Nos Partenaires

Auteur Sujet: autosuffisance énergétique partielle ou totale pour notre vie et survie...  (Lu 13477 fois)

11 octobre 2009 à 09:59:38
Réponse #25

Kynes


yop,
pour l'éolienne, il faut bricoler une eolienne verticale a vitesse constante, en gros plus elle tourne vite, moins elle a de prise au vent. (ca me fait penser au régulateur de watt). Un bon proto pour toi ca aussi:

http://ecowind.forcemajeure.com/index.php/2007/05/15/6-enfin-un-modele-pour-la-fabriquer-soi-meme

Pour la thermoplie: Combien de watt utile tu arrive a tirer au final?
ca serait interressant de comparer avec l'éolienne

C'est presque une question d'éthique mais ça me choque de faire du feu exprès dans le seul but de récupérer 15w d'électricité, c'est gaspiller le potentiel calorifique du bois ou du gaz. elle aurait plus sa place comme récupérateur de chaleur perdue, monter sur un conduit de fumée, sur un radiateur de moteur thermique par exemple. Ou alors comme un ersatz de panneaux photovoltaique a fabriquer soi même (panneau solaire maison pour chauffer de l'eau, et passage de l'eau chaude dans la thermopile, mais on est dépendant du soleil.) En complément d'un dispositif autre qui aurait des pertes par chaleur, dans le principe de la cogénération en fait.

11 octobre 2009 à 12:32:01
Réponse #26

lambda


Salut! :)

yop,
pour l'éolienne, il faut bricoler une eolienne verticale a vitesse constante, en gros plus elle tourne vite, moins elle a de prise au vent. (ca me fait penser au régulateur de watt). Un bon proto pour toi ca aussi:

http://ecowind.forcemajeure.com/index.php/2007/05/15/6-enfin-un-modele-pour-la-fabriquer-soi-meme

merci pour le lien, ouaip je trouve aussi que c est une bonne alternative de construction pour le particulier, avec le gros avantage d avoir un acces pour la maintenant plus aise que l eoliene classique.

yop,
pour l'éolienne, il faut bricoler une eolienne verticale a vitesse constante, en gros plus elle tourne vite, moins elle a de prise au vent. (ca me fait penser au régulateur de watt). Un bon proto pour toi ca aussi:

http://ecowind.forcemajeure.com/index.php/2007/05/15/6-enfin-un-modele-pour-la-fabriquer-soi-meme

Pour la thermoplie: Combien de watt utile tu arrive a tirer au final?
ca serait interressant de comparer avec l'éolienne

avec ma premiere bricole, j obtiens de l ordre de 2.5 a 3 watts (cf les donnees d expes du lien  ;) ) apres comparer me semble difficile dans l absolu, ca reste lie a une notion de "taille d installation", par exemple, j ai recupere recemment un jeu d une dizaine de modules plus consequents qui devraient me permettre, pour une meme installation et un meme gradient thermique, d obtenir entre 30 et 50 watts.

on trouve dans le commerce des choses allant jusqu au kw...

http://www.directindustry.fr/fabricant-industriel/generateur-thermoelectrique-76701.html
mais peut etre hors de la portee de nos bourse...  :-\

un petit extrait venant de ce site: http://fr.ca.encarta.msn.com/encyclopedia_761575833/thermo%C3%A9lectricit%C3%A9.html
"Le développement des semi-conducteurs dans la seconde moitié du XXe siècle contribue largement à mettre en valeur les possibilités d’application de l’effet Seebeck à la construction de générateurs thermoélectriques. En effet, en utilisant des semi-conducteurs à la place de métaux, on peut obtenir une puissance de quelques watts. De tels convertisseurs thermoélectriques, alimentés par des lampes à pétrole, sont encore utilisés en Russie et dans certaines républiques du Commonwealth pour fournir de l'énergie aux récepteurs radio dans les contrées isolées."






C'est presque une question d'éthique mais ça me choque de faire du feu exprès dans le seul but de récupérer 15w d'électricité, c'est gaspiller le potentiel calorifique du bois ou du gaz.

tfdac avec toi, d ailleurs je n ai jamais dis qu il fallait cramer du bois juste pour faire de l electrcite, mais comme je pense que la presence d un poele a bois ou d une cuisiniere a bois reste indispensable dans cette optique autarcique energetique, pourquoi ne pas generer un peu d electricite tout en utilisant de facon normale et prevue ledit poele?

ex: je rentre du boulot le soir, j allume ma cuisiniere a bois pour chauffer un peu le logement et me preparer la bouffe du soir, ben je recupere aussi un peu d electricite pour: recharger mon portable, mes accus de lampes frontale, mon laptop utilise dans la journee au boulot etc... (dependent de la taille de ma thermopile...). je trouve rien de contraire a l ethique la dedans.

on pourrait meme envisager le scenario suivant: sans batteries. je rentre, allumage du poele pour la soiree qui s annonce frisquette, popotte, et ensuite un peu de lecture et dodo. ben mon poele et son systeme de thermopile alimentera "en live" le jeu de led qui suffira a m eclairer tout au long de la soiree. une fois au lit, je laisse le poele s eteindre trankilou et l eclairage aussi (on peut switcher l eclairage direct aussi, hein...). dans ce cas, tu generes juste le jus dont tu as besoin, et c est toi qui decide quand le generer.

le truc c est que je ense pas qu il faille proner une source d energie ou un autre, je parle de fumier ou de thermopile, mais en fait tout doit etre exploiuter en fait. faut etre un peu opportuniste et faire feu de tout bois, si tu me permets le jeu de mot :D. Favoriser la multiplicite des systemes producteurs disponibles dans leur nombre et nature me semble pas une mauvaise chose en soit.
apres s equiper s accompagne aussi par l acquisition d une methode et discipline de vie en ce qui concerne l usage de cette electricite. donc typiquement, comme tu le soulignes justement: eviter de gaspiller une source d energie pour en creer sous une autre forme, quand c est possible.

en gros, je pense sincerement que l opportunisme, dans ce domaine, est important:

on peut aussi imaginer un autre scenario:

- tempete d hiver 99 ou de cette annee dans les landes:
eolienne en vrac, et panneau solaire aussi (un arbre tombe sur un bout de toiture ou branchages projetes par le vent et ayant esquinte les panneaux, ou alors tout simplement, panneaux en bon etat mais produisant "petitement", a cause de plusieurs jours de pluies consecutives), du coup, electriquement parlant, pourquoi ne pas se depanner avec une thermopile pendant qu on chauffe sa maison et cuisne avec sa cheminee, poele ou cuisiniere a bois (le reseau EDF etant biensur en vrac...)?

et je te rejoins tout a fait la dessus:

récupérateur de chaleur perdue, monter sur un conduit de fumée, sur un radiateur de moteur thermique par exemple. Ou alors comme un ersatz de panneaux photovoltaique a fabriquer soi même (panneau solaire maison pour chauffer de l'eau, et passage de l'eau chaude dans la thermopile, mais on est dépendant du soleil.) En complément d'un dispositif autre qui aurait des pertes par chaleur, dans le principe de la cogénération en fait.



quelques liens sur la thermoelectricite applicables aux petites installations:

du CEA, sympa a lire:
http://www.cea.fr/content/download/5384/35155/file/DP_sources-energie-miniatures.pdf

autre truc interessant...
http://www.usinenouvelle.com/article/l-electricite-qui-vient-du-chaud.N62699

une manip marrante te montrant, bien que le rendement est faible, la faisabilite du truc:
http://www.h2osmose.com/ecogwada/frittes/TEG/
« Modifié: 12 octobre 2009 à 11:41:02 par lambda »
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

11 octobre 2009 à 12:58:21
Réponse #27

Wapiti


Bonjour.

Puisqu'il faut se chauffer (cuisine et chauffage) pourquoi ne pas bricoler une turbine à vapeur ? Hormis en pédalant, la production d'électricité se fait essentiellement par l'intermédiaire d'une turbine (sauf avec des panneaux photo-voltaïques) qu'elle soit hydraulique, éolienne ou à vapeur (énergie thermique délivrée par le bois, le charbon les hydrocarbure, le nucléaire), la principale difficulté est une montée en pression suffisante pour actionner la turbine. Fabriquer une locomobile est trop complexe en moyen et est gourmande en combustible. N'est-il pas possible de greffer un dispositif sur la cuisinière à bois. Il en existe bien un pour récupérer la chaleur du feu de cheminée pour chauffer le circuit d'eau des radiateurs d'un chauffage central, en appoint.

La génératrice à pédale utilisée autrefois pour alimenter des poste de radio, n'est pas non plus à négliger.

Bien ! Débat intéressant, mais que demande l'individu lambda ? Savoir si en appuyant sur l'interrupteur il aura de la lumière, restera dans le noir, si ça crame ou si ça explose.

À +

11 octobre 2009 à 13:12:52
Réponse #28

modl


Salut à tous. Je viens de parcourir le sujet rapidement. Pour le fumier, on a pas tous un troupeau à la maison. Par contre, je me souviens avoir lu il y a au moins 20 ans un bouquin sur un garde-forestier du sud de la France qui compostait les déchets végétaux broyés dans un réservoir spécial, où la température montait à pas loin de 70°C. Un simple tuyau enroulé à l'intérieur chauffait de l'eau et il se passait de chauffe-eau (échange thermique direct si je me souviens bien). Le gaz issu de la fermentation était stocké dans un réservoir souple (!!!), après filtrage, et alimentait un groupe électrogéne (construit à partir d'un moteur de voiture essence) pour une maison. Il y avait même une photo de 2CV camionnette avec des bouteilles de gaz sur le toit, mais je ne me souviens plus du tout de la façon dont il procédait... En gros, il utilise le moins de transfert (mécanique<->électrique <->chaleur ou froid...) possible.
Pour l'éolienne à axe vertical, j'ai un vieux système D qui en parle, et qui explique quand même que toute la difficulté réside dans le fait de régler les ressorts comme il faut... Mais c'est sans doute un truc à essayer.
Je termine avec cet article que je viens de lire, ça peut aussi être une solution... http://www.lejdd.fr/Ecologie/Energie/Actualite/L-homme-qui-change-l-air-en-eau-140809/

Edit : je viens du coup de chercher un peu dans mes archives, et j'ai retrouvé un vieux "bricothème" sur les énergies alternatives et renouvelables, qui ne semble plus en service... Si quelqu'un connait des ruses pour le mettre en Pdf...
« Modifié: 11 octobre 2009 à 19:11:52 par modl »
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

12 octobre 2009 à 00:03:43
Réponse #29

Nävis


Si les ressources sont limitées, le solaire passif me parait une bonne option de départ. On ne va pas gaspiller une énergie électique difficile à produire pour chauffer ensuite la maison avec ... avec un rendement final beaucoup plus faible.
Solaire passif, ce n'est pas juste les fenêtres au sud. C'est aussi toutes les techniques de chauffage d'un matériaux avec inertie (eau, pierre), qui redonne sa chaleur avec un décalage (qui peut être important: exemple, lit de gravier sous la maison, chauffé en automne et qui fournit de la chaleur en hiver).

Edward Mazria, Le guide de la maison solaire, Ed. Parenthèses 2005. Beaucoup d'explications, des schémas simples, des exemples. Des solutions bons marchés, et pour constructeurs autonomes. Une vraie bible, dans une nouvelle réédition, traduite en français et adaptée pour le continent Européen, avec des tables de valeurs, adaptées à la France entre autre.

12 octobre 2009 à 08:21:15
Réponse #30

Kynes


Intéressant l'éolienne qui fabrique de l'eau, mais en fait on a de l'eau de pluie en sortie. Donc utilisable pour arroser son jardin, faire la lessive, mais la potabilité n'est pas géniale (aucun minéraux, etc)

12 octobre 2009 à 12:09:00
Réponse #31

lambda


Salut,

oui Modl, c est vrai que s occuper d un troupeau n est pas forcement accessible a tous, mais comme tu le dis, c est transposable au compost qui lui est plus facilement realisable, meme en ville dans son jardin.

dans l exemple que tu cites, c est peut etre aussi ca? (on en parle plus haut...)
http://www.onpeutlefaire.com/ilslontfait/ilof-jean-pain-broussaille.php

un truc qui peut etre interessant, a combiner avec les installations de chauffage passive mentionnées par Nävis entre autre, c' est l usage de ce fameux puits canadien.

installer une pompe a chaleur en sortie du puit peut permettre d ameliorer et de fiabiliser son fonctionnement: moins de variation de rendement entre l ete et l hiver.

(petit rappel: le rendement en hiver se degrade au fur et a mesure que la temperature descend et s eloigne d une temperature optimale de fonctionnement, a cause entre autre de la necessite de faire fonctionner le groupe de pompage fortement afin de permettre la circulation du fluide caloporteur dans le systeme echangeur afin d extraire quelques calories d 'un air deja bien froid...).

http://www.construireencorse.com/la_climatisation_reversible-cec-article-55-6.html
"Attention néanmoins, ce COP ou coefficient de performance qui permet de récupérer 3 kW pour 1 kW absorbé va être fonction d’une température extérieure de 7°C par exemple. Le rendement va diminuer et va chuter progressivement plus la température extérieure descend".

et donc, le couplage d un puit canadien avec la PAC devrait limiter la casse et eviter maintenir une "reserve calorique" par le biais de l air contenu (et renouvelé) dans le puit, air etant a une temperature superieure a celle de l exterieur.

on peut imaginer une solution de compromis et assez standart dans sa mise en oeuvre ou est la PAC connectée classiquement au reseau, et en cas de rupture dudit reseau, on passe au poele ou a la cheminee avec son recuperateur de chaleur.

au passage l idee du lit de gravier suggeree par Nävis pourrait s appliquer a la conception du puit canadien, afin d en augmenter un peu sa temperature  interne en hiver?

et pourquoi pas aussi faire son puit canadien de facon a l enterrer dans une tranchee qu on comblera avec son compost et/ou fumier? toujours dans l idee de mettre la PAC en contact avec un air moins froid qu a "ciel ouvert" et obtenire un meilleur COP? mais la se serait simplement dans un souci de diminuer sa facture EDF, la PAC étant connetée sur le réseau.

a+,
Lambda

« Modifié: 12 octobre 2009 à 12:14:01 par lambda »
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

12 octobre 2009 à 16:33:20
Réponse #32

Nirgoule


un truc qui peut etre interessant, a combiner avec les installations de chauffage passive mentionnées par Nävis entre autre, c' est l usage de ce fameux puits canadien.

installer une pompe a chaleur en sortie du puit peut permettre d ameliorer et de fiabiliser son fonctionnement: moins de variation de rendement entre l ete et l hiver.

(petit rappel: le rendement en hiver se degrade au fur et a mesure que la temperature descend et s eloigne d une temperature optimale de fonctionnement, a cause entre autre de la necessite de faire fonctionner le groupe de pompage fortement afin de permettre la circulation du fluide caloporteur dans le systeme echangeur afin d extraire quelques calories d 'un air deja bien froid...).

http://www.construireencorse.com/la_climatisation_reversible-cec-article-55-6.html
"Attention néanmoins, ce COP ou coefficient de performance qui permet de récupérer 3 kW pour 1 kW absorbé va être fonction d’une température extérieure de 7°C par exemple. Le rendement va diminuer et va chuter progressivement plus la température extérieure descend".

et donc, le couplage d un puit canadien avec la PAC devrait limiter la casse et eviter maintenir une "reserve calorique" par le biais de l air contenu (et renouvelé) dans le puit, air etant a une temperature superieure a celle de l exterieur.

Bonjour lambda.
Tu dois parler des PAC air air ou air eau qui sont en effet très dépendante de la température extérieure.
 Ce qui n'est pas le cas des PAC eau eau en particulier celles disposants de forage (100 m). A 100m la température du sol avoisine les 13° en moyenne si je me souviens bien. Elle doit bien baisser un peu en fin d'hiver mais on est loin des températures négatives.

"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

12 octobre 2009 à 16:42:52
Réponse #33

lambda


Exact, Nirgoule, c est bien des PAC air/air et air/eau.

Pour les PAC eau/eau, c est vrai que c est moins sensible a ce probleme de variation de rendement, apres, ca necessite le chantier d un forage, mais c est vrai que si on a la chance d avoir une nappe phreatique et d utiliser son eau a des usages de cultures et/ou domestiques, pourquoi ne pas en plus l utiliser pour sa pompe a chaleur.  :), c est un bon truc ca...  :doubleup:

a+,
Lambda

"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

12 octobre 2009 à 16:52:31
Réponse #34

Nirgoule


Pour les PAC eau/eau, c est vrai que c est moins sensible a ce probleme de variation de rendement, apres, ca necessite le chantier d un forage, mais c est vrai que si on a la chance d avoir une nappe phreatique
Là je ne parlais pas forcément de nappe, assez difficile à avoir près de chez soi, mais de forage et de circuit eau-glicol qui descend à 100 m.  Bon ce n'est pas la solution la moins chère, on est loin des tarifs du poele à bois.  :huh:

"Vous les français vous ne doutez jamais de rien."
"Je doute toujours mais je ne désespère jamais." Maigret

12 octobre 2009 à 17:36:23
Réponse #35

lambda


oui, ok, tu parles en fait de profiter de l inertie thermique du sol a "grande profondeur" directement.

pour le prix.... ouaip.  :'( ... pour la maintenance aussi, peut etre est ce plus delicat a entreprendre...

a+,
Lambda

"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

12 octobre 2009 à 20:21:27
Réponse #36

modl


dans l exemple que tu cites, c est peut etre aussi ca? (on en parle plus haut...)
http://www.onpeutlefaire.com/ilslontfait/ilof-jean-pain-broussaille.php
Ce n'est pas là que j'avais lu cet article, mais oui, il s'agit bien du même principe, et sans doute du même bonhomme. Le côté "production de gaz" me semble intéressant pour produire de l'électricité, surtout dans le fait que du coup, rien n'est gaspillé !!!
J'ai un chauffage qui utilise une PAC air/eau. On voulait à la base eau/eau, mais le coût nous à effrayé !!! C'est pourtant la meilleure solution : l'eau de la nappe ne change pratiquement pas de température, du coup, on peut avoir un réglage fin de la pompe à chaleur.
Heureux les fêlés, ils laissent passer la lumière...

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité