Nos Partenaires

Auteur Sujet: Les zones d’échange de chaleur du corps  (Lu 26214 fois)

06 juillet 2010 à 15:24:35
Lu 26214 fois

kikou92


Bonjour à tous,

Nous savons à peu près tous sur ce forum que les zones d'échange de chaleur de notre corps avec son environnement sont à peu près les suivantes :

Tête : 20% des échanges de chaleur
Cou : 20% des échanges de chaleur
Tronc : 30% des échanges de chaleur
Bras : 10% des échanges (surtout au coude et au poignet)
Aines : 10 % des échanges de chaleur
Jambes : 10 % des échanges de chaleur

J'ai entendu et ré-entendu ces infos plusieurs fois.
Bon, cette semaine, je suis une formation SST (Sauveteur et Secouriste du Travail). A un moment, il est question de couvrir une personne installée au sol qui a froid après un traumatisme (hémorragie, fracture...) avec une couverture.

"Où mettre la couverture ?" demande la formatrice

Me souvenant de ce qu'ai appris et expérimenté sur moi-même en bivouac, je prends la couverture et, avec une certaine assurance, je privilégie le torse, le cou et la tête.

Regard ahuri de la formatrice qui s'attendait à ce que je pose la couverture sur tout le corps, bêtement.

Elle est ok pour le torse, mais perplexe pour la tête et le cou... Je m'explique alors avec les chiffres ci-dessus (40/30/10/10/10) avec qqes exemples concrets : bonnet + écharpes en hiver, bandana mouillé en été...

La formatrice approuve les exemples mais souhaiterait qqes références. Là, je me suis dit que c'était une question à poser sur le forum.

J'ai bien trouvé qqes infos intéressantes sur la répartition convection/conduction/radiation/évaporation :
http://www.energieplus-lesite.be/energieplus/page_15565.htm :



Je ne trouve rien sur les chiffres des zones du corps.

help !

merci d'avance
Alexis


« Modifié: 06 juillet 2010 à 15:32:39 par kikou92 »

06 juillet 2010 à 16:38:21
Réponse #1

Chris-C


salut,

ben je pense que tu peux déjà lui dire que l'intret de se que tu as fait est de maintenir une protection thermique sur les organes vitaux.
Une perte de chaleur par la tête et le cou soit 40% (énorme) entrainera de toute façon un refroidissement du reste du corps.

La formatrice fait se qu'on lui a demander de faire pendant sa formation, mais je me demande si il n'y a pas une histoire pratique
à couvrir simplement le buste et les membres. Suveillance de la personne, pouvoir garder le contact par la parole sans avoir un bruit
de chips dans les oreilles....ect
Peut être aussi plus un réconfort (même zone couverte que sous la couette dans son lit) qu'une réelle protection pour limiter
les échages thermiques.

De toute façon tu lui as dit ce que l'on pense des couverture de survie  ;D

a+

06 juillet 2010 à 16:43:54
Réponse #2

Nathan-Brithless


petit HS pour plusoyer( quel atroce néologisme) avec plumok sur un point:étant formateur moi-meme, quoique dans une autre branche, il m'arrive régulièrement(comme beaucoup de mes collègues) de devoir suivre une ligne, c'est à dire d'enseigner des choses parceque l'organisme qui nous emploie veut que ça figure au programme...
Bon, ça veut dire concrètement que parfois, on enseigne des choses dans lesquelles on ne croie pas trop

HS Off
L'eau se referme derriere le poisson qui avance

06 juillet 2010 à 17:06:38
Réponse #3

flocondavoine


Pas assez scientifique je suppose ? ;#
http://wiki.davidmanise.com/images/a/af/Gady_06bis.gif


A défaut d'un schéma peut-être qu'une "image thermique" d'un être humain nu serait parlante ?

Pas nu, mais parlant
http://www.ir55.com/images/jim%20santana%20watching%20FOX%20news.jpg

Beaucoup plus parlant, mais en vidéo *
http://www.youtube.com/watch?v=Ou2_tPONF0Y
Et pour pas faire de jaloux
http://www.youtube.com/watch?v=3zPAPiZRTp0&feature=related


Tant qu'on y est
http://www.mfi.ku.dk/ppaulev/chapter21/images/21-1.jpg
Tiré de l'article -> http://www.mfi.ku.dk/ppaulev/chapter21/Chapter%2021.htm


Les images étant nombreuses, pour limiter les crises de nerfs des petites connexions je préfère me contenter de donner les liens

*
Citer
imagimario
il y a 3 mois
Res:INFRARED MAN - WHOLE BODY
Yes... The model was undressed at least for 15 minutes and I was concerned about the low room temperature, about 20 ºC. One effect we saw was the veins coming from the hand sharply colder thant the fore arm muscles, drawing a very interesting patern. This movie was made about 2002. Thanks for writing.
« Modifié: 07 juillet 2010 à 13:26:15 par flocondavoine »

06 juillet 2010 à 17:17:49
Réponse #4

kikou92


Salut, merci pour vos retours,

@Plumok : il s'agissait d'une couverture en laine, genre SNCF, le sujet couv de survie n'a pas été abordé mais je l'attends au tournant  ;D

@Nathan : je pense aussi qu'elle doit être un peu "bridée" par la ligne, elle répète souvent que c'est comme ça...(genre fini les points de compression, trop compliqué. Désormais on fait un pansement voire plusieurs les uns par dessus les autres, point barre).
Ceci dit, elle est ouverte à des compléments mais elle veut l'origine des sources, ce qui est légitime.

@flocon : merci c'est effectivement ce que je recherche. Cependant, idéalement, j'aurais souhaité un article scientifique avec protocole d'essai, résultat de mesures ou d'analyses... Ceci dit, les vidéos sont géniales mais il manque les chiffres.

merci en tout cas pour ces infos. Et merci d'avance si vous avez qqchose de plus "formalisé".

A+
alexis


06 juillet 2010 à 17:18:44
Réponse #5

Criss Kenton


Salut Alexis,

J'avais déjà fait quelques recherches à ce sujet et n'avais rien trouvé de très probant. Rien qui infirme ou confirme les pourcentages que l'on a coutume d'utiliser en tout cas. Pas encore trouvé de schéma montrant ces déperditions non plus.

Ton interrogation m'a remis la puce à l'oreille et j'ai farfouillé un peu avec des mots clefs en français ou en anglais et je suis tombé sur cet article:
Do You Lose Most Of Your Heat Through Your Head? écrit par le docteur Jolie Bookspan

Le voici, la partie qui nous intéresse est en gras:
Citer
Losing most of your heat through your head is a popular myth. Head heat loss is not the majority of body heat lost. Not even close.

Years of my career in research have been to study how the human body performs in extremes - exercise, injury states and how to prevent them, working and exercising in heat and cold, changes in air and pressure on mountain tops, and the related but different problems in space and underwater. I have lived in laboratories underwater and done experiments aboard aircraft. I have studied combat swimmers and done extreme swims with them for fun. For military research, I put men in vats of freezing water to see how we can keep pilots alive after bail-outs and how to get covert swimmers to their objective and, I found out, an entire separate topic to get them back again. Strong brave men got hazardous duty pay just to have a day with me. My life is scientific research and finding out why things are the way they are and how to make us better at surviving them. After finding out all these interesting things, I found out another thing - people still like myths more than fact. Here are some interesting facts (cool facts on cold):


Head heat loss is usually less than one-third to one-fifth of total heat loss. That means it is not the majority, which would be more than 50%. Head heat loss is usually less than 20-30 percent or so of total heat loss.

Head heat loss changes with how cold it is. The lower the temperature, the higher percentage head heat loss. Head heat loss is linear with temperature. At 0 degrees Centigrade, up to about 30 to 35% of heat could be lost through your head at rest.

Head heat loss changes with how much you exercise. When exercising at about a work rate of 50% of aerobic capacity, head heat loss falls to less than half of heat loss at rest.

Head heat loss changes if you are in water compared to air.

The heat you lose from your head is small compared to the rest of your body. Some people have bigger heads than others in proportion to their stature, so maybe they can lose a percentage more heat. To reduce heat loss, wear a hat.

Ce qui donne en bon François :

La déperdition au niveau de la tête représente en moyenne un tiers à un cinquième de la déperdition de chaleur totale. Ce qui signifie que la majeure partie de la chaleur n’est pas évacuée par la tête, pour que ce soit le cas il faudrait que la déperdition soit supérieure à 50% de la perte totale. 20 à 30% seulement de la chaleur totale, voir moins, est évacuée par notre tête.

Les déperditions thermiques au niveau de la tête varient avec froid. Plus la température est basse, plus le pourcentage est élevé. La déperdition de chaleur de la tête évolue de façon linéaire avec la température. Au repos à 0 degrés Celsius, environ 30 à 35% de la chaleur pourrait être perdue au niveau de la tête.

Ces déperditions évoluent aussi en fonction de votre activité physique. Pour un niveau d’exercice correspondant à 50% du VO2Max les pertes de chaleur de la tête chutent de moitié par rapport à leur valeur au repos.
(NDT : dépend de la quantité de sang qui irrigue la tête non ? Gros afflux de sang = plus de chaleur à évacuer et inversement ; me gourre-je ?/ enfin tafdak pour dire que la quantité dépend du niveau d’exercice)

Les déperditions sont également différentes que vous vous trouviez dans l’air ou dans l’eau.

La chaleur perdue via la tête reste modeste comparé à celle perdue par l’ensemble du corps . Certaines personnes ont une tête plus grosse que d'autres proportionnellement à leur taille, alors peut-être que pour eux le pourcentage est plus élevé. Afin de réduire les pertes de chaleur, portez un chapeau.


Vous noterez qu’elle ne précise pas si le cou fait partie de la « zone tête »
Mais bon le chiffre de 20% pour la tête que l’on a l’habitude d’utiliser semble coller à la réalité.


Un truc qui serait intéressant ce serait de chopper plusieurs photos IR de corps humains pour se faire une idée. Je n’en ai trouvé qu’une d’interessante :

On y  voit par exemple nettement que la nuque, les coudes et les avant bras sont , relativement au reste de la zone où ils se trouvent, des zones de forte déperditions.


Mes deux % ;)
« Modifié: 06 juillet 2010 à 17:39:01 par Criss Kenton »

06 juillet 2010 à 17:33:37
Réponse #6

Criss Kenton


Quel con! je recherchais avec les mots clés camera thermique. Tu m'étonnes que ça limitait le champ de recherche...  ;#

Alexis essaye un peu avec Thermographie ou mieux Thermography of human body  ;) -> résultats google image






Pour ce qui est des données chiffrées on devrait pouvoir trouver ça dans la littérature médicale, surement dans des publies. Pas le temps en ce moment mais ça vaudrait le coup de creuser un peu. Ces données existent c'est obligé! Ils font bien ce genre de recherches en écophysiologie animale...

07 juillet 2010 à 10:25:40
Réponse #7

kikou92



07 juillet 2010 à 12:04:30
Réponse #8

Chris-C


Yo!!!

Lors de l'exercice Kikou, la victime était sur le dos on en PLS?

a+

07 juillet 2010 à 12:37:49
Réponse #9

kikou92



07 juillet 2010 à 13:03:50
Réponse #10

Chris-C


ok, alors du coup pour couvrir la tête soit tu dois mettre la couverture sur le visage ou manipuler la tête pour la
passer dessous et c'est peut être pour éviter cette manipulation que l'on pose simplement la couverture sur
le buste et les membres.

a+

07 juillet 2010 à 21:34:30
Réponse #11

Luffy


elle répète souvent que c'est comme ça...(genre fini les points de compression, trop compliqué. Désormais on fait un pansement voire plusieurs les uns par dessus les autres, point barre).

Je suis également SST depuis 2005  :-[. Quelle ne fut pas également ma surprise lorsque l'on m'a annoncé que les points de compression étaient supprimés du programme.

L'explication de la formatrice fut celle-ci : il est plus facile de maintenir un ou des pansements compressifs avec un morceau de tissu à notre niveau, que de devoir maintenir un point de compression pendant plusieurs minutes voire dizaines de minutes en attendant les secours, car si l'on n'a pas pris une position confortable pour nous, cela pourra paraître très long et le point de compression sera difficile à maintenir.

Je pense que les points de compressions ne sont pas à oublier pour ceux qui les connaissent  ;). Par ailleurs, la nouvelle réforme se défend, non?

Pour la couverture, peut être que si la tête n'est pas couverte, cela permet de mieux surveiller la respiration de la victime, ainsi que tout signe de malaise ou perte de connaissance...
"S'éloigner de tout rapproche un peu de l'essentiel." Loïck Peyron

12 juillet 2010 à 16:41:40
Réponse #12

macnico


Bonjour,

Je suis moi même SST depuis quelque années.

lors de notre dernier recyclage nous avons eu une discutions sur les évolutions des pratiques de secourisme.(celle enseignés aux secouristes civils pas au pompier et ou professionnel).

Le formateur qui est ancien pompier pro et avait participé à des colloques/échanges autour du secourisme nous a donné les info suivantes:

-Les changement dans le programme sont effectuer par une instance pluridisciplinaire (je sais plus le détail) après étude de statistiques de services d'urgence. Comme les différentes suite d'une même atteinte (coupure, choc...) suivant le type de prise en charge (Un secouriste était présent il a fait les geste appris en formation il y a X année ou la maman de la victime à prise son gamin dans sa voiture et à filé à l'hôpital par EX ou tout autre cas de figure)  :-[Je ne sais pas si c'est bien clair mais un exemple arrive :-[

Dans le cas précis des point de compression voici l'explication que nous avons eu:(ce ne sont pas les miennes je retransmet juste au mieux ce dont je me rappelle)

 -Ils n'était pratiqué que si il y avait un corps étranger dans la blessure (sinon c'était déjà pansement compressif voir plusieurs)

 -les études on montrés qu'une blessure avec corps étranger (couteau, morceau de verre) ne pausait pas plus de complication sur le lieux de l'accident et plus tard au urgences qu'un point de compression soit pratiqué ou non. La quantité de sang perdu serait faible car il y aurait coagulation de la plaie autour de l'objet intrus.
 
Le retrais du programme des point de compression viendrais donc du fait
-qu'ils n'apporterais pas un plus en matière de survie et de soin ultérieurs.
-que l'on préfère évité d'apprendre à quelqu'un un geste "non strictement nécessaire" qu'il puisse effectué mal ou au mauvais moment si sont souvenir et imparfait
-que l'on cherche a enseigner le moins de gestes possible pour une meilleur assimilation et mémorisation.

Si quelqu'un à d'autres infos je suis assez curieux sur ce sujet.

Pour ceux qui font leur formation en ce moment fait on toujours le bouche à bouche (il semble que certains pays et abandonnés cette pratique car le massage cardiaque suffirait à comprimer les poumons et faire entrer de l'air un peu comme un soufflet. lors de ma dernière formation il semble que la France ce pausait la question du maintient de cette technique)?

"Le plus difficile dans l'art du dialogue, ce n'est pas de parler, c'est d'apprendre à écouter."
 Jean-Marie Petitclerc

12 juillet 2010 à 22:47:08
Réponse #13

fry


Citer
Pour ceux qui font leur formation en ce moment fait on toujours le bouche à bouche (il semble que certains pays et abandonnés cette pratique car le massage cardiaque suffirait à comprimer les poumons et faire entrer de l'air un peu comme un soufflet. lors de ma dernière formation il semble que la France ce pausait la question du maintient de cette technique)?

Au sujet du bouche à bouche:

- Il est actuellement recommandé de faire du bouche à bouche ( rythme 30 / 2 comme on le sait, sauf cas particuliers ( noyés, enfants ) où on commence par 5 insufflations avant de débuter les cycles de massage ).

- Il est évident que faire un massage cardiaque seul est infiniment plus efficace que ne rien faire du tout.

- Dans les 4 premières minutes d'un arrêt cardio-circulatoire classique, un massage cardiaque seul peut suffire.

- Mais...

- ... mais au delà de ces 4 minutes, la charge d'oxygène du sang n'est plus suffisante, il faut combiner l'hématose ( apport d'oxygène au sang par l'insufflation - bouche à bouche par exemple - ) a la manœuvre de réanimation, en effet lorsqu'on masse on propulse le sang chargé d'oxygène dans la circulation, oxygène qui est extrait par les tissus - dont le muscle du cœur ( myocarde ) - pour leur permettre de fonctionner. Cet oxygène est donc consommé progressivement, lorsqu'on passe 4 minutes à masser quelqu'un sans lui apporter d'oxygène, on force le cœur à travailler sans lui fournir le carburant nécessaire pour ce faire - il n'y à plus d'oxygène - on peut donc précipiter l'anoxie des tissus, et provoquer a terme des nécroses tissulaires...
Pour résumer donc, a partir de 4 minutes de RCP il est important de commencer à insuffler ( au rythme de 30 / 2, c'est suffisant ).

Je vous apporte ces précisions car j'ai eu une longue discussion à ce sujet avec un praticien hospitalier en réanimation ( qui deviendra professeur agrégé l'an prochain ) qui est l'un des expert qui a rédigé la conférence de 2005, et qui table actuellement sur la prochaine, je ne peux pas vous dire ce qu'il en sera de la future mise à jour vis à vis du bouche-à-bouche, mais c'est en substance " là où on en est " à l'heure actuelle.

13 juillet 2010 à 07:34:53
Réponse #14

kikou92


ok merci, c'est intéressant mais attention à ne pas dériver du sujet dans ce post...
A+


02 octobre 2010 à 22:19:35
Réponse #16

guillaume


Déjà lu : Aucune étude sérieuse vient appuyer leurs dires. Et puis, il suffit de tester...

a+

02 octobre 2010 à 22:36:11
Réponse #17

guillaume


Lu aussi à l'époque. Et je répète que ça ne suffit pas à me convaincre, tout simplement parce que j'ai déjà pu le constater maintes fois dans la nature ;).

Et puis on peut aussi regarder les photos thermiques, calculer le rapport surface du crâne/l'afflux de sang, etc.

a+

06 octobre 2010 à 09:15:43
Réponse #18

fredFLT


Bonjour à tous,

Je voulais apporter deux remarques :
-Pour une victime allongée au sol les zones de déperdition thermique ne sont pas nécessairement identiques aux images montrées au dessus (où il s’agit de personnes en position debout). La déperdition thermique peut être importante au niveau des surfaces en contact avec le sol selon la nature de ce dernier. Il suffit de rester allongé un moment sur un sol froid et avec une importante conduction thermique pour se « refroidir » rapidement.
-Je pense que chaque cas est particulier et que l’on ne peut généraliser une conduite : il faut aussi tenir compte de son état clinique de la victime, des impératifs de surveillance, de la façon dont elle est vêtue …

06 octobre 2010 à 09:55:22
Réponse #19

DavidManise


Salut :)

Je n'avais pas vu ce fil... dommage, il est génial ! :)

Ce qu'on remarque dans les zones de déperdition de chaleur, c'est qu'elles CHANGENT en fonction des réactions du corps à la surchauffe ou au froid.  En gros, il y a de zones où les échanges peuvent varier beaucoup en fonction de la vaso-dilatation : extrémités, zones charnues. 

Il y a aussi des zones où ça varie assez peu (passage des autoroutes sanguines : le cou +++, les aines ++, les aisselles, les articulations...) : ces zones restent toujours un peu plus chaudes parce qu'on ne peut pas contracter les gros vaisseaux sanguins qui sont proches de la peau, tout simplement.  Là où ils sont proches de la peau, on échange toujours un peu même si on contracte les capillaires de la peau.

Il y a finalement une zone où ça ne varie presque pas : la tête.  Les capillaires de la tête sont très nombreux et denses, et ils se contractent et se dilatent extrêmement PEU, même si le corps lutte contre le froid ou surchauffe.

Moralité ? 

Quand on veut éviter de crever de froid, il faut couvrir en priorité les zones où les échanges thermiques resteront importants MEME QUAND LE CORPS LUTTE CONTRE LE FROID : la tête, le cou ...  puis tout le reste du corps à peu près uniformément, en commençant par le tronc parce que c'est lui le plus important à préserver...

Ciao ;)

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

21 décembre 2010 à 22:38:15
Réponse #20

Luffy


Comme le disait ma grand-mère : "chaud au cou, chaud partout..."  ;D
"S'éloigner de tout rapproche un peu de l'essentiel." Loïck Peyron

22 décembre 2010 à 13:57:40
Réponse #21

akiou


Moi, c'est mon Grand-Père qui me disait plutôt:" Chaud partouille, chaud aux ......  ;# ;#

28 juin 2011 à 15:06:03
Réponse #22

raphaelh


Une scientifique qui se baigne nue à -1.5°C et en apnée pendant 10 minutes avec les baleines, grâce à des techniques de yoga : http://www.dailymail.co.uk/news/article-2004042/Naked-female-scientist-tries-tame-beluga-whales-arctic.html

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité