Nos Partenaires

Auteur Sujet: Faire ses instruments pour le cuir et autres… (alêne/aiguille et tranchet)  (Lu 11381 fois)

11 janvier 2013 à 13:44:56
Lu 11381 fois

Claude Ponthieu


Bonjour,

souvent nous croyons qu'il nous faut un matériel coûteux pour réparer, travailler ou coudre dur cuir et autres…

Voici quelques trucs simples.

Pour pouvoir coudre, nul besoin d’aiguille classique, alêne etc.
Dans des baleines récupérées d'un grand parapluie (bien mieux que les rayons de vélo, environ 2 mm de diamètre),
couper un morceau (généralement entre 10 et 12 cm) en fonction de la longueur de votre index

aplatir le bout et l’affûter en fonction de vos besoins
fendre avec une scie à métaux au bout pour le passage du fil

l’emmancher (sensiblement sur 3 cm) dans une pièce de bois et faire une surliure

Cet instrument par sa forme est à la fois une alêne et une aiguille, un très bon outil pour faire des coutures type machine et même type sellier.



Un couteau bien affûté fait un très bon tranchet, mais dans une vieille lime ce sera bien mieux


Pour le fil, là il y a un dilemme soit nous utilisons du fil en fibres synthétiques soit naturelles : le fil synthétique est imputrescible et plus solide que le naturel, mais il est rigide — sur les parties mobiles ou souvent en dilatation/compression de votre objet (chaussure) il déchirera le cuir au contraire du fil en fibres naturelles qui elles sont putrescibles !
Pour rendre imputrescible un fil, il faut au minimum le cirer avec de la cire d’abeille (si possible vieille) sinon de la bougie et pour qu’il tienne/colle mieux dans la couture avec de la poix.
« Modifié: 13 janvier 2013 à 12:51:16 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

11 janvier 2013 à 14:02:14
Réponse #1

Claude Ponthieu


La poix est faite pour moitié de cire d’abeille et l’autre de colophane — en pleine nature vous pouvez remplacer la colophane directement par de la résine de pin. ;)

Le processus de fabrication de la colophane commence par le gemmage qui consiste à la récolte de la résine de l’arbre. L’écorce est retirée, on procède à des entailles successives et régulières qui font couler la résine dans un récipient. La résine recueillie est ensuite distillée à la vapeur d’eau. Ce processus dégage deux éléments : de l’essence de térébenthine mêlée à la vapeur d’eau volatile et un résidu qui est la colophane à l’état brut.

La colophane doit être maintenue à une température contrôlée tout au long du processus pour en garantir une bonne qualité.
« Modifié: 13 janvier 2013 à 12:50:01 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

11 janvier 2013 à 22:17:11
Réponse #2

Lélie


Claude, il me semble que ton alène / aiguille n'est pas très pointue ?
Un bon poinçon pointu et aiguisé c'est quand même un élément de confort important et limite beaucoup la fatigue des mains quand on l'utilise longtemps. Comment ça se passe avec cet outil ?
"Scratch any cynic and you will find a disappointed idealist" George Carlin

11 janvier 2013 à 22:34:44
Réponse #3

loic35


les alenes ce n'est pas ce qu'il y a de plus cher ; entre 1 et 3 euro la lame apres je manche est super simple a faire .

autrement y a les vide grenier ...

11 janvier 2013 à 23:18:21
Réponse #4

piero


Salut Claude,
C'est très sympa de nous faire partager ça!
Quelle est l'utilité du tranchet, je me doute que ça sert à trancher, mais quel est son avantage par rapport au cuter, comment l'utilise tu?
Ton alène est bien réussie, tu as fait du joli travail sur le manche!

12 janvier 2013 à 00:12:42
Réponse #5

Lélie


Salut Claude,
C'est très sympa de nous faire partager ça!
Quelle est l'utilité du tranchet, je me doute que ça sert à trancher, mais quel est son avantage par rapport au cuter, comment l'utilise tu?
Ton alène est bien réussie, tu as fait du joli travail sur le manche!

Le "tranchet" sert à biseauter le cuir :)
"Scratch any cynic and you will find a disappointed idealist" George Carlin

12 janvier 2013 à 09:37:55
Réponse #6

Claude Ponthieu


Claude, il me semble que ton alène / aiguille n'est pas très pointue ?
Un bon poinçon pointu et aiguisé c'est quand même un élément de confort important et limite beaucoup la fatigue des mains quand on l'utilise longtemps. Comment ça se passe avec cet outil ?

Cette alêne/aiguille est très tranchante, au départ elle fend la matière comme une alêne de sellier (carrée), puis elle arrondit le passage à la façon d’une alêne ronde.

Vue de profil   

les alenes ce n'est pas ce qu'il y a de plus cher ; entre 1 et 3 euro la lame apres je manche est super simple a faire .

C’est exact, mais faire nous-même notre matériel nous permet de mieux comprendre leur utilisation et surtout nous rend indépendant et autonome. ;)


Quelle est l'utilité du tranchet, je me doute que ça sert à trancher, mais quel est son avantage par rapport au cuter, comment l'utilise tu?

Le tranchet sert en premier lieu à couper la matière, mais la forme de celui-ci permet de la parer en l’utilisant comme un COUTEAU À PIED DEMI LUNE, comme précise Lélie : pour biseauter le cuir.

Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

12 janvier 2013 à 11:05:25
Réponse #7

Claude Ponthieu


Voici 2 formoirs à faire dans un bois dur comme le buis, ils servent entre autre à tracer des liserés ou à lisser le bord d’un cuir épais.
Celui du bas a un diamètre de 2 cm, longueur 13 cm.
Observer bien le bout qui a un côté légèrement plus bas que l’autre pour faciliter le tracé des liserés, très visible sur l’ombre.

« Modifié: 13 janvier 2013 à 12:49:02 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

12 janvier 2013 à 15:28:11
Réponse #8

Claude Ponthieu


Pour maintenir des pièces de cuir ensemble avant couture, il est d’usage de les coller.

Cela se fait tout simplement en frottant un morceau d’ail sur chaque partie qui seront pressée l’une contre l’autre, puis  laisser sécher. ;)

Il ne reste plus qu’à coudre. :D
« Modifié: 13 janvier 2013 à 12:48:30 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

12 janvier 2013 à 17:36:06
Réponse #9

basic


On peut aussi fabriquer une sorte de ligneul (voir les posts de Berthramm) avec un fil d'acier récupéré sur du cable détoronné. C'est pratique lorsqu'on a à coudre deux épaisseurs importantes de cuir qui laissent mal passer l'aiguille. Il suffit de former une boucle avec ce fil. les deux extrémités jouant le rôle de la pointe de l'aiguille. La durée de vie de ce matériel n'est pas énorme mais comme on peut le réaliser  en quelques secondes...

12 janvier 2013 à 19:09:21
Réponse #10

Claude Ponthieu


On peut aussi fabriquer une sorte de ligneul (voir les posts de Berthramm) avec un fil d'acier récupéré sur du cable détoronné. C'est pratique lorsqu'on a à coudre deux épaisseurs importantes de cuir qui laissent mal passer l'aiguille.

Ce type d’alêne/aiguille perce sans problème deux épaisseurs importantes de cuir ce qui rend le ligneul inutile. ;)
« Modifié: 20 janvier 2013 à 00:50:57 par Claude Ponthieu »
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

12 janvier 2013 à 21:29:15
Réponse #11

modl


Je ne connaissais pas le coup de l'ail !!! Ca marche sur collet végétal et chrome ???
Faut que je me fasse un nouveau carquois de hanche (très roots, bambou et cuir...). Je vais faire un essai.
Faudra que j'essai le coup du parapluie, pour voir.
A l'usage, j'ai fini par m'acheter (neuf ou vide-grenier) des aiguilles, une alène losange et une ronde, une demi-lune, un abat-carre (que je n'ai jamais réussi à affuter correctement). J'ai commencé avec des aiguilles à canevas, une fourchette et un emporte-pièce...
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

13 janvier 2013 à 09:49:55
Réponse #12

Claude Ponthieu


Je ne connaissais pas le coup de l'ail !!! Ca marche sur collet végétal et chrome ???

Entendons-nous bien c’est un système de colle uniquement suivi d’une couture et il faut laisser sécher correctement, donc en pleine nature c’est un peu plus long.

Pour coller côté fleur, comme pour une rustine sur une chambre à air, il faut au préalable râper/gratter le cuir !

Le type de cuir importe peu.


un emporte-pièce...

Au cas où…

Étant avant tout sur le forum Vie Sauvage et Survie -> Techniques et savoirs de survie -> Vie sauvage, l’idée est de faire son matériel avec tout ce que nous pouvons trouver, faire un matériel polyvalent donc plus facilement transportable, ce qui pose problème pour la demi lune, même si cette dernière est un super instrument, mais encore faut-il avoir un support adéquat et le savoir-faire qui lui est spécifique. ;)

C’est ce type de philosophie qui guide mes posts…
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

13 janvier 2013 à 11:18:10
Réponse #13

mrfroggy


Génial ton post  :)
merci beaucoup  :up:
Mon beau pere bossait le cuir dans sa jeunesse, je vais lui demander si il lui reste du matos..
Les Hommes qui sont nés pour jouir véritablement de la vie font ce qui leur plaît, à l’heure où cela leur plaît, et ne perdent pas leur temps à prévoir l’avenir, à se garer de catastrophes imaginaires. (Alfred Capus)

13 janvier 2013 à 12:08:32
Réponse #14

Claude Ponthieu


Mon beau pere bossait le cuir dans sa jeunesse, je vais lui demander si il lui reste du matos..

Pourquoi pas, mais à la vue de ton avatar la liberté et l’indépendance paraissent primordiales d’où l’idée de faire son propre matériel. ;)

Il semble plus intéressant de lui demander de te transmettre son savoir-faire et autres tours de main.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

13 janvier 2013 à 12:44:14
Réponse #15

Claude Ponthieu


Principe de base pour fabriquer une râpe/grattoir.

Dans un morceau de métal mis sur un support un peu dur, percer par percussion avec un un objet pointu (style clou).

 

Ici un fond d’une boîte de cirage vu de l’intérieur et de l’extérieur.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

13 janvier 2013 à 15:09:45
Réponse #16

piero


Pas bête ça :up: ça doit la faire aussi en cuisine pour les zestes, ou raper le fromage  ;#

13 janvier 2013 à 15:30:36
Réponse #17

Claude Ponthieu


Pas bête ça :up: ça doit la faire aussi en cuisine pour les zestes, ou raper le fromage  ;#

Pas mal aussi pour s’enlever la corne sous les talons…  ;#
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

25 janvier 2013 à 17:43:07
Réponse #18

Claude Ponthieu


Voici un petit résumé sur les outils de la couture main du cuir, il se compose de plusieurs volumes.

Dans ce premier volume, il n’est traité que du fil.
Il sera suivi par des explications sur la poix dans le second volume.
Le Ligneul est décrit par ces documents.

Dans les suivants seront explicitées les aiguilles et l’alêne.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

08 février 2013 à 19:40:40
Réponse #19

Claude Ponthieu


Voici le 2e volume Couture main pour cuir_Ligneul, part 2.

Par alléger le texte, des compléments d’informations renvoient vers des liens internet non colorés, il suffit de cliquer dessus. ;)

Le prochain volume traitera des aiguilles.


Tout est rédigé au fur et à mesure et sans filet ;#, aussi les commentaires sont les bienvenus — ils permettront de mieux répondre aux attentes des uns et des autres.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

09 février 2013 à 14:47:39
Réponse #20

piero


J'ai pas eu le temps de le lire encore mais je te remercie pour ce travail que tu n'hésites pas à nous partager :doubleup:
Edit: une impressionnante mine d'infos! Du coup tu prépare toi même ton fil et ta poix à partir de matières premières?
« Modifié: 09 février 2013 à 14:56:42 par piero »

09 février 2013 à 17:45:35
Réponse #21

modl


Merci pour les infos. J'ai récupéré de la vieille collophane (qui servait pour un archet de violon, en espérant que le nom recoupe bien la même matière) et j'ai de la cire.
Je vais essayer le mélange, pour voir ce que ça donne.
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

09 février 2013 à 21:08:57
Réponse #22

Claude Ponthieu


Edit: une impressionnante mine d'infos!

Pour faire un tutoriel informatif intéressant, il m’est apparu important de confronter mes expériences avec celles de professionnels qualifiés.
Merci internet qui vient de me permettre de découvrir ce forum de professionnels et d’amateurs plus qu’éclairés. :up:



Du coup tu prépare toi même ton fil et ta poix à partir de matières premières?

Oui depuis plusieurs années, quand cela est possible, par souci d’autonomie je fais tout moi-même et ce, dans tous les domaines qui m’intéressent.
Sinon au gré de mes pérégrinations je m’adapte aux circonstances du moment — je voyage beaucoup et exceptionnellement avec un bagage, ce qui implique d’improviser au fur et à mesure des besoins du moment, c’est plus simple. ;)

Sur les photos, la cire vient de mon tout dernier voyage en Inde du sud, elle est bien. En Europe, très souvent elle est trop fraîche à mon point de vue.

La poix blonde est un vieux reste d’une préparation de plusieurs années, j’ai oublié les pourcentages exacts, car je fais tout à vu de nez et en tenant compte de l’endroit où je me trouve — par exemple, les températures du Nord de l’Europe sont vraiment différentes de celles du Sud de l’Europe.

La poix noire vient d’un vieux stock de Suède — ma fille très certainement en héritera… Elle a été faite à partir de pin de Suède, celle des pins des Landes est de qualité différente.
Les réglementations sur le feu étant draconiennes, c’est la raison pour laquelle je signale où en trouver, mais je pense qu’il est important d’apprendre à la faire soi-même, tout comme le charbon de bois d’ailleurs.
La poix noire n’est vraiment indispensable que pour ceux qui font ou qui réparent les chaussures, ou pour des objets utilisés dans des zones à fort taux d’humidité pour sa qualité de rendre imputrescible le fil.



J'ai récupéré de la vieille collophane (qui servait pour un archet de violon, en espérant que le nom recoupe bien la même matière)

C’est la même chose, sauf que tu as la meilleure qualité. :D
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

06 avril 2013 à 23:38:03
Réponse #23

Claude Ponthieu


Comme promis voici le 3e volume Couture main du cuir_Aiguilles, part 3.

Pour une meilleur compréhension, les dessins sont adaptés à la lisibilité plus qu’à d’exactes proportions — ils remplacent avantageusement certaines photos. ;)

Cette fois, les liens sont conformes aux normes internet.

Le prochain volume traitera des alênes.
Nous avons eu une culture riche en expérience et pauvre en information.
Aujourd’hui, nous sommes riches en information, mais au seuil de pauvreté de l’expérience réelle.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité