Nos Partenaires

Auteur Sujet: Choix de chaussures pour raid hivernal engagé  (Lu 15923 fois)

24 novembre 2010 à 13:00:55
Lu 15923 fois

Outdoorsman


Pour une randonnée de plusieurs jours en conditions hivernales, le choix des chaussures est primordial. D'une manière générale, on attend de ces chaussures qu'elles doivent être chaudes, relativement imperméables, qu'elles puissent s'adapter sur des raquettes, avoir une une tenue de pieds correctes.

Cependant, ces différents critères sont à amender en fonction du terrain et du climat de la région fréquentée.

Par exemple, en terrain alpin, on va rechercher une certaine rigidité pour affronter des terrains qui peuvent être très accidentés. De même, l'amplitude thermique à moyenne altitude nous amènera à rencontrer des neiges humides ; une bonne imperméabilité est donc indispensable.

A contrario, dans le grand nord (scandinave ou américain), on aura un terrain moins accidenté mais des températures plus basses. La neige restera froide, l'imperméabilité n'est donc primordiale. De même la rigidité aura moins d'importance. Par contre, une bonne isolation sera indispensable pour affronter des températures que l'on trouverait dans les Alpes qu'à hautes altitudes.

Autre casse tête, sécher ses chaussures le soir pour éviter d'avoir deux blocs de glace le matin au réveil. La présence de chaussons internes amovibles est intéressante. Outre le fait de sécher plus rapidement que la chaussure elle même, on peut glisser les chaussons dans le sac de couchage pendant la nuit pour finir le séchage ou au moins éviter qu'ils ne gèlent.

Je ne parlerai pas de prix dans cet article car pour moi, on ne peut pas se permettre de faire des économies sur des chaussures. Avoir un pantalon ou un sac à dos moyen, ça peut devenir inconfortable, n'avoir qu'un petit Opinel, ça fait pas la classe mais rechigner sur les chaussures lors d'un raid hivernal, c'est se mettre en danger et ça fait partie des économies qu'on ne peut pas faire.

Voici maintenant une revue de différents types de chaussures que j'ai expérimentés sur le terrain. Je vous laisse compléter la liste.
Mes appréciations et commentaires sont issus de mon expérience mais restent subjectifs.

Les chaussures de randonnée classiques

Si elles sont assez rigides, ces chaussures peuvent convenir pour une randonnée en raquette à la journée dans des conditions peu engagées. Pour des raids ou des conditions rigoureuses elles trouvent vite leurs limites : manque d'isolation thermique, imperméabilité bonne au début mais qui se détériore rapidement, séchage difficile.
Une chaussure « tout cuir » sera a privilégier par rapport aux modèles avec inserts en tissus traités ou en gore tex dont l'imperméabilité ne peut être que très éphémère (quoiqu'en disent les fabricants)
« Modifié: 24 novembre 2010 à 15:38:37 par outdoorsman »
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

24 novembre 2010 à 13:01:41
Réponse #1

Outdoorsman


Les chaussures d'alpinisme (type Sportiva Nepal Top)

Avantages :
- excellente rigidité / tenue de pied
- imperméabilité correcte si elles sont bien entretenues
- solidité
- polyvalence : possibilité d'utilisation estivale

Inconvénients :
- manque d'isolation thermique
- pas de chaussons interne amovible
- séchage long
- rigidité et poids qui peuvent fatigués

Ces chaussures peuvent convenir en terrain accidenté mais avec des conditions climatiques pas trop rudes. Sur un long raid l'humidité accumulée sera difficile à éliminer et deviendra vite problématique. Il en sera de même par température basse avec le manque d'isolation thermique.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

24 novembre 2010 à 13:22:46
Réponse #2

Outdoorsman


Les bottes canadiennes (type Sorel Caribou)

Avantages :
- bonne à excellente isolation thermique en fonction des modèles
- chaussons interne en feutre amovible
- bonne adhérence sur neige, voire glace

Inconvénients :
- manque de rigidité
- solidité pouvant laisser à désirer sur des modèles bas de gamme
- imperméabilité pas toujours en rendez-vous dans les neiges bien humides
- semelle avec un crantage peu prononcé (dessin spécifique pour la neige)
- semelle à gomme très tendre (étudiées pour la neige et la glace) donc s'usant vite

Le manque de rigidité est le principal inconvénient de ce type de chaussures. En montagne, en terrains très accidentées, cela sera rédhibitoire : risque d'entorse, raquettes qui déchaussent de manière intempestives mais toujours dans les pires moments.

Pour moi ce sont donc les chaussures idéales en terrain peu accidenté mais je ne les trouve pas adaptées pour la montagne.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

24 novembre 2010 à 13:45:37
Réponse #3

Outdoorsman


Les Sorel Conquest

Je fais un paragraphe spécial pour ses chaussures, car, à ma connaissance, il n'existe pas d'équivalent.

Avantages :
- bonne isolation thermique (températures données par le constructeur équivalentes aux Caribou)
- rigidité et bonne tenue de cheville
- semelle de type vibram, bien crantée, adaptée aux terrains accidentés
- assez bonne imperméabilité si on entretien le cuir
- bonne solidité

Inconvénient :
- pas de chausson interne amovible

Les Conquest sont des chaussures de randonnées chaudes. Elles en ont la rigidité et l'accroche. Elles conviennent très bien en terrains accidentés. Elles sont parfaitement adaptées à l'utilisation de raquettes.

Elles pourraient être les chaussures idéales mais malheureusement elles ne disposent pas de chaussons amovibles (sans doute pour conserver une bonne rigidité). Malgré cet inconvénient, ce sont tout de même de très bonnes chaussures pour randonner en hiver dans les Alpes, les Pyrénées ou le Jura. Cependant, sur un raid de plusieurs jours, la lutte contre l'humidité et le séchage du soir seront vite un combat ; il faudra être prêt à leur faire une place de votre sac de couchage.
« Modifié: 24 novembre 2010 à 15:05:21 par outdoorsman »
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

24 novembre 2010 à 14:01:19
Réponse #4

DEUN


Les Sorel ConquestLes Conquest pourraient être les chaussures idéales mais malheureusement elles ne disposent pas de chaussons amovibles (sans doute pour conserver une bonne rigidité). Malgré cet inconvénient, ce sont tout de même de très bonnes chaussures.
Je suis bien d'accord avec toi et ce d'autant plus que les premiers modèles avaient ce chausson amovible !!!   Alors pourquoi le fabricant a-t-il changé la formule ?  Mystères et boules de gomme...  :glare:

@+ DEUN.
PS : Sinon sympa ta revue.  :)
"J'adore l'hippopotame ; il est myope, il est triste, il a la peau trop longue et les dents mal plantées, il vit par couple, il sait marcher sous l'eau, il a l'air d'une grand-mère anglaise ; à quinze jours, à deux mois c'est une charmante bestiole, il dévore une prairie pour son petit déjeuner. Comme lui j'aime rêver dans les fleuves. Le découragement de l'hippopotame est une des choses les plus tristes qui soient."  (A. Vialatte)


24 novembre 2010 à 14:07:13
Réponse #5

Outdoorsman


Les coques plastiques

Avantages :
- très bonne isolation thermique
- imperméabilité parfaite
- solidité
- chausson interne amovible et faisant office de chausson de refuge
- rigidité ; bonne tenue de pied et de cheville

Inconvénient :
- rigidité extrême

Marcher avec des coques plastiques, donne une sensation très spéciale lorsqu'on n'y est pas habitué : on a l'impression d'avoir des chaussures de ski. Ensuite, en jouant avec le serrage du chausson interne et de la coque, on arrive à trouver un certain confort.
Raquettes aux pieds, la rigidité est moins gênante car la raquette dispose, en général, elle même d'une plaque rigide. La chaussures fait alors corps avec la raquette et c'est plutôt une sensation de sécurité qui domine.

En terrain accidenté ET dans des conditions climatiques très rudes, mon choix se tourne vers ces chaussures. L'inconfort (relatif) de la rigidité est largement compensé par la sécurité apportée : l'étanchéité des chaussures permet de traverser un ruisseau sans problème ; la coque fait office de chaussure de sécurité quand on coupe un arbre pour le camp ; on peut marcher avec le chausson interne dans la cabane ou même au camp, il sèche relativement rapidement et on peut le mettre dans son sac de couchage.
« Modifié: 24 novembre 2010 à 15:03:40 par outdoorsman »
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

24 novembre 2010 à 14:12:41
Réponse #6

Outdoorsman


Voilà, cette revue n'est pas exhaustive, elle ne fait mention que des modèles que j'ai pu tester et dont je peux parler.

Comme vous avez pu le voir, je n'ai pas trouvé la chaussure idéale, comme d'habitude, tout est affaire de compromis et, toujours comme d'habitude, il est important de définir son cahier des charges, ses priorités, le terrain d'utilisation, ..., pour affiner ses choix.

Je vous laisse maintenant compléter cette liste et faire vos commentaires.
« Modifié: 24 novembre 2010 à 15:02:24 par outdoorsman »
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

24 novembre 2010 à 14:16:52
Réponse #7

Diesel


Le manque de rigidité est le principal inconvénient de ce type de chaussures. En montagne, en terrains très accidentées, cela sera rédhibitoire : risque d'entorse, raquettes qui déchaussent de manière intempestives mais toujours dans les pires moments.
Oui le chausson en feutre rend la chaussure très large.
Ce n'est pas un mal pour marcher dans de la neige, mais ça peut devenir problématique avec certains étrier de raquettes. ^-^

Très bonnes chaussures de plaine par contre.
Ceci dit, pour la raquette, il existe des chaussures bien mieux adapté. Les bottines de ce genre tiennent très mal le talon qui va frotter dans la chaussure (surtout en raquette d'ailleurs).
Les chaussettes vont se retrouver trouées à très grande vitesse et les ampoules suivent généralement (quand ce n'est pas le tendon d'achillle qui déguste).
Pour ma part c'est chaussures basses + guêtres.

24 novembre 2010 à 14:18:17
Réponse #8

sagh


Ah oui, intéressant et bonne synthese,  ;)

mon petit complément à moi, mais qui peut servir :
Comme j'utilise toujours des Perfekt en hiver, avec raquettes, je complète pour l'isolation thermique et protéger de l'humidité
par des surbottes (Robust de chez Cotenor-Au Vieux), j'ai doublé-consolidé de ductap l'intérieur semelle -ces surbottes protégent aussi les grolles pendant la nuit, dormant sous tarp-
même au bout de 4-5 jours pas de problème d'humidité car les chaussettes (ulfrotte 800grs) et le cuir respirent bien à l'abri de la surbotte
mais uniquement quand je suis en raquettes (MSR-denali evo ascent).

Cette année je vais peut-être les changer pour des surbottes NEOS maintenant distribuées au Vieux, modèle Villager ou Adventurer, ou les mettre en double s'il fait vraiment trop froid comme c'est bien parti cet hiver  8), à voir.
"Faut arrêter ces conneries de nord et de sud ! Une fois pour toutes, le nord, suivant comment on est tourné, ça change tout !"

24 novembre 2010 à 15:13:21
Réponse #9

tokala


j'utillise depuis 4 ans une paires  scarpa cumbre ,pour mes raid d'hivers sur 3 .4 jours en raquette ou condition alpine( max 3000 metres).
c'est un semelle rigide au début ces assez bizard (avant j'avais des meindel island) sutout quand ont doit marcher sur la route c'est pas cool .
par contre dans la neige ,j'ai plus cette sensation de pied froid que j'avais dans les island.

crampons automatique ça change la vie 4 fois plus rapide à mettre ,à condition de bien les régler.

made in italy ,c'est quand meme les rois de la chaussure et font du bon matos de montagne.

très bon confort le meilleur pour moi( sutout pour mes pieds) depuis que j'achete des chaussures de montagne une 20 années .
  line 7 , salomon, meindel , lowa ,je pense me prendre le modele scarpa ladakh pour les rando sans neige.
le modele a évoluer depuis  .
  
a plus
 tokala

la fonction propre de l'homme et de vivre, non d'exister.je ne perdrai pas mes jours à essayer de prolonger ma vie. je veux bruler tout mon temps.

                                      jack london

mitakuye oyasin

24 novembre 2010 à 23:06:05
Réponse #10

Galileo


Il y a aussi les Mountain Pack Boots  de chez Northern Outfitters ( http://www.northernoutfitters.com/p-24-mountain-pack-boots.aspx ) pour pas trop cher, le look est un peu special mais elles sont excellentes pour le prix (185$), j en ai essaye une paire d un ami lors d une sortie en raquettes et j ai ete pas mal impressionne.



au dessus c est les artic boot a 240$ http://www.northernoutfitters.com/p-23-arctic-boots.aspx

Cette societe est peu connue en dehors du fait qu elle equipe les participiant de la Yukon Quest depuis pas mal de temps.
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

25 novembre 2010 à 19:30:37
Réponse #11

dan11


Les coques plastiques

Avantages :
- très bonne isolation thermique
- imperméabilité parfaite
- solidité
- chausson interne amovible et faisant office de chausson de refuge
- rigidité ; bonne tenue de pied et de cheville

Inconvénient :
- rigidité extrême

Marcher avec des coques plastiques, donne une sensation très spéciale lorsqu'on n'y est pas habitué : on a l'impression d'avoir des chaussures de ski. Ensuite, en jouant avec le serrage du chausson interne et de la coque, on arrive à trouver un certain confort.
Raquettes aux pieds, la rigidité est moins gênante car la raquette dispose, en général, elle même d'une plaque rigide. La chaussures fait alors corps avec la raquette et c'est plutôt une sensation de sécurité qui domine.

En terrain accidenté ET dans des conditions climatiques très rudes, mon choix se tourne vers ces chaussures. L'inconfort (relatif) de la rigidité est largement compensé par la sécurité apportée : l'étanchéité des chaussures permet de traverser un ruisseau sans problème ; la coque fait office de chaussure de sécurité quand on coupe un arbre pour le camp ; on peut marcher avec le chausson interne dans la cabane ou même au camp, il sèche relativement rapidement et on peut le mettre dans son sac de couchage.


Je suis assez d'accord avec toi, après avoir retourné le problème dans tous sens, c'est à mon humble avis la coque (ou semi coque ou encore chaussure rigide) qui est le mieux, cependant, j'aime assez bien la Mukluk et/ou les overboots. (souplesse et isolations inégalables)

Cependant, la coque n'est pas idéale pour les grandes étendues neigeuses et les Mukluks sont à proscrire en Montagne (raquettes et crampons dérapent dessus :o),

Autre probleme, dans une bonne chaussure alpi et/ou coque, tu es plus limité en isolation qu'avec disons pour citer parce qu'elle est connue mais c'est pas la meilleure, (surtout que le feutre se mouillera très vite sans des chaussettes VB) : j'ai nommé la Sorel.... et tu ne peux pas non plus "bourrer" artificiellement la coque avec un surplus d'isolant au risque de comprimes pieds et isolant.... ^-^


alors que faire ?

ben l'idée c'est de mettre l'isolation par DESSUS la coque (isolation extérieure)

je pense me créer mon système en conciliant la rigidité de la coque et l'isolation des overboots
un mixte COQUE + OVERBOOTS


avec ceci :

déjà des chaussettes VB
http://www.rbhdesigns.com/product/1498/bonded-vaprthrm-liner-sock.htm

puis chaussure alpi/semi coque - 25°C (température en activité):
http://www.millet.fr/catalog/materiels/chaussures-c-17/radikal-pro-p-60-l-2.html
+
Overboot
http://wiggys.com/moreinfo.cfm?Product_ID=43
amène le tout vers -40°C
ou
http://wiggys.com/moreinfo.cfm?Product_ID=41
amène le tout à -50°C et +

reste à adapter les barrettes des crampons, parce que là il m'en faudra de type lanière et de taille 50, je pense en scier une paire et rallonger la barrette (avec ressoudage) si je ne trouve pas de crampons au dela de taille 48...
You can fool one people one time
You cannot fool all of the people all of the time

26 novembre 2010 à 08:44:40
Réponse #12

Outdoorsman


ben l'idée c'est de mettre l'isolation par DESSUS la coque (isolation extérieure)

amène le tout à -50°C et +

reste à adapter les barrettes des crampons, parce que là il m'en faudra de type lanière et de taille 50, je pense en scier une paire et rallonger la barrette (avec ressoudage) si je ne trouve pas de crampons au dela de taille 48...

Sinon, il y a les Millet Everest qui semblent correspondre à ton cahier des charges. Ce modèle a été conçu pour les expés himalayennes et ont bonne réputation auprès des spécialistes.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

26 novembre 2010 à 09:36:44
Réponse #13

Kilbith


Salut,

Juste un petit mot pour dire que les coques ne sont pas toutes "égales". Certaines, en majorité, sont totalement rigides. D'autres sont légèrement flexibles.

Les chaussons diffèrent aussi. Pour parler des modèles que j'ai utilisé ou que ma femme a utilisé :
* Dans des vario koflach, les chaussons sont avec des lacets et une semelle très correcte (il y a même un petit talon). Le chausson est recouvert d'une couche plastique étanche mais est ventilé par des trous qui le traverse et des "canaux" en relief permettent une légère évacuation de l'humidité.
* Sur des Lowa, le chausson possède du Goretex (il existe une version sans GTX). Il est donc relativement ventilé mais surtout étanche quand on marche avec dans la neige au bivouac. Il est aussi à lacet.
* Sur les coques Asolo (ancienne et nouvelle mouture comme ci-dessus) le chausson peut largement différer selon les modèles. Il est alors plus ou moins chaud. Sur pas mal de modèle le chausson est étanche puisque recouvert d'un enduit PU il ferme par un large velcro. Cela veut dire qu'il sèche mal au camp.
* Sur les coques Asolo intermédiaire (période nordica) certains modèles sont flexibles et permettent un meilleur déroulé lors de la marche. Le chausson est respirant sur ces modèles.


Perso je trouve que ce n'est pas galère de marcher dans la neige avec (en montagne), mais c'est vrai que c'est pénible sur un chemin. Dans tout les cas c'est très lourd au pieds, il faut donc un entrainement spécifique si on veut échapper aux tendinites. En revanche, je trouve que c'est rare les ampoules car les chaussons sont confortables.

Au bivouac, les chaussons des coques sont un plaisir, surtout ceux qui sont "respirants". Souvent quand le chausson est "respirant", en fin de journée la coque est bien humide, parfois mouillé, "dans les fonds". Et là, on se rend compte que la transpiration est un réel problème. Un coup de chiffon et c'est essuyé.

En montagne le gros avantage des coques c'est que l'on peut généralement utiliser des crampons automatiques. Non seulement ils sont souvent plus légers mais surtout beaucoup beaucoup moins galères à mettre et à défaire que ceux à lanières ou les semi auto, particulièrement par grand froid. Du coup on les mets même pour un petit névé.

Le poids est un handicap, d'autant plus qu'il est aux pieds. Mais si on considère que cela peut remplacer des chaussures de bivouac, des chaussettes plus fines et que l'on peut utiliser des crampons auto plus légers : cela compense un peu si on raisonne global. Et c'est une grosse sécurité.

Comme on le faisait remarquer plus haut, on doit apprendre à se servir des coques (gestion fine des laçages) pour les utiliser au mieux.

« Modifié: 26 novembre 2010 à 10:00:47 par kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

26 novembre 2010 à 14:19:32
Réponse #14

Jas


Bonjour

je lis ce post avec beaucoup d'interet, mais je me plante au niveau de la pointure.

Tailles US, tailles UK... je chausse du 40/41 selon les marques. Ca correspond a quoi en taille UK ?

Alors les chaussures c'est vraiment un truc qu'il faut essayer au préalable!

Pour ma part, je chausse du 46 en baskets, du 44 en chaussures de ville et du 45 en chaussures de rondo.

Pointures de Chaussures Homme

FRANCE    39,5    40,5     42    43    44,5     46    47    49    50    51    53    54    55    57
UK              6      7        8        9       10     11    12    13    14    15    16    17    18    19
« Modifié: 26 novembre 2010 à 14:25:54 par Jas »

26 novembre 2010 à 14:23:14
Réponse #15

Kilbith


Jas : Pour moi ton échelle d'équivalence de taille est inexacte.  :)

Du 10 US Homme c'est environ du 43 européen par exemple. Le plus souvent il y a une demi taille de différence entre UK et US en homme. Mais attention pas une demi de NOS pointures. Les US ont souvent plusieurs largeurs disponibles, aucun équivalent chez nous.

Je ne connais pas d'échelle de correspondance 100% exacte. Toujours approximatif.

PS : il me semble que tu l'as modifiée....celle là est plus correcte.
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

26 novembre 2010 à 20:49:56
Réponse #16

dan11


Sinon, il y a les Millet Everest qui semblent correspondre à ton cahier des charges. Ce modèle a été conçu pour les expés himalayennes et ont bonne réputation auprès des spécialistes.

Outdoorsman,

c'est sur, elle a l'air belle, elle a l'air bien mais bon ....
d'après ce que je peux me fier cad mon essayage (relatif) en magasin

Le modele Everest :
1/cela me tue le pied au niveau de la cheville à cause des chaussons intérieurs,
ca te casse la cheville superieure au niveau frontal à chaque pas, c'est horrible.

2/et parlons du lacage!!!! qui n'a rien à voir avec celui de la Radikal Pro, de plus au froid je déteste lacer mes grolles et oter les moufles, je me fusille les doigts...

3/ j'ai vraiment du mal à croire qu'elle puisse aller à -50°, du moins pas en statique
(la sorte de mousse utilisée expansée et alvéolée aluminisée n'atteint même pas 3 cm d'épais)

La Radikal Pro avec option surbotte:
1/c'est plus modulable

2/c'est plus confortable, je te demande de me croire sur parole, je pouvais courir dans le magasin, des pantoufles je te dis...

3/le systeme de lacage Boa est incomparable !! j'ai meme ecrit à MILLET pour les supplier de l'adapter sur le modèle Everest, (que j'acheterai qu'à cette condition)

4/en outre la surbotte apporte, pour la petite 2.5cm d'isolant LAMILITE autour (du L6) et 5 cm !!! pour la Mukluks (L12, pour les connaisseurs... : Kilbith)


Il y a aussi un site qui fait des surbottes, mais elles sont ridicules je trouve (pour celles en mince isolant Neoprene 0.5 cm car il y en a aussi en fibre siliconée continue "The insulation is a continuous filament polyester fiber, that has been laminated to one side of the shell fabric for stability"  = tiens donc !!! du Lamilite ????, ca y ressemble en tous cas:
http://www.40below.com/
(et on voit bien par contre le systeme avec lacage PAR DESSUS http://www.40below.com/product_detail_public.php?ProductID=377)
« Modifié: 13 décembre 2011 à 14:48:45 par plumok »
You can fool one people one time
You cannot fool all of the people all of the time

26 novembre 2010 à 22:39:43
Réponse #17

MuleSkinner


Salut pour ma part deux config que j'utilise avec succès l'hiver, 1er cas raquettes ou à pied dans la neige, des grosses bottes de marque baffin crossfire avec un chausson amovible à l'intérieur, très chaudes, la partie inférieure en plastique est étanche et le haut respire, avec une paire de guêtres c'est top et elles sont très légères, comme une paire de chaussures normale. 2eme cas course technique mixte ou glace, là c'est chaussettes en laine et galibier super guide avec guêtres yéti pour l'étanchéité. C'est moins chaud que les bottes mais bon. Je les enlève pas pour dormir, je défais juste les lacets pour avoir de la place, je vire la neige des semelles, et ça reste chaud et sec toute la nuit. Avec les bottes j'enlève la botte et je garde juste le chausson @+

31 janvier 2012 à 11:53:06
Réponse #18

Chris-C


Salut à tous,

je vais acheter des chaussures pour le trek en zone enneigée ou froide et avec du relief. Bref de type alpin.

pour le modéle je sais pas encore, Sorel conquest, Meindl Luzern, Hanwag Fjäll expedition, ça dépendra de ce que je trouve en magasin et que je peux tester.

Ma question porte sur le choix de la pointure. Vous conseillez plutôt quoi, une taille au dessus pour pouvoir mettre des chaussettes plus épaisses ou doubler les chaussettes? une demi taille? 4  ;#

J'utilise des chaussettes vbl. Donc pour le confort c'est:
-chaussette fine, absorbante, qui séche vite + chaussette VBL + chaussette thermique.

Comme ces chaussures ont l'air d'être déjà bien isolées, faut il quand même garder une marche pour des grosses chaussettes sans diminuer la circulation sanguine jusqu'a mes petits doigts de pieds?

merci

03 février 2012 à 10:29:19
Réponse #19

Outdoorsman


Commençons par une évidence, il faut essayer les chaussures, avec les chaussettes avec lesquelles tu vas les utiliser.

Pour des chaussures hivernales, il faut les prendre assez grandes, entre 0.5 à 1.5 pointure au dessus. Tout dépend comment elles tiennent ton pied. Ce qu'il faut éviter, c'est le talon qui se décolle dans la chaussure, là, c'est ampoules assurées.
L'intérêt de les prendre + grande, c'est d'abord d'éviter la compression du pied ce qui réduira la circulation sanguine et te donnera froid. L'autre intérêt c'est effectivement de prévenir le gonflement du pied à l'effort qui produira la compression.

Pour résumer, je dirai qu'il faut les prendre le plus grand possible, avec pour limite ultime le décollement du talon.
Si au final la chaussure se révèle un peu grande ou se détend, tu pourra toujours rajouter une petite sous-semelle.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

20 janvier 2014 à 09:40:33
Réponse #20

Ulf


Bonjour,

Je me permet d'intervenir dans ce sujet pour vous demander des retours sur des chaussures à tige rigide avec isolation thermique sérieuse. J'en aurai besoin, si ce n'est pas cette année, assurément l'hiver prochain.

Un modèle a particulièrement attiré mon attention, il serait équivalent (voir supérieur sur le papier) aux sorels conquest présentées en page précédente (ça devrait d'intéresser outdoors man):

BUGABOOT PLUS II XTM OH de chez Columbia.

Si vous les avez utilisées, qu'en pensez vous ?

Surtout, maintiennent t-elles suffisamment les chevilles ? Sont elles compatibles avec les raquettes ?

Je sais que MAD les a utilisées par le passé... si tu passes par là, deux petites lignes seraient les bienvenues =)

Même question à propos des Luzern (Je ne trouve pas d'information technique en dehors du fait que la doublure est en laine... oui mais pour quelle température ? Quelle rigidité ?)

Merci d'avance.
« Modifié: 20 janvier 2014 à 09:49:03 par Ulf »

20 janvier 2014 à 14:35:28
Réponse #21

Lélie


Quelques éléments sur les bottes d'hiver ici aussi : http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,15608.100.html
A partir du message #109, page 6.
 :)
Le bonheur est un voyage, pas une destination ...

20 janvier 2014 à 15:27:05
Réponse #22

Kilbith


Bonjour,
Je me permet d'intervenir dans ce sujet pour vous demander des retours sur des chaussures à tige rigide avec isolation thermique sérieuse. J'en aurai besoin, si ce n'est pas cette année, assurément l'hiver prochain.

Salut,  :)

Je ne sais pas ce que tu cherches effectivement, mais je me permet quelques remarques issues de mes expériences.

Si on porte des VBL :
Tout est bon. Les VBL vont éviter d'humidifier l'isolant de la chaussure (qui peut être de simple chaussettes dans des chaussures grande et larges).
Il faut être certain qu'il fasse assez froid, que l'effort est relativement régulier et s'astreindre à des soins attentifs pour les pieds. Il faut être certain de pouvoir s'y astreindre ET avoir une bonne circulation dans les jambes, pas de mycose, pieds diabétique et autre...
En hiver c'est d'autant plus simple que l'on marche relativement peu de temps (jours court) et que l'on quitte rapidement ses chaussures pour des enveloppes chaudes, souples et légères au camp.

A noter que l'humidité dans les VBL n'est pas un problème. La nuit elle gèle, on retourne la VBL et au matin on retire le givre. Normalement la première chaussette fine en synthétique sèche sans problème, les autres sont placées après la VBL donc sèches.

Si on ne porte pas de VBL :

Doublure amovibles absorbantes.
Les chaussures ayant une isolation amovible sont la solution. Mais il faut pouvoir sécher cette isolation.
- Avec du feu (ou gros apport de chaleur comme en "camping chaud", si les feutres sont en laine c'est plus simple (Nokian naali).
- Sans feu (ou sans apport de chaleuur massif, typiquement camping froid) les feutres synthétiques sont plus faciles à sécher (Sorel).
- Si on n'a que la chaleur du corps comme source de chaleur, il est préférable de multiplier les couches d'isolant plutôt que des gros feutres. 3 paires de chaussettes offriront une grande surface et on pourra se débrouiller en les étalant sur le corps, avec un réchaud....etc. Le synthétique, moins confortable sèche plus vite que la laine.

Doublure amovibles non absorbantes.
On trouve ce type de doublure dans les coques d'alpinisme rigides et cramponnables la plupart du temps. Le chausson synthétique est composé de mousse peu ou pas sensible à l'humidité.
- On se retrouve avec un système proche de celui des VBL. Il faut prendre soin des pieds dès que possible.
- Les chaussettes néoprènes sont aussi des doublures amovibles non absorbantes. C'est un système employé par les militaires. Pas confortable, semblable à des VBL isolantes.

Chaussures chaudes sans doublures amovibles mais pas imperméable à l’intérieur.
Les modèles habituels sont de deux types :
- ceux qui sont très imperméables (présence d'une membrane) et donc peu respirantes mais qui vont protéger de l'humidité extérieure.
La doublure va s'imbiber et perdre une partie de ses propriétés isolantes. Avec les matières synthétiques c'est gérable sur plusieurs jours. Le truc c'est de ne JAMAIS laisser les chaussures geler (on ne pourra pratiquement plus entrer le pied dedans). Typiquement les chaussures dorment dans un sac en plastique dans le sac de couchage. Ce n'est pas confortable, les pieds macèrent, mais c'est gérable tant que l'on n'est pas en statique trop longtemps. Généralement on fait tourner les chaussettes chaque jour pour améliorer le confort. C'est à priori le modèle que tu cherches.

- Ceux qui sont peu imperméables (donc utilisation seulement par température très froide en l'absence d'eau). L'idée c'est de laisser l'humidité s'évaporer au fur et à mesure de la journée. Plus la chaussure est imperméable moins ça fonctionne. Le risque c'est que l'eau pénètre "par l'extérieur" (pas assez froid, neige fondue, pied traversant la glace...)
A plus simple, les chaussures de feutre épais (Valenki). Cela ne fonctionne que par temps très froid et si on n'a pas besoin de chaussures rigides/solides.
En intermédiaire les mukluks.
A l'autre extrémité les bottes de chasse relativement souples en cuir doublées de laine de mouton. Si on marche vraiment, l'humidité va s'accumuler.

Les modèles sans doublure amovibles mais imperméables intérieur/exterieur.
On est plus ou moins dans le système VBL, avec les mêmes contraintes. Ce sont les chaussures d'E. Hillary sur l'Everest ou plus communément les "bunny boots" issues de la guerre de Corée.
Les problèmes d'hygiènes sont les mêmes que pour le port des VBL.

J'ai essayé de résumer les choses, il faut dire que je suis aussi en pleine réflexion actuellement sur ces points.   ;)
« Modifié: 20 janvier 2014 à 15:37:33 par Kilbith »
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

20 janvier 2014 à 18:56:18
Réponse #23

Outdoorsman


Un modèle a particulièrement attiré mon attention, il serait équivalent (voir supérieur sur le papier) aux sorels conquest présentées en page précédente (ça devrait d'intéresser outdoors man):

BUGABOOT PLUS II XTM OH de chez Columbia.

Si vous les avez utilisées, qu'en pensez vous ?

Surtout, maintiennent t-elles suffisamment les chevilles ? Sont elles compatibles avec les raquettes ?

Je ne connais pas ce modèle mais comme ça à voir la photo, ça a l'air moins rigide et plus light que les Conquest.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

20 janvier 2014 à 20:32:31
Réponse #24

Ulf


Merci Kilbith pour ton intervention  :up:

Les VBL sont en effet apparues comme élément clef dans un système de grolles hivernales. Je ne connaissais pas cette chose avant hier (eh oui...). Tu précises leur utilité, merci.

Citer
Je ne sais pas ce que tu cherches effectivement, mais je me permet quelques remarques issues de mes expériences.

Je cherche précisément une chaussure qui maintient solidement la cheville pour la marche en montagne en partie hors sentier et dotée d'un isolant me permettant de tenir en statique pendant l'hiver.

"Votre" système de chaussure "coque" m'est totalement étranger.

Contexte: sac de 30Kg* et +, chevilles de phasme pour soutenir 88Kg de viande, bonhomme inexpérimenté en montagne et décor Vosgien pour démarrer par commodité de proximité.

Les SOREL caribou et autres bottes néoprène seraient risquées dans ce contexte, je trouve.

*Je commencerai sans les "enclumes" pour apprendre dans un premier temps. Et j'ai bien conscience du caractère risqué de l'entreprise compte tenu de mon expérience.

Pour pinailler:

Citer
En hiver c'est d'autant plus simple que l'on marche relativement peu de temps (jours court) et que l'on quitte rapidement ses chaussures pour des enveloppes chaudes, souples et légères au camp.

Je ne pourrai pas emporter une paire de sorel compte tenu du poids de mon sac déjà limite. Je devrai jongler entre les paires de chaussette.
« Modifié: 20 janvier 2014 à 20:50:25 par Ulf »

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité