Nos Partenaires

Auteur Sujet: Tramo retaillée et étui PVC (et test comparatif)  (Lu 15044 fois)

23 janvier 2010 à 23:37:58
Lu 15044 fois

Achille


Salut, :)

Cela faisait plusieurs mois que l'idée me trottait dans la tête de bricoler une machette Tramontina, spécialement depuis que j'avais lu plusieurs fils de discussion à ce sujet, ICI et , mais c'est le FIL de Corin et Oxossi qui m'a décidé à passer à l'acte.  :D

J'ai donc acheté une machette chez LAMES EN STOCK pour le prix modique de 15€ FDPIN :  :up:



et je l'ai modifiée comme suit :

- j'ai raccourci la lame en la ramenant à une longueur totale de 24,5 cm (longueur de coupe : 19,5 cm)




« Modifié: 03 février 2010 à 11:49:31 par Achille »

23 janvier 2010 à 23:38:43
Réponse #1

Achille


- j'ai fait une émouture convexe à la partie recoupée de la lame, la partie droite de la lame conservant (pour l'instant ?) une émouture en V :



- j'ai creusé à la Dremel-like une encoche de doigt, autorisant une meilleure prise avancée :





23 janvier 2010 à 23:40:36
Réponse #2

Achille


- j'ai poncé et affiné le manche, en adoucissant les angles trop marqués à mon goût, puis je l'ai traité plusieurs fois avec un mélange d'huile de lin bouilli et de térébenthine, en reponçant légèrement le manche à chaque fois à la paille de fer 0000.



Pour protéger mon nouveau joujou et le transporter sans risque, je me suis attelé à la fabrication d'un étui PVC, en m'appuyant sur les conseils récoltés sur ce forum. Le PVC provient d'une gouttière de 2 m de long achetée chez C*asto (6 euros et quelques). Je l'ai pris de couleur crème, plus esthétique à mon goût que le classique gris. Avec ce qui me reste, j'ai encore de quoi réaliser quelques étuis ! Après avoir découpé un morceau de la bonne dimension, je l'ai ramolli au four et fignolé au décapeur.

À défaut de rivets, j'ai utilisé l'astuce de Pics en me servant de serflex. Le résultat est correct pour une première fois (enfin, il me semble) :  :-[



Ma Tramo retaillée en compagnie de ses copains (pour l'échelle) :  ;D




23 janvier 2010 à 23:42:32
Réponse #3

Achille


Faute de temps pour sortir, j'ai testé vite fait ma Tramo avec quelques morceaux de frêne (un gros quart d'heure avant de faire mon sac et partir au boulot).

Tout d'abord le classique test de bâtonnage. La Tramo s'en sort très bien jusqu'à des diamètres de 8 cm environ avec du bois humide :  8)



Notez l'angle pris par la lame en raison de sa grande finesse !  :o Mais sa flexibilité lui permet d'encaisser sans dommage ce type de contrainte :



Quelques minutes après :



J'ai aussi testé sur une grosse buche séche de frêne de 12-13 cm de diamètre mais la Tramo a capitulé : même en la bâtonnant de toutes mes forces, je n'ai pas pu faire pénétrer la lame de plus de 2 cm.  :'( En plus la lame vibrait sous les coups et transmettait de très désagréables vibrations dans le manche. J'ai donc laissé tomber. Je n'ai pas pris de photo de cet essai mais j'en referai un à l'occasion en comparant avec le RC-4 (ce dernier a déjà passé l'épreuve sans broncher). Faut dire aussi que sur le terrain, je ne refends pas des grosses buches tous les jours...

23 janvier 2010 à 23:45:31
Réponse #4

Achille


Le test de coupe à la volée n'est pas très concluant pour différentes raisons :  :-\
- d'abord, parce que j'ai choppé une branche déjà coupée que je tenais verticalement de la main droite (la partie basse bloquée au sol), donc je n'étais pas dans une position favorable pour lâcher un coup vraiment efficace ;
- ensuite, parce que je ne suis pas un champion de l'affutage, et il est probable qu'une fois la lame vraiment bien affutée, on doit gagner un peu en pouvoir de pénétration (sa lame n'a pas non plus été retrempée comme celle testée par Corin);
- enfin, la Tramo n'est pas un camp knife et reste un couteau très léger : elle manque donc nettement d'inertie.



Mais Maximil, dans sa REVUE, indiquait qu'il coupait net une branche de 4 cm !  :o Ce sera donc un point à retester plus sérieusement.

En taille classique, il se défend bien, mais je trouve que la lame manque un peu de précision, sans doute à cause de la légèreté de la Tramo. Peut-être que ce défaut se corrigera avec un peu d'habitude :




Je n'ai pas eu le loisir de pousser plus loin les tests. À suivre donc, avec des tests plus sérieux sur le terrain... ;)


Le poids de ma Tramo retaillée s'élève à 233 gr et 51 gr pour l'étui, soit un poids total de 284 gr, ce qui est particulièrement léger pour une lame de 24,5 cm de longueur. C'est un outil très rustique, pas cher, facile à bricoler (la preuve : je l'ai fait  :closedeyes:) et son prix très doux fait que je ne n'aurai aucun scrupule à le malmener et que je n'aurais pas peur de le casser, le perdre ou me le faire confisquer (même si ça me ferait bien ch*er quand même).

Enfin, au-delà de toute considération pratique et financière, il y a eu le plaisir de bricoler moi-même mon propre couteau et d'acquérir une petite expérience en la matière, en mettant en pratique les excellents conseils et astuces glanés sur ce forum. :love:



PS : une dernière chose pour terminer vu qu'on est sur un forum destiné à prolonger la vie. On insistera jamais assez sur l'importance de prendre des précautions en manipulant des outils coupants ! En glissant ma Tramo dans son étui non terminé, la lame est sortie par le travers et m'a entaillé l'index de la main qui tenait l'étui, heureusement sans aucune gravité. Je tiens à préciser que c'était pas la faute à pas de chance, mais bien mes 3 secondes de c*nnerie du jour : je voulais me dépêcher et je ne regardais pas ce que je faisais. J'aurais pu payer ma c*nnerie beaucoup plus cher. Là, je m'en suis tiré à bon compte.



PPS : désolé pour la photo un peu gore (si ça choque ou paraît HS, je vire), mais c'est pour bien faire passer le message.
« Modifié: 23 janvier 2010 à 23:50:53 par Achille »

24 janvier 2010 à 10:18:47
Réponse #5

vagabond


Bonjour Achille, sympa ton expérience et le résultat est intéressant.

J'ai une question, quelle utilisation spécifique vois-tu à ce type de lame ?

Je suis entrain de me demander si je ne vais pas customiser une serpe, mais, peut-être qu'une tramontina recoupée ferait l'affaire.

Vagabond

P.S. L'entaille dans le doigt te fais rentrer dans le club très fermé des apprentis balafrés dont je fais parti depuis tellement longtemps  :lol: :lol: :lol: mais content pour toi que ça se termine bien.
« Modifié: 24 janvier 2010 à 10:25:08 par vagabond »

24 janvier 2010 à 10:24:31
Réponse #6

Wapiti


Bonjour.

Un peu hors sujet.

Si en principe ce type de machette coupe nette une branche de 4 cm de diamètre. Plusieurs facteurs sont à considérer (tu l'as constaté toi-même) : densité du bois (dureté), force et taille de l'opérateur, sens de la coupe. Sur ce point, un mouvement de bas en haut est plus efficace parce qu'on prend les fibres dans le sens de la pousse (ou sens du fil) quand l'arbre est sur pied, à l'inverse on les prend à contre-fil. Il est évident que pour une coupe au plus près du sol, le geste de bas en haut est compromis. Et, quand on frappe de taille, il se fait instinctivement de haut en bas (la force qui l'anime est plus grande), dans l'autre sens ce n'est pas naturel, tout simplement à cause ou grâce à la gravité.

De même, pour ébrancher, il vaut toujours mieux le faire dans le sens de la pousse, ça évite l' « écuissage* », et aussi pour fendre des troncs ou des bûches, c'est plus facile par le côté « racines » que par le côté cime.
*ÉCUISSER, v. tr. Lorsque le tronc d’un arbre se fend ou éclate au moment où il s’abat : il s’écuisse.

Tout les professionnels du bois te le diront.

La photo ci-dessus montre bien que tu prends le bois dans le bon sens : on voit, dans le prolongement du tranchant, une amorce de branche tournée vers le sol et une autre diamétralement opposée.

Les grosses pièces en arrière-plan semblent grossièrement équarries, serait-ce du bois de charpente de récupération ?

À +

« Modifié: 24 janvier 2010 à 12:19:41 par Wapiti »

24 janvier 2010 à 10:29:07
Réponse #7

maritho


 :doubleup: :doubleup: salut vagabond, je suis en train de retailler une serpe italienne  ;D ;D j'éssaierai de faire un tuto  :D

24 janvier 2010 à 10:49:32
Réponse #8

Patrick


Les énormissimes avantages de la tramo retaillée dont je suis maintenant un inconditionnel c'est :
  • rapport poids efficacité (et donc on n'hésite pas à l'emporter dans une PLCE par exemple)
  • la polyvalence due à la finesse de la lame

La serpette c'est pas la même catégorie.

24 janvier 2010 à 14:31:14
Réponse #9

Lolo94


Vous savez qu'au catalogue Tramontina il y a une 10", c'est à dire avec une lame de 25cm?...  8)

24 janvier 2010 à 22:00:58
Réponse #10

Achille


J'ai une question, quelle utilisation spécifique vois-tu à ce type de lame ?

À ce jour, je n'ai pas une idée précise du spectre d'utilisation de ce type de lame. Comme je l'ai dit plus haut, j'aime bien le concept de grande lame, rustique, polyvalente, légère et pas chère. C'est le genre de couteau que l'on glisse dans sac sans se poser de question, d'autant plus que son faible poids n'est pas un frein psychologique pour l'emporter : on peut l'utiliser comme couteau de camp, layonner (avec moins d'efficacité que le modèle original vu sa lame raccourcie), débroussailler, ébrancher... Pour la chasse, je ne sais pas, je ne suis pas chasseur. Je compte l'emmener à la place ou en complément de ma hachette, pour trainer dans les bois mais aussi pour entretenir ou faire mon bois. Là, j'ai une petite sapinière à nettoyer, ce sera l'occasion de voir comment ma Tramo se comporte, notamment pour l'ébranchage, et voir ce qu'elle vaut comparé à ma serpe. Pas sûr qu'elle soit aussi efficace...

Si en principe ce type de machette coupe nette une branche de 4 cm de diamètre. Plusieurs facteurs sont à considérer...

Je m'aperçois que j'ai oublié un détail : dans sa revue, Maximil utilise une Tramontina normale, ce qui change les données du problème.

Les grosses pièces en arrière-plan semblent grossièrement équarries, serait-ce du bois de charpente de récupération ?

Bien vu !  ;) Ce sont de vieilles poutres de chêne que j'ai démontées dans mon habitation lorsque j'ai effectué des travaux de rénovation avec mon père. Elles étaient fixées trop basses, en pente, la plupart tordues et certaines, de section trop petite. Je les ai donc virées et on les a remplacées par du plus costaud. Je voulais les débiter en bois de chauffage mais mon père a préféré les conserver au cas où. De ce fait, elles trainent depuis bientôt trois ans derrière chez moi. On n'a jamais pris le temps de les déplacer. (Désolé pour le HS : je virerai plus tard cette partie  :-[)

Les énormissimes avantages de la tramo retaillée dont je suis maintenant un inconditionnel c'est :
  • rapport poids efficacité (et donc on n'hésite pas à l'emporter dans une PLCE par exemple)

La mettre dans une PLCE, c'est prévu.  ;) (si la paire que j'ai commandée veut bien traverser la Manche un jour. :glare:)


03 février 2010 à 11:41:12
Réponse #11

Achille


La semaine dernière, j'ai profité d'une sortie terrain pour procéder à quelques tests comparatifs. :)

Arrivé sur place, je découvre un arbre mort abattu par le vent. Le bois est dur et sain, pas du tout vermoulu.



Je décide de couper une de ses branches (environ 12 cm de diamètre) à la machette. Au niveau de la coupe, la branche est bien stable mais ne touche pas le sol, ce qui facilite le travail. D'abord un côté (notez les pieds protégés par le tronc) :



Puis l'autre :



Quelques minutes plus tard, c'est terminé :



03 février 2010 à 11:42:37
Réponse #12

Achille


Je continue en attaquant l'autre branche de même diamètre avec mon RAT RC-4. Cette fois, je me sers d'un morceau de bois pour couper en bâtonnant. La coupe est nettement plus précise... :



... mais elle s'avère au moins deux fois plus longue ; d'abord parce que j'ai cassé deux batons pour arriver à mes fins (notez la tête du troisième à gauche de la photo !) ; ensuite parce que la branche trainait au sol et que je ne pouvais pas tourner l'arbre pour bâtonner de l'autre côté ; enfin à cause de la faible longueur de la lame (10 cm) qui ne favorise pas le bâtonnage sur une branche de cette taille :  :(



Enfin, je décide de dégainer ma scie Fiskars et de recouper la première branche. Et là, ya pas photo. Montre en main, en 30 secondes chrono, l'affaire est pliée, et en toute sécurité qui plus est...   :o



La scie écrase outrageusement la concurrence, à tel point que lorsque je voudrai m'allumer un feu un peu plus tard, tout le bois dont j'aurai besoin, je le couperai avec la Fiskars.

Conclusions provisoires à l'issue de ce premier test sans prétention :

1° le manche de la Tramo est trop lisse et a tendance à glisser entre mes doigts : la finition à la paille de fer 0000 donne un très joli résultat esthétique et un agréable toucher mais sur le terrain, ce n'est pas l'idéal. En fait, je me concentre plus sur le fait de tenir le manche que sur le travail de coupe proprement dit ! Je décide donc reprendre le manche, soit avec du papier de verre plus grossier, soit en le toxifiant, pour améliorer la prise en main.

2° Encore une fois, j'ai trouvé la lame de la Tramo trop légère pour ce genre de travail : elle manque de puissance et comme je ne la sens pas, j'ai du mal à contrôler l'angle de frappe. Je préfère largement me coltiner une lame plus lourde, avec une meilleure inertie et un meilleur contrôle. J'ai d'ailleurs le même souci avec le CS Bushman que j'utilise rarement (le manche rond étant un inconvénient supplémentaire).

3° Lorsque je la sors du sac, la Tramo peut facilement trouver refuge dans la poche tunnel de la Gorka, ce qui a le double avantage de le rendre très accessible et rapide à mettre en oeuvre, mais aussi très discrète en cas de rencontre impromptue. Si possible, j'aime autant éviter d'avoir à me justifier quant au port de multiples outils coupants. Ce jour-là, j'avais mon petit neck, mon SAK Rucksak, mon RC-4, ma Tramo et ma Fiskars, mais pas un bout qui dépassait hors utilisation. (J'avais renoncé au dernier moment à prendre ma hachette Fiskars)

03 février 2010 à 11:45:08
Réponse #13

Achille


Suite de mes essais hier après-midi à l'occasion d'un pique-nique dans la neige...  :)

Comme je n'avais pas pris ma hachette Fiskars la dernière fois, j'étais curieux de refaire un test de coupe pour comparaison, même si je me doutais d'avance du résultat. Pour l'occasion, j'ai également emmené un CS Bushman. N'ayant pas eu le temps de modifier le manche de la Tramo, j'ai choisi tout simplement d'envelopper le manche d'un morceau de chambre à air. C'est une solution très laide esthétiquement mais simple et particulièrement efficace. (Accessoirement, elle constitue une réserve d'allume-feu).



Je repère un cerisier au sol qui a été déraciné (la zone est rocheuse et la couche de terre peu profonde, beaucoup d'arbres sont facilement déracinés par le vent ou la neige).



Je commence par la Tramo. La présence du morceau de chambre à air améliore considérablement la préhension du manche et la précision de coupe. En 1 min 40, le tronc est coupé.



03 février 2010 à 11:47:43
Réponse #14

Achille


C'est au tour du Bushman. Son manche est aussi garni de chambre à air mais son manche rond et sa courte lame (7" tout de même) ne l'avantagent pas. Il me faut 2 min 45 pour venir à bout du tronc. Il faut noter que le tronc ayant déjà été coupé, il est un peu moins stable que précédemment et je dois le bloquer avec le pied.  :-\



Maintenant, je prends la Fiskars. En 40 secondes et quelques coups précis, l'affaire est dans le sac ! Et encore, avec un tronc bien stable, je suis certain que j'aurais fait mieux.  :doubleup:



Je n'ai pas pensé à tester la scie cette fois, mais une vingtaine de secondes ou à peine plus auraient suffi à la tâche.  ::)




Petite conclusion personnelle de tout ceci :

Histoire de ne pas tomber dans le monolithisme dogmatique ( ;D), personnellement, à ce jour, je ne suis pas un partisan convaincu de la machette retaillée. Pris isolément, c'est un outil léger, sympa, agréable à utiliser, mais en ce qui me concerne, je le trouve moyennement efficace. Il faut dire aussi que la mienne n'a pas été retravaillée par Xavier Conil, ce qui change sensiblement la donne. Par ailleurs, c'est un outil nouveau pour moi et il est très possible que je n'ai pas le coup de main pour en exploiter toutes les possibilités. Bref, j'aime bien ma Tramo mais à ce jour, objectivement et compte tenu de mes besoins, je considère que ce n'est pas l'outil le plus adéquat.

Personnellement, j'ai surtout l'habitude de bosser avec des hachettes, avec lesquelles j'obtiens des résultats nettement plus probants, et je suis instinctivement en confiance pour les manier, bien qu'elles restent des outils très dangereux à manipuler. Par ailleurs, la petite scie Fiskars, ultra-légère et d'un encombrement ridicule, est redoutable d'efficacité et très sécurisante. Pour à peine 100 gr, il serait dommage de la laisser à la maison.  :love:

Je continuerai donc plutôt de fonctionner avec le couple RC-4/scie Fiskars, voire avec le trio RC-4/scie Fiskar/hachette Fiskars. L'ensemble reste à mon goût d'un poids et d'un encombrement raisonnable, pour une efficacité (en ce qui ME concerne) nettement supérieure.   :up:

Et si je ne devais n'en garder qu'un ? (hypothèse d'école) Je pense qu'en été, je prendrais le RC-4, et en hiver, où les besoins en bois pour le feu sont plus importants (surtout en cas de pépin et de nuit improviée sur le terrain), j'opterais plutôt pour la hachette.
« Modifié: 12 février 2010 à 23:06:15 par Achille »

03 février 2010 à 15:50:56
Réponse #15

christobal


Excellente revue, comme toi je pense qu'une machette retaillée manque d'inertie donc d'efficacité . Personnellement je ne suis pas ¨très hachette¨ car même si c'est un bon outil, il manque tout de même de polyvalence et pour un poids équivalent (à une hachette d'environ 650 g) je préfère une bonne scie pliante accompagnée d'un couteau suffisamment costaud pour pouvoir bâtonner sans scrupule .  ;)
« Modifié: 03 février 2010 à 15:56:32 par christobal »

03 février 2010 à 16:32:18
Réponse #16

mad


Achille, ton travail sur la machette et ton étui sont sympas  :up: !

Je reprends quand même deux petits posts que j'avais écrits sur les machettes :

1) sur les manches :

Un bon petit truc pour les manches de machette (et en particulier de Tramontina) : recouvrir la poignée avec des anneaux de caoutchouc découpés dans des chambres à air de vélo (2 cm de large, en recouvrement, en commençant par l'avant de la poignée pour avoir une retenue meilleure). Ca donne une très bonne tenue, évite les ampoules dues à "l'ergot" à l'arrière de la poignée, et évite à icelle de se fendre ...

Je préfère la chambre à air mise en petits anneaux qui se superposent à une gaine d'un seul tenant. Meilleur grip, facilité de remplacer les morceaux usagés, facilité de mise en place. Et comme je l'avais dit aussi, ça empêche le manche de se fendre ...

2) sur les "machettes" raccourcies :

C'est mignon tout plein, mais ce n'est plus une machette. En forêt tropicale, c'est un joujou.
Ce n'est pas pour dauber sur ce travail (c'est vrai que ça doit être adapté au mode survivor en milieu tempéré), mais pour layonner à travers un chablis ou une forêt de lianes, ou une cambrouze, autant prendre un douk-douk  ;D !

Comme je l'ai dit plus haut, une Tramontina est un bon point de départ pour faire des trucs sympas (c'est pas cher, et la qualité n'est pas nulle), mais pitié, ne parlons plus de machette  ;) ...

La faible inertie d'une machette raccourcie explique son inefficacité relative pour des travaux un peu lourds. Dans les trucs courts, un kukri, ou son équivalent thailandais, sont bien plus efficaces. Le cradoche de Pao a aussi une vraie efficacité (testé pour vous en décembre  ;# ).

Mais vu le prix, transformer une Tramontina est en effet une idée intéressante  :) .

Ceci dit, il faudrait vraiment que je fasse une photo de ma "collection" de machettes, pour tenter d'expliquer les différences et les avantages des différentes versions - du moins dans mon expérience et ma pratique de ces outils.

03 février 2010 à 18:35:37
Réponse #17

Achille


Excellente revue,

Merci christobal, surtout venant de ta part.  ;)

pour un poids équivalent (à une hachette d'environ 650 g) je préfère une bonne scie pliante accompagnée d'un couteau suffisamment costaud pour pouvoir bâtonner sans scrupule .  ;)

Je n'ai jamais eu l'occasion de tester des couteaux de camp mais j'ai toujours eu un faible pour les grosses lames et je ne serais pas étonné qu'un jour je craque pour un Ka-bar heavy bowie ou un Ontario Rtak II, pour ne citer que de l'indus.  ;)

À noter en passant qu'indépendamment de toute considération d'efficacité ou de poids, la hachette est beaucoup mieux acceptée "socialement" qu'un camp knife et ne risque pas de choquer qui que ce soit au détour d'un chemin forestier, dans mes contrées tout du moins... La hachette est nettement plus low profile, même si je ne suis pas du genre à me ballader en exhibant mes lames, bien au contraire.  :-\

Achille, ton travail sur la machette et ton étui sont sympas  :up: !

Merci pour le compliment, mad.  :)
Il est toujours plus plaisant de bricoler son propre matériel à peu de frais et l'adapter à ses besoins que de bêtement faire chauffer la carte bleue.

Je préfère la chambre à air mise en petits anneaux qui se superposent à une gaine d'un seul tenant. Meilleur grip, facilité de remplacer les morceaux usagés, facilité de mise en place. Et comme je l'avais dit aussi, ça empêche le manche de se fendre ...

Je retiens l'idée car j'ai effectivement bien galéré pour enfiler le morceau de chambre à air d'un seul tenant sur le manche.  :up:

03 février 2010 à 19:38:14
Réponse #18

Wapiti


Bonjour !

Effectivement sous nos latitudes, ayant utilisé hachette, machette et couteau de camp, ma préférence pour l'efficacité va à la hachette. Surtout quand on considère les travaux de bûcheronnage que nous effectuons : grâce à son poids au bout d'un manche d'au moins 30 cm, son fer pénètre plus profondément dans le bois, le travail est plus rapide, on se fait moins mal aux mains. Comme tu dis Achille, la hachette est d'emblée assimilée à un outil au contraire des autres.

La machette se justifie dans une végétation inextricable, très entremêlée, rare chez nous. Pour bien jouer son rôle sa lame doit faire au moins 40 cm, même là c'est un peu juste. Objectivement nous n'avons aucun besoin ni intérêt à ouvrir un nouveau sentier dans la végétation, sauf bien sûr si on y est prisonnier, mais faut vraiment le vouloir. Il est souvent plus rapide de contourner l'obstacle que de le franchir en force. Quoique… On s'amuse avec ce qu'on a, ou les jouets qu'on emporte.

Le couteau de camp est un palliatif plus léger de ces outils et n'est vraiment utile que dans des circonstances exceptionnelles où quand on a que ça. Sans le dénigrer, il est trop gros et lourd pour un couteau utilitaire, pas assez pour de gros travaux de quelque importance et durée.

Chacun à ses partisans, la réalité oblige à dire que c'est pour des usages bien précis.

C'est comme tout, s'il est bon d'avoir du matériel, on ne se sert que de pratiquement toujours le même.

C'est ma réflexion, maintenant chacun est libre.

À +

03 février 2010 à 19:57:42
Réponse #19

Achille


La machette se justifie dans une végétation inextricable, très entremêlée, rare chez nous. Pour bien jouer son rôle sa lame doit faire au moins 40 cm, même là c'est un peu juste. Objectivement nous n'avons aucun besoin ni intérêt à ouvrir un nouveau sentier dans la végétation, sauf bien sûr si on y est prisonnier, mais faut vraiment le vouloir.

Autour de chez moi, certains sentiers restés inutilisés depuis longtemps disparaissent dans la végétation et sont devenus par endroit difficilement franchissables. C'est le seul cas où je pourrais personnellement justifier l'emploi d'une machette, non raccourcie bien sûr.

Sinon, j'ai un collègue de boulot qui m'a demandé de lui commander un modèle à lame longue (il n'a pas internet)... pour se défendre des sangliers quand il va couper son bois !  :o

03 février 2010 à 20:10:14
Réponse #20

Wapiti


Oui, des sentiers non entretenus sont parfois infranchissables par endroit.

Il ne doute de rien. C'est pas ça qui fera fuir un sanglier. Il est inconscient ou il en est à fumer le carrelage ?

À +

03 février 2010 à 20:17:38
Réponse #21

Net1dsang


Effectivement quand on voit que des chasseurs se font malmener par un sanglier alors qu'il est touché, on a du mal à imaginer le faire fuir avec une machette ...  :down:

03 février 2010 à 20:22:13
Réponse #22

Patrick


Effectivement quand on voit que des chasseurs se font malmener par un sanglier alors qu'il est touché, on a du mal à imaginer le faire fuir avec une machette ...  :down:
Ou alors on est dans un épisode de Kaamelot et c'est pas un vrai sanglier. ;D

03 février 2010 à 20:23:01
Réponse #23

Achille


Oui, des sentiers non entretenus sont parfois infranchissables par endroit.

Il ne doute de rien. C'est pas ça qui fera fuir un sanglier. Il est inconscient ou il en est à fumer le carrelage ?

À +

Je dirais plutôt un peu mythomane.  ;)

Je n'ose pas imaginer la réaction d'un sanglier blessé d'un coup de machette...  :down:

04 février 2010 à 04:37:03
Réponse #24

gmaz87


bonjour matinal,
A la lecture de vos interventions, je vois que vous optez plus pour une comparaison, machette contre hache scie ou couteau camp.
Pour ma part, l'usage que j'en fait est un peu différent:
En rando: je trouve que c'est un bon outil pour préparer la place de bivouac ( faire place rase) et surtout pour récolter de quoi faire une litière sous le tarp (fougères, genets et autres matériaux souples) et dans cet usage, ni la scie ni la hache ne sont d'une quelconque utilité.
En pêche itinérante: Je pêche la truite et souvent le scénario est le même, je pars en suivant la rivière, j'avance, le temps passe et d'un coup, m*erde!!  il est presque l'heure du retour.
Et là cata, je suis loin de la voiture et pour gagner du temps je coupe au droit, souvent je me suis retrouvé dans des fouillis inextricables de ronces ou de genets, car le plus court n'est pas forcement le plus simple.
Tailler son chemin dedans au douk :-\ , c'est pas le pied quand les ronces ninjas font une attaque en règle, et d'expérience une machette même retaillée fait vraiment la différence.
Je sais je pourrais intégrer dans le temps partie de pêche, le temps consacré au retour, mais que celui qui n'a jamais été surpris par la nuit lors du coup du soir me jette la première pierre ;D
A+
Gérard
Quand le débutant est conscient de ses besoins, il finit par être plus intelligent que le sage distrait.»
(Lao Tseu)

L'ennui naquit un jour de l'uniformité

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité