous de 0°C  :down:
2.Impossible de tailler des "marches" dans la neige dure. Pas bon pour la sécurité.
3.Dans la neige crouté c'est un enfer. Ce type de chaussure basse, même avec des guêtres ne fournissent pas de protection mécanique.

Sinon : à compléter par des chaussettes imperméables pour atténuer le point 1. Je crois que Guillaume en avait.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

07 mai 2008 à 08:05:43
Réponse #6

Kilbith


"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

07 mai 2008 à 10:50:29
Réponse #7

Nirgoule


J'ai eu quelques chaussures tout cuir dont des Trappeur training plume (veille marque des années 70 du genre Paraboot). Du bon gros cuir pleine fleur.  ::)

Et bien bien rien à faire ...silicone, graisse, cirage. J'ai toujours eu les pieds mouillés.  :down:

Dans ces cas là, j'enmènais deux à trois paires de chaussettes que j'alternais, une portée l'autre sèchant pendue au sac.  :(

Ma vie de marcheur à changé lorsque j'ai connu les membranes. Mais c'est hors sujet.

Cependant certains cuirs tiennent plusieurs jours l'étanchéité. J'ai une paire de Trezetta qui me protègent deux jours à marcher dans la neige fondue et l'herbe mouillée. Leur cuir est traité hydrofuge.  :glare:

Mais je suis d'accord avec Woodrunner, un cuir qui prend l'eau ne sera jamais étanche. Je pense que c'est un problème de densité/pososité de la matière cuir. Un cuir trop poreux ne sera jamais bouché totalement avec la graisse. La couche de vernis ne suffira pas à empêcher l'eau d'entrer surtout aux pliures. Le traitement hydrofuge s'est fait probablement à chaud, il a du pénétrer toute l'épaisseur du cuir, d'où la meilleure efficacité. Mais ce n'est plus vraiment du cuir, autant passer à une membrane.

Voilà, c'est mon expérience en tout cas.
"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

07 mai 2008 à 12:25:32
Réponse #8

Berhthramm


quelqu'un a essayé la cire d'abeille (pour les pompes en cuir) ?
« Modifié: 07 mai 2008 à 13:08:02 par Berhthramm »

07 mai 2008 à 13:06:33
Réponse #9

Diesel


Je n'ai jamais trouvé de solution satisfaisante sur plusieurs jours.
Que ce soit en trail ou en chaussure de montagne, de toute façon le problème est récurant.

Les trails sèchent vite mais se mouille aussi très vite (je parle pour les miennes en mesh). La dernière fois que j'ai vécu un truc comme ça, changer de chaussette n'a solutionné le problème que le temps de mettre le pied dans la flaque d'eau suivante.  ;D
Il y a bien une alliance qui m'avait donné de relativement bon résultat à savoir des chaussette en polypropylène (la même matière que les lifa HH). au séchage ultra rapide mais avec une semelle de propreté qui n'arrive pas à sécher, on reste quand même au contact de l'eau à l'endroit le plus gênant : la plante des pieds.

A l'arrivée, tout le monde étaient à la même enseigne, trail ou chaussures de rando standard de toute façon.  ::)

Je ne sais pas ce que peuvent donner des chaussettes imper/respirante , Guillaume pourrait sans doute ne parler, il en possède une paire.

07 mai 2008 à 13:09:36
Réponse #10

pierauspitz


Cire d'abeille, ça marche d'enfer!  :up:

Mais une chose : ne JAMAIS utiliser une chaussure neuve en sortie. TOUJOURS impermébiliser une chaussure neuve AVANT de l'utiliser, ça évite bien des déboires, et ça garde les pompes en bonne forme plus longtemps.

SInon, si vous êtes en milieux vraiment humide, pourquoi ne pas s'orienter vers deux solutions :

-La botte caoutchouc : ça va en faire rire plusieurs, mais une bonne paire de bottes avec une bonne doublure de feutre, c'est le panard! par exemple, l'armée finnoise utilise ça en hiver : c'est l'équipement réglementaire en dotation... Elles sont même prévues pour pouvoir skier avec (bec carré sur la pointe). Si des maîtres de la guerre hivernale l'utilisent, ça doit pas être si mal que ça non?  :up:

-La bonne vielle guêtre Yéti : ok, c'est une douleur dans le cou àmettre sur la pompe (et quand elle y est, on a plus envie de l'enlever  ::) ), mais elle couvre très bien la chaussure,et le pourtour en caooutchouc fait un joint presque parfait avec la grole. LE tissu est imperméable, mais respirant. EN gros, on se cale un chaussette en Gore tex autour de la pompe... ET si les millos l'utilisent, ça peut pas être mauvais non plus...

07 mai 2008 à 14:01:29
Réponse #11

emmuel


La botte caoutchouc : ça va en faire rire plusieurs, mais une bonne paire de bottes avec une bonne doublure de feutre, c'est le panard! par exemple, l'armée finnoise utilise ça en hiver : c'est l'équipement réglementaire en dotation... Elles sont même prévues pour pouvoir skier avec (bec carré sur la pointe). Si des maîtres de la guerre hivernale l'utilisent, ça doit pas être si mal que ça non?  :up:

Tafdak pour l'hiver. J'ai utilisé ça en laponie, un peu trop grande avec une semelle supplémentaire maison en tapis de sol, et c'est vraiment top… pour skier ou faire de la raquette. Les chaussons sont super faciles à faire sécher (dans le duvet le soir).
En revanche, je me vois vraiment pas faire de longues distances sur du dur avec ça.

07 mai 2008 à 14:36:54
Réponse #12

Sylvain74


En revanche, je me vois vraiment pas faire de longues distances sur du dur avec ça.

Salut,
Perso je pense qu'avec de bonnes bottes on peut facilement passer une journée sans problème. Le tout est de bien les choisir, d'y mettre un chausson "sous botte" et de bonnes chaussettes.
J'ai passé des journées entières à crapahuter, débroussailler, travailler en toutes conditions (de froid, humide, à sec, en passant par le chaud)... en bottes, quand j'étais "cow-boy".
C'étaient (paie à leur âme) des Aigles Parcours. J'étais très bien dedans, même en été grâce à mes sous-bottes adaptées (il en existe de plus ou moins chaudes et/ou absorbantes, à choisir selon les conditions). Ces bottes, bien à ma taille, sont assez étroites à la chevilles ce qui fait qu'elle tiennent très bien le pied. Et la semelle est très adhérente et résistante. Donc à mon avis, un choix intéressant.
De temps en temps je suis tenté de m'en repayer une paire pour les balades intersaison, quand la neige merdique et la pluie me trempent les trails mais ne sont pas suffisantes pour le faire sortir les "Nepal Top Hivernales" de La Sportiva (j'ai rien entre les trails et les grosses...).

A+,

Sylvain.

EDIT : Karto, as-tu reçu ma réponse (tardive, désolé...) à ton très sympatique email ?

07 mai 2008 à 22:06:03
Réponse #13

emmuel


C'est des bottes en caoutchouc quand même… La semelle, l'ergonomie, pour de la rando, ça me parait pas super pratique. Pour la vie en éxterieur c'est autre chose effectivement.


07 mai 2008 à 23:20:51
Réponse #14

MuleSkinner


mwê tout ce qui est chaussures en toile en général ça trempe à la première goutte d'eau
pour ma part j'ai testé, de gauche a droite sur la photo
- des pompes de montagne en cuir, achetées neuves dans les années 90 et bornées à mort maintenant. cirées tous les soirs au cirage, des fois à la graisse l'hiver, ça tient bien même quand je mets le pied dans l'eau pour traverser un gué. en utilisation neige ça finit par rentrer au niveau des coutures
- des rangers modele entrainement qui ont maintenant pres de dix ans, cirage quotidien, etancheite très correcte j'ai souvent eu les pieds au sec là où les autres les avaient mouillés, mais dans la neige on finit quand meme par sentir l'humidité. par contre c'est pas très respirant et quand on les enlève le soir y'a un fumet assez violent
- des rangers goretex encore presque neuves, j'ai pas encore testé en situation critique mais je compte bien voir ce qu'elles ont dans le ventre.
on a beau dire le cuir c'est peut-etre pas la protection ultime mais moyennant un peu d'entretien et les sarcasmes des copains j'ai toujours eu les pieds plus secs qu'eux avec leurs super-pompes hyper légères et hors de prix
@+


08 mai 2008 à 00:20:07
Réponse #15

Woodrunner


En hiver quand j'étais coupeur d'arbre je graissais mes pompes tout les 1-2 jours,....


J'ai toujours trouvé que le pire pour avoir les pieds mouillés c'était les herbes mi longue mouillé! Avec ce genre de traîtement c'est presque la baignade assuré!  >:(

Sinon pour la neige et la boue je mettais aussi souvent les coques en plastique, avec les guêtres en cuire 5 boucles on marche comme Robocop ( au moins 3,5 kg à chaque pied), mais c'est le pieds au niveau confort ( faut juste changer les chaussons intérieur 1 fois par jour)
Every citizen should be a soldier. This was the case with the Greeks and Romans, and must be that of every free state.
Thomas Jefferson
3rd president of US (1743 - 1826)

WOLWERINES!!!!!!!


"Une pomme par jour éloigne le médecin… pourvu que l'on vise bien."    

Winston Churchill

08 mai 2008 à 00:31:09
Réponse #16

Berhthramm




La cire d'abeille c'est du cirage. Il faut en mettre tous les jours et faire briller. Ca fait une couche de vernis mais ne pénètre pas.


Je parle pas de cirage mais de cire d'abeille pure (actuellement je cerche à la fluidifier un peu pour justement pas avoir à l'appliquer à chaud), je l'utilise pour les chaussures med et ça pénétre mais je l'utilise à chaud...bon nous de toute façon l'humidité entre ailleurs (par les coutures), alors on mets de l'herbe, du foin ou autres (mais dans des chaussures de rando ça ferait bizarre)... et pour les plus tardifs ils ont le droit de mettre des pattenes comme ça il sont monté sur pillotis.




08 mai 2008 à 10:56:47
Réponse #17

pierauspitz


Pour fluidifier, avec un peu de térébenthine non?

Sinon, t'as le "dubbin" : c'est un mélange d'huile, de graisses animales et de cire d'abeille. Ca se fabrique encore aujourd'huis, et c'est historiquement corect, et de plus, tu peut le faire to-même. :up:
J'avais un jour choppé la recette sur le net, mais je la rettrouve plus... :-[

Bon courage

12 mai 2008 à 10:24:28
Réponse #18

Kilbith


alors on mets de l'herbe, du foin ou autres (mais dans des chaussures de rando ça ferait bizarre)...

Bonjour, :)

Encore une bonne idée....pour peu que la chaussure soit très grande.

Les anciens mettaient du foin dans les sabots. Nansen dans sa traversée du groenland était acoompagné par deux lapons qui utilisaient leurs chaussures traditionnelles "kromager" (nom ?) avec de l'herbe dedans comme isolant (type "carex" ?). C'était la solution d'Otzi. On n'utilise plus ce principe aujourd'hui. sauf les personnes qui taillent des semelles de propreté dans le papier journal.

Si on transpose en solution "moderne" : il s'agit d'utiliser des isolants absorbants l'eau. C'est le truc des changements de chaussettes fréquents et du changement de semelles de propreté.
Le plus bel exemple est celui ces bottes caoutchouc (sans doublures) ou botte "canadienne" Kamik avec les chaussons en feutre. Attention, cela ne marche que si on change régulièrement les feutres (avoir deux paires). Sinon les pieds froids sont assurés.


En situation "survie", on peut improviser un truc semblable en prenant des chaussures très grandes et en multipliant les paires de chaussettes en laine. Il faut prendre des chaussettes de grande taille pour les couches supérieures, ne serrant pas les pieds.


Il faut faire sécher les chaussettes régulièrement. Dans ce but, il est bon des choisir des chaussettes :

1. ayant une texture "aérée". La convection s'opère mieux. Les chaussettes laine "à grosses cotes" sont moins confortables que des bouclettes au début...mais l'humidité est évacuée à chaque pas, vers le haut de la chaussure par effet soufflet. Elles sèchent aussi plus vite.

2. Noires. Le captage de la chaleur radiation fonctionne mieux. Utile devant un feu ou en haute montagne.

3. Deux chaussettes séparées sont plus faciles à sécher qu'une grosse paire. On augmente la surface d'échange ce qui maximise le vitesse de séchage. Le top étant l'utilisation pour le haut d'une chaussette "russe" (une pièce d'étoffe).

4.Une chaussette remplie de papier journal ou d'herbe, ou entourant une gourde d'eau chaude ou une chaufferette sèche plus vite.

5.La Laine sèche moins vite/ moins facilement que le synthétique.....sauf devant un feu.

6.Pensez à retourner vos chaussettes bouclettes : cela maximise la surface d'échange.

7.Comme le disait Diesel, une sous chaussette en polypropylène permet de garder les pieds plus secs. Mais, si elles sèchent très vite devant un feu, elles brûlent encore plus vite (polypropylène : basse paraffine). Le système ne fonctionne que si on change de chaussettes très fréquemment (au moins : inverser droite gauche). Dans le cas contraire les sels se fixent sur la chaussette et cela ne fonctionne plus.

8.Les chaussettes "Monnet de 7 lieux" avaient le pieds en laine (hydrophobe) et la tige en coton (hydrophile). Cette composition permettait de "pomper" l'eau autour du pieds et de la transférer vers la tige ou elle pouvait s'évaporer du fait de la chaleur générés par les muscles des mollets....pas bête non ?
« Modifié: 12 mai 2008 à 11:18:54 par Did »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

12 mai 2008 à 10:46:59
Réponse #19

Kilbith


Re,  :)

Pour la randonnée dans le Vercors j'avais choisit de mettre une paire de chaussure de randonnée de marque "Technica". Elles sont composées de croute de cuir et de cordura semelles souples vibram. Elles possèdent une doublure synthétique de type "goretex". Elles ont une pointure de trop pour moi.

Raisons du choix :
Le Vercors n'étant pas un terrain très technique, pas besoin de chaussure rigide/lourde. Comme ces chaussures sont grandes elles sont potentiellement très isolantes. Elles sèchent vite (tige synthétique). Elles sont légères (fatigue). L'usage des raquettes empêchent de les tremper.

Préparation des chaussures :
1.J'ai mis les chaussures dans une cuvette d'eau pour vérifier l'étanchéité. Cela a eu pour effet de détremper" le cuir et la tige synthétique. J'en ai profité pour imprégner les chaussures d' "aqueous Nikwax". Ce produit est soluble dans l'eau, donc s'introduit là ou l'eau pénètre et polymérise pour former un dépôt hydrophobe. Il est compatible avec les membranes imper respi.
Il ne rend pas les cuirs ou les tissus "étanches", il se contente de les rendre plus hydrophobe et résistant à l'action de l'eau. De ce fait le cuir se mouille moins vite et surtout sèche plus vite.

2. Double application deux heures après sur la partie cuir.


3. Comme c'est du cuir "croute" il est difficile d'employer un produit qui "cire". Les cires sont des produits hydrophobes qui forment une couche hydrophobe/étanche en surface de la chaussure....les chaussures sont plus étanches (voir étanches si on applique beaucoup de cires ce qui finit par boucher les pores du cuir) mais respirent moins. Les cires sont surtout présentes en surface et donc s'usent sous l'action de l'eau, de la poussière abrasive et de l'action mécanique de l'herbe ou des cristaux de neige.

4.J'ai traité les lacets au nikwax. Des lacets trempés et geles  en hiver c'est (très, très) chi*nt.

5. J'ai rempli deux jours avant les chaussures avec de l'eau pure. Attente d'une heure. Vidage, rinçage. On recommence  l'opération. Cette manip a pour objectif de rincer la doublure intérieure afin d'éliminer les sels de transpiration et de permettre un meilleur fonctionnement de la membrane imper/respi.

6.Séchage des chaussures bourrées de papier à l'ombre.


7. Lavage attentif des pieds avec savon d'alep à l'huile de laurier durant trois jours. Chasse aux petites mycoses interstitielles.




Pendant la rando :
1. Dès que possible (chaque arrêt) sortir les chaussures, les semelles de propreté afin de faire sécher l'ensemble. A minima, délacer la chaussure pour permettre l'évaporation par effet cheminé.

Observez (derrière l'ami Pics) au second plan : les chaussettes sur le dossier du banc et les chaussures délacées (les semelles de propreté sont sur le banc aussi)



2.Eviter les guêtres qui sont des pièges à humidité s'évacuant par le haut de la tige. MAIS avoir toujours de guêtres disponibles.

3.Mettre du papier pour sécher les chaussures le soir (quelques feuilles dans ziplock). Après avoir retiré les semelles de propreté bien sur.

4.Utiliser un système de chaussette adapté (composition, quantité, qualité).

5.J'avais une paire de chaussettes sealskinz (imper/respi) en rab au cas ou.


Résultat:




Pieds au sec. Pas besoin de sortir mes guêtres. Mon pantalon possède de petites guêtres intégrées suffisantes pour éviter l'entrée de poudreuse par l'arrière du haut de la chaussure durant la marche.

Aucune ampoule (je suis assez sensible de ce coté là)

Les conditions ont été clémentes. D'où possibilité de faire sécher les chaussures "à l'air libre" sans trop de problème.





NB :

Si les conditions sont dures : sortie technique sur terrain en pente et rocailles, températures constamment négative ou humidité maximales pendant plusieurs jours : la seule solution pratique en montagne ce sont les coques avec un chausson détachable. Agréables dans la neige, pénibles ailleurs.

Sur un terrain plat/peu technique et dans les mêmes conditions les bottes classiques avec un système de chaussette/chausson adapté sont très bien (ex : terrain scandinave avec terre/tourbe trempée du fait du permafrost et passages de nombreux guets). Le modèle chasse conseillé par sylvain est bien adapté à la marche sur terrain plat : la cheville est serrée et la semelle de qualité. Hygiène des pieds vigilante obligatoire.


Voili.... ;)
« Modifié: 12 mai 2008 à 11:07:03 par Did »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

12 mai 2008 à 12:04:25
Réponse #20

SAMK


Si ça ce n'est pas du signal !  :doubleup:

Très enrichissant, du coup je me sent con avec mon article  :-[

J'avais négligé pas mal de paramètres au final...
Vous arrivez devant la nature avec des théories, la nature flanque tout par terre

Pierre-Auguste Renoir

13 mai 2008 à 09:04:27
Réponse #21

Kilbith


du coup je me sent con avec mon article  :-[

J'ai appris/approfondis des choses en lisant ton article. Il ne faut pas s'auto-censurer, les autres sont là pour ça !

 :)
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

14 mai 2008 à 10:09:29
Réponse #22

aurochs


Le défaut de la graisse, c'est de rendre perméable.

Sur des pompes en gros cuir, il faut effectivement les assouplir à la graisse. Ensuite les cirer abondamment et les faire briller. L'eau, en principe, glisse sur le "miroir" des chaussures.

C'est ce que nos instructeurs nous apprenaient pour les rangers. Et ca marchait pas mal. Bien sur si on marche des heures dans la flotte, l'eau passe quand même dans la rangeo.

Aurochs 

16 mai 2008 à 10:42:26
Réponse #23

Mellyann


Peut-être une bétise, mais j'essaie...
J'ai eu dans l'idée de bricoler avec une chambre à air comme des chaussettes à enfiler par-dessus les chaussures quand c'est mouillé par terre. Pas un truc énorme, juste de quoi protéger le pied, et qui ne prendrais pas de place dans le sac. Je me doute bien qu'au niveau transpiration ce ne sera pas le pied ;D, mais je transpire quand même moins que ce que mes pompes ramassent dans l'herbe mouillée de rosée.
Bonne idée ou pas ?

16 mai 2008 à 10:50:43
Réponse #24

SAMK


Salut,

Pour tes sur-chaussures en chambre a air pour avoir testé les tongs en cette matière, surtout ne recouvre pas la semelle sinon tu passera plus de temps étalé par terre que debout.

Attention à la fragilité aussi, avec son élasticité elle ce déchire très facilement.

De toute façon pour prouver l'efficacité du système il y a qu'un moyen : tester !
Vous arrivez devant la nature avec des théories, la nature flanque tout par terre

Pierre-Auguste Renoir

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité