Nos Partenaires

Auteur Sujet: Tout sur les champignons  (Lu 21691 fois)

23 août 2010 à 11:50:45
Lu 21691 fois

Fada


Alors comme c'est bientôt la saison des champignons (si ce ne l'est déjà pour certains...), je prends l'initiative de faire un dossier complet sur la cueillette des champignons, les précautions à prendre et les astuces  ;)

  • Comment s'équiper ?

- De bons vêtements : La cueillette des champignons n'est pas une sortie en randonnée, il faut souvent faire du hors-sentier, ramper, se mettre à 4 pattes, s'accrocher aux branches, dévaler une pente de pierres abrasives; donc des vêtements solides est fortement conseillé, évitez les tissus fins, à très faibles deniers, ils finiront en lambeaux dans certains endroits à la végétation denses et épineuses, préférez les vêtements militaires ou de chasse, ce sont des valeurs sûres. Mieux vaut éviter les vêtements trop amples car ils vous ennuieront dans certains taillis particulièrement fournis (notamment en forêt de type méditerranéen...).
Il ne faut pas hésiter à prendre sur soi un gilet de signalisation fluo qui permet de se repérer les uns des autres si on se promène en groupe, ou de se faire remarquer de possibles chasseurs qui partagent fréquemment les mêmes territoires de prospection. Prévoir aussi d'emmener un vêtement imperméable, au cas où...

- Les outils : Panier et couteau sont indispensables. Un bon panier, large et à fond plat est préférable : il permet de ranger par espèce les champignons au fur et à mesure qu'on les récolte. Une fois la promenade terminée, il sera plus facile de les étudier et de les trier. Éviter les sacs en plastique : ils échauffent et détériorent les champignons.
Pour le couteau : un Opinel suffit amplement. Une machette ou un bâton peut-être utile dans les végétations denses (en forêt méditerranéenne c'est parfois aussi dense qu'en Amazonie). Autres objets très importants à emmener : une boussole, un sifflet, un téléphone portable et même parfois une carte si vous ne connaissez pas bien le coin.
Ne pas oubliez d'emporter un kit de survie avec soi, au cas où...

  • Comment ramasser ?

Certains champignons, parmi lesquels de nombreux polypores, vivent plusieurs années durant. D'autres tels les coprins, ont au contraire une vie très éphémère. Selon les différentes espèces, les régions et le temps qu'il fait, on est donc susceptible de trouver des champignons toute l'année.

Généralement, les espèces comestibles ont une durée de vie plutôt courte et poussent pour la plupart du printemps à l'automne, cette dernière saison étant la plus prolifique. C'est souvent le bouche à oreille qui nous informe de leur poussée.

Une fois sur place, rien ne sert de courir. Avec l'habitude, on s'aperçoit vite qu'en passant et repassant au même endroit ou tout simplement en s'engenouillant, on découvre une multitude de choses, non seulement des champignons, mais aussi tout un microcosme vivant impossible à percevoir si l'on a chaussé des bottes de sept lieues... Une fois un champignon repéré, pas de panique, il ne se sauvera pas ! Si l'on est débutant, il faut apprendre à le ramasser.

Il est impératif de l'avoir dans son entier, non seulement la partie visible mais aussi la partie qui peut-être plus ou moins enterrée comme par exemple, la volve ou le bulbe des amanites. Cette partie enterrée est toujours l'un des éléments qui permettent de reconnaitre l'espèce découverte.

Une fois le champignon ramassé, évitez de trop le manipuler. Déposez-le dans votre panier, tapissé si possible de mousse ou de fougères.
Mémorisez le biotope : herbage, taillis, bois, essence d'arbres environnants... Ce seront autant d'indices pour la détermination de la récolte.

Pour ce qui est du panier, ne pas entasser les différentes espèces, séparez-les, à moins que vous ne soyez certain de leur comestibilité !

Il faut bien se rappeler d'une chose avec les champignons : le doute n'est pas permis.

  • Réglementation et comportement :

Aller aux champignons ne signifie ni le pillage ni le bouleversement des lieux de récolte. Les forêts sont généralement ouvertes à tous, ce qui ne signifie pas pour autant qu'on peut y ramasser tout ce qu'on veut. Il faut savoir que la collecte des champignons est une tolérance et non un droit. Il ne faut pas s'étonner qu'un garde forestier s'intéresse de près au panier de récolte... Il ne dira rien s'il ne contient que ce qui correspond "aux besoins de la consommation familiale", estimée aux alentours de cinq kilos. De toute façon, des pancartes indiquent ces limitations inhabituelles...

En ce qui concerne les propriétés privées, la loi précise que les champignons appartiennent au maitre des lieux et que les ramasser sans son autorisation équivaut à un vol précédé d'un viol de propriété.
75% des forêts françaises sont privées....

Ne ramassez que des spécimens adultes et frais. Laissez les jeunes se développer et les vieux participer à la pérennisation de l'espèce.


Ne prélevez qu'une quantité raisonnable, il faut s'attendre, dès le retour à la maison, à préparer tout ça et la majorité se détériore à vive allure, parfois les gens jettent par faute de temps ou de patience...
« Modifié: 06 septembre 2010 à 08:17:35 par Fada »

23 août 2010 à 11:57:12
Réponse #1

Fada


Les champignons comestibles :

- L'amanite des Césars (ou oronge) :

Source de l'image : Wikipédia.

- Localisation : Rare au nord de la Loire, plus commune dans le sud de la France, car cette espèce aime la chaleur. Isolée ou en très petits groupes, dans les bois de feuillus et sur les talus environnants.
- Cuillette : Juillet-Novembre

- Le bolet orangé :

source : wikipédia

- Localisation : Peu commun du fait de la répartition des trembles. En groupes, souvent sous trembles.
- Cueillette : Juillet-Novembre

- Le bolet des chênes :

source : wikipédia

Localisation : Très fréquent, partout en France. Plutôt isolé, principalement sous chênes mais aussi sous divers feuillus.
Cueillette : Juillet-Novembre

- La coulemelle (ou lépiote élevée) :

source : wikipédia

Localisation : Commune, partout en France. Le plus souvent dans les prairies, bois clairs et pelouses. En groupe.
Récolte : Juillet-Novembre

- La russule verdoyante :

source : wikipédia

Localisation : Commune à peu fréquente, partout en France. Sous les feuillus.
Récolte : Juillet-Novembre

- La tête de nègre (ou bolet bronzé) :

source : wikipédia

Localisation : Commun dans le Sud et le Centre, plus rare ailleurs. Sous les feuillus.
Récolte : Juillet-Novembre.

- Le bolet bai :

source : wikipédia

Localisation : commun, partout en France. Sous feuillus et conifères.
Récolte : Juillet-Novembre.

- La Trompette de la mort :

source : wikipédia

Localisation : Assez commune, partout en France.
Récolte : Juillet-Novembre

Mon préféré : Le Lactaire Sanguin :

source : wikipédia

Localisation : Commun dans le Midi, peu fréquent au nord de la Loire. Sous les pins.
Récolte : Septembre-Novembre

- Le bolet des pins :

source : wikipédia

Localisation : Peu fréquent, plus commun dans le Midi. Sous les conifères et feuillus.
Récolte : Juillet-Novembre.

- Chanterelle en tube :

source : wikipédia

Localisation : Commune, partout en France. Parfois en touffes sous les feuillus et conifères.
Récolte : Juillet-Novembre

- La morille conique :

source : wikipédia

Localisation : Commune à rare selon les années, plus courante en région montagneuse. Le long des allées forestières, le long des haies bordant les pâturages, vignes.
Récoltes : Février-Mai.

- Le sparassis crépu :

source : wikipédia

Localisation : Assez commun, partout en France. Isolé à la base des troncs, sur souche ou sur racine de conifère.
Récolte : Juillet-Novembre.

Attention : son homologue, le sprarassis à lanières est vénéneux !

- L'amanite rougissante :

source : wikipédia

Localisation : Commune, partout en France. En groupe, sous feuillus et conifères.
Récolte : Juillet-Novembre.

- Le cèpe de Bordeaux :

source : wikipédia

Localisation : Commun, partout en France. Sous feuillus et conifères.
Récolte : Juillet-Novembre.

- Cèpe d'été :

source : wikipédia

Localisation : Commun, partout en France. Sous feuillus et conifères.
Récolte : Juin-Septembre

- La chanterelle (ou girolle) :

source : wikipédia

Localisation : Commune, partout en France. Rarement isolée, le + souvent en nappes dans les bois de feuillus et conifères. Le ramassage intensif semble responsable d'une diminution de l'importance de ces nappes.
Récolte : Mai-Novembre

- Le pied bleu :

source : wikipédia

Localisation : Commun, partout en France. Sous feuillus et conifères, prairies avoisinantes.
Récolte : Juillet-Novembre.

- Le pied-de-mouton :

source : wikipédia

Localisation : Commun, partout en France. Sous feuillus et conifères, bien gratter la terre pour le voir.
Récolte : Juillet-Novembre

- Le mousseron de Printemps :

source : wikipédia

Localisation : Commun, mais se raréfie, partout en France. Dans les prés, les haies et bois clairs.
Récolte : Avril-Septembre

- Le pied violet :

source : wikipédia

Localisation : Commun, partout en France.
Récolte : Octobre-Décembre

- La rosé des près :

source : wikipédia

Localisation : Commun mais se raréfie, partout en France. Prairies, herbages, bord des routes.
Récolte : Aout-Novembre

- Le pleurote en forme d'huitre :

source : wikipédia

Localisation : commun, partout en France.
Récolte : Septembre-Novembre.

- Le Coprin chevelu :

source : wikipédia

Localisation : Commun, partout en France. Dans les bois clairs, jardins, décharges, bords des routes.
Récolte : Juillet-Novembre (ne ramassez que les jeunes pousses).

Attention : son homologue, le coprin noir d'encre est vénéneux !
« Modifié: 23 août 2010 à 13:50:51 par Fada »

23 août 2010 à 11:57:29
Réponse #2

Fada


  • Les champignons à éviter : (quasiment tous les champignons d'aspects bizarres et/ou de couleurs très vives)

/!\ NE PAS Y TOUCHER !!!

En cas de problèmes avec ces champignons, contactez au plus vite un centre antipoison aux premiers symptômes.

- L'amanite tue-mouches :

src : wikipédia

- La lépiote des jardins :

src: wikipédia

- L'amanite phalloïde :

src : wikipédia

- Le bolet de fiel (ou bolet amer) :

src : wikipédia

Ce n'est pas un champignon vénéneux mais peut provoquer vomissements & indigestions !

- Le gyromitre :

src : wikipédia

- L'amanite panthère :

src : wikipédia

- L'amanite épaisse :

src : wikipédia

- Le pleurotte de l'olivier :

src : wikipédia

- Inocybe de Patouillard :

src : wikipédia

- Coprin noir d'encre :



Toxique en présence d'alcool.

« Modifié: 23 août 2010 à 20:26:32 par Fada »

23 août 2010 à 13:12:39
Réponse #3

Melkor


Citer
Il est impératif de l'avoir dans son entier, non seulement la partie visible mais aussi la partie qui peut-être plus ou moins enterrée

On m'a toujours dit qu'il fallait couper le champignon pour laisser en terre la "racine" car cela permettait une repousse du champignon, et que c'était pour cette raison que le ramassage au râteau était condamnable.
Qu'en est-il vraiment ?

Super sujet en tout cas =)

Je rajouterais une chose : faire un check intégral en rentrant pour vérifier si on a pas de tiques accrochées. Crapahuter dans les grandes herbes et les fourrés ya rien de mieux pour ça et j'en ramène quasiment à chaque sortie champignon que je fais...

23 août 2010 à 14:00:39
Réponse #4

Fada


En réponse à Melkor : comme dit plus haut, la partie enterrée est un moyen d'éviter une confusion entre un champignon comestible et vénéneux. Pour certains champignons comestibles, très facilement identifiable (comme les lactaires sanguins) il vaut mieux les couper à ras du sol, pas besoin de les sortir entier, pour une raison écologique, il vaut mieux en effet, les couper. Mais dès lors qu'on a un doute, il faut sortir en entier le champignon pour avoir le maximum d'éléments à disposition pour juger de sa possible comestibilité.
« Modifié: 06 septembre 2010 à 08:16:13 par Fada »

23 août 2010 à 14:09:18
Réponse #5

Pierrot


Citer
On m'a toujours dit qu'il fallait couper le champignon pour laisser en terre la "racine" car cela permettait une repousse du champignon, et que c'était pour cette raison que le ramassage au râteau était condamnable.

Le pied du champignon n'est pas une "racine" à proprement parler et le fait de l'enlever ne nuira pas à la pousse future.

En revanche les idiots ( il n'y a pas d'autre mot ) qui utilisent un rateau bousillent le mycellium qui produit les champignons, donc une fois le terrain ratissé il y a de fortes chances pour que l'année suivante il n'y ait pas de repousse, j'ai pu le constater sur une place à mousserons dans un bois qui m'appartient.....

Il faut effectivement prélever le champignon au complet lorsque l'on veut l'étudier ou déterminer son espèceà coup sûr.

23 août 2010 à 19:32:30
Réponse #6

gmaz87


bonjour,
Idem que Pierrot, dans un de mes bois il y avait un bon coin à girolles.
Le problème est que beaucoup d'entre elles se cachent sous les feuilles et que pour les ramasser il faut avoir l'oeil et y mettre le temps, ce que moi (et d'autres d'ailleurs) nous prenions le temsp de faire.
Un jour (il y a deux ans) j'y suis passé, un sombre c*n   >:( avait ratissé l'endroit, quasiment pelé d'ailleurs.
Moralité C'ETAIT un bon coin à girolles, depuis quasiment plus rien.
Donc prelevez mais d'une manière intelligente. :)
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

23 août 2010 à 19:39:18
Réponse #7

AFA


Juste un petit truc : le bolet de fiel, parmi les vénéneux dans ton classement, n'est pas toxique, juste immangeable (extrêmement amer, d'ou son nom). Un seul parmi une poêlée et c'est fichu pour la dégustation de cèpes ;D.

23 août 2010 à 19:58:59
Réponse #8

jeanluc


Très belle revue Fada,et qui donne faim ;D
Le coprin noir d'encre n'est pas ,à ma connaissance ,toxique tel quel,il developpe ,en presence d'alcool,une toxine qui te rend malade,donc pas de bibine quelle qu'elle soit pendant 48 h et d'autre part il est à consommer,de même que le coprin chevelu (un regal celui-là) TRES vite et ne pas le mettre dans une poche en plastique,qu'il n'apprecie pas du tout!

23 août 2010 à 20:00:24
Réponse #9

AFA


Ceci dit, savoir reconnaitre le bolet de fiel est un véritable plus pour le cueilleur de champignons, sachant que c'est le bolet qui grosso-modo se rapproche le plus des cèpes.

A force de me faire avoir j'ai fini par comprendre ;#...

23 août 2010 à 20:30:50
Réponse #10

Sotret


Bel effort Fada  :up:

je rajouterai à ta liste de matériel un bon bouquin (j'ai personnellement un faible pour "Champignons de France et d'Europe occidentale" de Marcel Bon)



Les couleurs des champignons peuvent varier notablement en fonction de l'hygromètrie et de l'âge. La couleur et la forme des lamelles (ou des tubes) sont aussi des critères importants. D'où l'importance d'un manuel sérieux, bien illustré, en plus d'un recueil de photos...

23 août 2010 à 22:03:09
Réponse #11

belfeuil


Merci pour cette excellente initiative qui ouvre l'appétit.

Je vais replonger le nez dans les bouquins du coup.

24 août 2010 à 09:06:13
Réponse #12

Draven


Très interressant ! Ca fais plusieurs années que je veux y retourner mais jamais été au bons moments... Gamin j'y passais des heures avec ma mère. Une poellée de trompettes de la mort avec un peu d'échalotte en accompagnement d'un morceau de boeuf saignant... rah !  :love:

Par contre, j'ai lu partout qu'il fallait éviter de cueillir dans les forêt autour de Verdun, a cause des doses de métaux lourds dans le sol... Sachant que j'habite a 500m du début des bois, ça me fais chier d'aller a 30km en bagnole...
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

24 août 2010 à 13:39:31
Réponse #13

theso (cyrille)


Voilà un page que je vais mettre dans mes favoris :doubleup:
Je vais pouvoir travailler mes lacunes dans ce domaine dans mes montagnes pyrénéenne.

Au passage, une appli sur Iphone qui est pas mal et qui traite des champignon c'est Fungi.

Merci et bonne cueillette.

24 août 2010 à 14:03:33
Réponse #14

Pierrot


Citer
Par contre, j'ai lu partout qu'il fallait éviter de cueillir dans les forêt autour de Verdun, a cause des doses de métaux lourds dans le sol..

Autour de verdun et hélas partout en France, les champignons ont la capacité de fixer les métaux lourds, les radiations et autre joyeusetés.

Il faut le savoir, ensuite libre à chacun d'en tenir compte ou pas, comme pour l'alcool ou le tabac.

A tout le moins consulter les cartes de la CRIIRAD et éviter d'en ramasser là ou il y a eu des retombées de radioactivité.

24 août 2010 à 14:25:16
Réponse #15

Fada


Autour de verdun et hélas partout en France, les champignons ont la capacité de fixer les métaux lourds, les radiations et autre joyeusetés.

Il faut le savoir, ensuite libre à chacun d'en tenir compte ou pas, comme pour l'alcool ou le tabac.

A tout le moins consulter les cartes de la CRIIRAD et éviter d'en ramasser là ou il y a eu des retombées de radioactivité.

+1.

Dossier intéressant de 8 pages : http://www.webatoll.com/champignons/toxicomodele/metaux_1.htm

24 août 2010 à 16:28:29
Réponse #16

Draven


Quand je parle des alentours de Verdun, c'est que nous sommes dans une zone rouge niveau forêt, y'a des tonnes de métaux lourds encore dans les sols rien qu'aux alentours de Verdun, uniquement a cause des millions de munitions non explosées encore enfouis.

J'parle même pas du nuage de Tchernobyl !  :lol: :lol: :lol:
Version humaine de l'Ursus arctos middendorffi
FlickR

24 août 2010 à 18:05:12
Réponse #17

jilucorg


Intéressante mise en appétit de saison ! :) Il faudrait seulement que ceux qui sont peu habitués à l'identification des champignons, ou qui ne connaissent pas certaines des espèces illustrées ici, ne se fient pas aux images pour les reconnaître.

En particulier, il faut être averti des risques de confusion dans ce domaine. Ainsi, des critères d'identification précis sont indispensables pour distinguer de très bons comestibles de leurs 'cousins' toxiques voire mortels.

Par exemple, une jeune Lépiote élevée ou Coulemelle (Macrolepiota procera) ne doit en aucun cas pouvoir être confondue avec une Lépiote brune ou helvéolée (Lepiota helveola) potentiellement mortelle — apparemment celle nommée ici "des jardins". Itou pour l'Amanite rougissante (≠Amanite panthère), le Mousseron de printemps ou Tricholome de la Saint-Georges (≠Entolome livide) et même pour l'aimable Rosé des prés (≠Amanite vireuse ) par exemple : beaucoup des comestibles cités ici peuvent dans certaines conditions (âge, biotope, hygrométrie, délavage par la pluie etc., mais surtout ignorance des indices discriminants et manque d'expérience de terrain) être faussement identifiés, au prix de troubles divers et parfois graves. Prudence !

  
jiluc.

24 août 2010 à 18:14:28
Réponse #18

lambda


beau boulot, Fada.  :up:

Pour aller dans le sens de Jilucorg, et remarquant que les photos de ton fil ont pour source wikipedia, il serait intéressant ici par exemple, de compléter cette "banque d'mages" par des photos de champignons prises par les memebres du forum souhaitant participer à ce fil.

- chaque membre vivant dans des "terroirs" un peu différents, avec des conditions météo un peu différentes, il serait donc intéressant pour une espèce donnée, d'avoir différentes photos illustrant ce que dit Jilucorg, faites par lesdits membres:

...: beaucoup des comestibles cités ici peuvent dans certaines conditions (âge, biotope, hygrométrie, délavage par la pluie etc., mais surtout ignorance des indices discriminants et manque d'expérience de terrain) être faussement identifiés, au prix de troubles divers et parfois graves. Prudence !

jiluc.

ces photos pourraient être prises aussi avec des spécimens d'une même espèce, à différents ages...

ainsi, chaque espèce pourrait être vue sous différents aspects refletant une réalité plus complexe que l'image "académique" venant du wiki ou d'un manuel quelconque, si bon soit il.

juste une suggestion, sans rush particulier... ca se ferait à l'envie de chacun dans ce fil, au fil des mois...

a+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

24 août 2010 à 21:27:06
Réponse #19

jilucorg


Ouimé... mettre plein de photos ne va pas répondre à la mise en garde concernant la connaissance nécessaire des risques de confusion existants, espèce par espèce, sur la base d'indices botaniques fixes. Pour avoir une initiation aux risques de confusion, on peut consulter les exemples illustrés sur ce site : http://www.tachenon.com/Html/confondre.html

Photos concernant les lépiotes, à la fois pour donner envie d'y aller voir, et pour faire comprendre ce que je veux dire à propos des photos comme "moyen d'identification" :

: très bon, et une autre de la même espèce :

  : mortel

Moi j'aime pas les photos pour faire de l'identification botanique (ou entomologique) ! ;D Le mieux de très loin, c'est dans le coin où on veut chercher de se rapprocher de quelqu'un qui soit un vrai amateur depuis longtemps, et qui veuille bien faire de l'initiation pour les espèces qu'il ramasse habituellement par chez lui (pas facile à trouver !! ;) ; en matière de bouquins, à mon avis (et pas que !!), il n'y a pas trop de choix : il faut acquérir LE manuel de Marcel BON, considéré comme de référence et déjà cité plus haut, qui explique tout bien, de manière très claire, avec de vraies illustrations botaniques (Flammarion - ISBN: 2-08-201321-9) :


Ça ne frime pas, mais c'est la base. Si on en a acheté d'autres avant celui-ci, on regrette... :D

  
jiluc.

08 septembre 2010 à 14:32:27
Réponse #20

inzemix


Super fil !
Bon nombre de champignons présentés ici font partie de ceux que j'ai ramassé pendant des années avec mon père... (mais en savoie en tous cas, y'en a plein d'autres que je ramassais :D mais ceux que tu n'as pas cité sont de ceux qui sont facilement confondus avec des champis dangereux...)
Il est vraiment important de préciser de faire attention, on voit bien juste au dessus, avec les photos de deux lépiotes... Les comestibles et les non comestibles peuvent parfois vraiment se ressembler...
Un bon truc, prenez contact avec la société de mycologie la plus proche, ils sont a même de vous dire ce qu'on peut trouver dans les bois près de chez vous... Et comme ce sont des passionnés, ils n'hésiterons pas a vous aider, ils organisent aussi parfois des sorties...
Par contre leur demandez pas leurs coins... Pour ca, y'a qu'un truc qui marche, courir les bois...

En ce qui concerne la plupart des pharmaciens, ils n'y connaissent rien, il est parfois conseillé d'aller les voir pour savoir si les champignons se mangent... J'y suis allé une fois, avec un panier plein de spécimens que je connaissais bien (et comme je fais pas mes sorties a 5h du matin, je ramasse plus souvent des champignons que les autres ne ramassent pas...) moralité, d'après lui, aucun n'était comestible... Je peux vous dire que je me suis quand même régalé...
« Modifié: 09 septembre 2010 à 17:54:27 par inzemix »

08 septembre 2010 à 16:36:34
Réponse #21

Outdoorsman


Je rajoute la vesce de loup géante :



J'en ai trouvé et mangé une la semaine dernière.

Facile à préparer : peler et couper en tranches d'un bon centimètre d'épaisseur et faire revenir à la poele avec un peu d'huile d'olive.

Bon comestible, pas de confusion possible. Il faut cependant que le champignon soit jeune (bien blanc à l'intérieur).
On trouve les vesces de loup géante assez fréquemment dans les prairies de moyenne altitude.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

12 septembre 2010 à 18:12:46
Réponse #22

Pinpon


Bonjour à tous!

J'aimerais assez m'initier au monde complexe des champignons et j'hésite entre 2 guides pour débuter.

En 1er il y a le guide "Champignons de France de Marcel Blond" cité plus haut
et en second le "Guide des champignons de France et d'Europe" de Régis Courtecuisse aux éditions Delachaux et Niestlé.

http://www.amazon.fr/Guide-champignons-France-dEurope-Courtecuisse/dp/2603015109/ref=pd_bxgy_b_img_b

Quelqu'un pourrait-il me donner son avis quant à ces 2 livres et si possible m'envoyer, ou déposer dans ce fil si ça ne pose pas de problèmes de copyright, un scan de quelques pages de chaque bouquin afin de pouvoir me faire une opinion plus objective.




12 septembre 2010 à 20:37:22
Réponse #23

Fred49


Depuis le temps que je mange des lépiotes, celle "des jardins" m'a intrigué.
Une rapide recherche google l'annonce comme potentiellement toxique mais seulement parce qu'elle pourrait concentrer des toxiques type nitrates.
J ai raté quelque chose ?

13 septembre 2010 à 07:13:19
Réponse #24

restonica


Depuis le temps que je mange des lépiotes, celle "des jardins" m'a intrigué.
Une rapide recherche google l'annonce comme potentiellement toxique mais seulement parce qu'elle pourrait concentrer des toxiques type nitrates.
J ai raté quelque chose ?
Hé oui, ;D
il ne s'agit pas de contamination  avec les nitrates (possible, mais comme avec tout champignon) mais de toxicité essentielle liée à des mycotoxines de variétés de lépiotes de moins de 10 cm de haut : 10cm=critère de sécurité  (ex:lépiote brune,lépiote de Josserand
la gravité des intoxications va jusqu'au décès  :o !
conclusion rejeter TOUTE lépiote de moins de 10cm.

https://secure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/L%C3%A9piote

http://coulemelle.lepiote.free.fr/lepiotes.htm

@+

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité