Nos Partenaires

Auteur Sujet: Dites moi ce dont vous avez besoin...  (Lu 6297 fois)

25 mars 2009 à 20:45:03
Lu 6297 fois

Outdoorsman


...et je vous dirai comment vous en passer !

Ou l'éloge du dépouillement.

Nous voilà sur un forum dédié aux techniques de survie et nous (je m'inclue aussi rassurez-vous) passons notre temps à parler du dernier couteau à couper le beurre en tectonique-K-2000 et du sac bidule machin.

N'est-ce pas un peu paradoxal ?

Je fais un parallèle avec l'alpinisme. Longtemps l'objectif a été la conquête des sommets. Cela fait, on est passé à la conquête des voies les plus difficiles pour mener à ces sommets. Aujourd'hui, avec les équipements modernes, on peut passer quasi n'importe où pour arriver à n'importe quel sommet. Le jeu a alors consisté à faire des voies très difficiles mais en limitant le matériel. On a appelé ça l'escalade à mains nues.


L'art du dépouillement. Enlever l'artificiel pour laisser l'inventivité et la force de l'homme s'exprimer.
N'est ce pas ce que nous devrions promouvoir ici ? Nous dégager du matos pour revenir à nous ?
 
Voilà, c'était pour faire réfléchir un peu.
Camarades consommateurs, à vos claviers...
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

25 mars 2009 à 21:13:05
Réponse #1

DavidManise


:love:

Je suis parfaitement d'accord avec toi.

Autant, j'aime avoir le matos qui va bien quand il s'agit d'être efficace...  autant j'aime encore plus être capable de m'en passer tout en restant aussi efficace.

Exemple, pour pallier à un risque X, on se précipite en général sur une solution MATERIELLE correspondant.  Alors qu'en fait le plus souvent il existe des solutions qui ne demandent qu'un brin de jugeotte et deux mains vides.  C'est vraiment une dérive qu'il faut éviter.

Ceci dit, si on prend l'exemple du feu.  Je sais pas si t'as déjà fait du feu par friction à partir de zéro dans la nature en novembre...  mais quand il s'agit de sauver se miches parce qu'on vient de faire plouf dans l'eau glacée, un firesteel et un oeuf magique ça va bien quand même... 

En fait il faut peu de matos.  J'ai appris péniblement et douloureusement à me passer de presque tout...  mais du même coup j'ai appris à quel point certains morceaux de matos sont indispensables...  couteau, ficelle, briquet, surface imperméable...  contenant qui va au feu...  bref tu vois l'idée.  Des trucs simples qui prolongent notre savoir-faire et notre envie de vivre ;)

Ensuite, bien sûr, il faut faire la différence entre s'amuser en juillet quand il fait beau et qu'on ne craint rien à faire un avec la pacha mama, c'est sympa.  C'est ce que j'appelle de la vie sauvage.  Là, j'y fais avec rien et je me régale.  Mais la survie c'est encore autre chose hein ;)  Faut pas l'oublier.  Le matos, le matos bien choisi et vraiment bien, et utile...  ben ça le fait.

Ceci dit j'évalue la compétence préalable des stagiaires qui viennent me voir non pas au matos qu'ils ont, mais au matos qu'ils n'ont pas ;)  Un mec qui se pointe sans gadgets, mais avec les 5-6 items indispensables, je dis "yes"...  a fortiori s'ils sont patinés par le temps et bien usés ;)

Mes deux balles.

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

25 mars 2009 à 21:15:58
Réponse #2

Anke


Le matos est une illusion, un peu comme le veau d'or. ça rassure, mais "trop de matos tue le matos". Le seul matos vraiment fiable que j'ai, c'est ce qu'il y a entre mes deux oreilles. Le reste c'est du "pignolage" ou pour le "fun" ( on a le droit de s'amuser aussi hein !) et même le "pignolage" ou le "fun"ça sert à réfléchir, c'est déjà pas si mal.
Le seul couteau fiable( par ex) sera celui que j'ai dans la poche au moment où ça chie, ça sera surement pas le truc avec 25 cm de tranchant avec le manche en truc-bidule-mes-genoux et la trempe selective qui va bien, mais surement un vieil opinel usé, voire que dalle ( apprendre à tailler un silex, c'est peut-être pas con !)...
Donc pour moi ( et moi seulement) la survie, c'est d'abord une assimilation de connaissances, puis un esprit débrouillard et inventif. Ce dont j'ai besoin ? Rien à part ce que j'ai dans mes poches et dans mon ciboulot. Ce que je n'ai pas quand ça merdouille ben, je l'ai pas, pas la peine de me faire des noeuds au cerveau avec ce que je n'ai pas ( si ma tante en avait, on l'appelerait mon oncle  :lol:).

25 mars 2009 à 21:25:55
Réponse #3

Outdoorsman


En fait il faut peu de matos.  J'ai appris péniblement et douloureusement à me passer de presque tout...  mais du même coup j'ai appris à quel point certains morceaux de matos sont indispensables...  couteau, ficelle, briquet, surface imperméable...  contenant qui va au feu...  bref tu vois l'idée.  Des trucs simples qui prolongent notre savoir-faire et notre envie de vivre ;)

100% d'accord.
L'idée c'est pas de dire qu'il ne faut rien mais plutôt que "l'art" de la survie c'est de savoir faire des tas de trucs avec pas grand chose.
"On a beau donner à manger au loup, toujours il regarde du coté de la forêt. " Ivan Tourgueniev
"Là où il y a une volonté, il y a un chemin" Edward Whimper
"Dégaine toi du rêve anxieux des bien-assis" Léo Ferré

25 mars 2009 à 23:00:12
Réponse #4

DavidManise


"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

26 mars 2009 à 06:22:16
Réponse #5

chtiAR


il n'est jamais trop tard pour "bien" faire ... je viens de m'apercevoir que j'étais (malgré moi) tombé du côté obscur matérialiste ...
exemple: je suis allé en montagne, une journée, pour des reconnaissance de sentier pour la mairie, avec un vieux montagnard...
moi: gros sac avec tout ce qui me semblait nécessaire
lui: sac (15l) à moitié vide: juste un thermos, 2 gobelets , un pique nique bien choisi  et un outil coupant polyvalent !

je me suis pris la claque de ma vie !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :-[

donc je suis en train d'essayer de revenir à l'essentiel ....pas facile !!! même si je connais la théorie !

merci !!!!

26 mars 2009 à 08:31:29
Réponse #6

vz


Tafdak avec chtiar .... Lors de mes randos à la journée, je bourre mon 40 L et j'en utilise que le quart .... Moi aussi j'ai cédé aux sirènes mercantilistes  :-[
"Timéo danaos et dona férentes"  Laocoon

26 mars 2009 à 08:38:08
Réponse #7

Sotret


il n'est jamais trop tard pour "bien" faire ... je viens de m'apercevoir que j'étais (malgré moi) tombé du côté obscur matérialiste ...
exemple: je suis allé en montagne, une journée, pour des reconnaissance de sentier pour la mairie, avec un vieux montagnard...
moi: gros sac avec tout ce qui me semblait nécessaire
lui: sac (15l) à moitié vide: juste un thermos, 2 gobelets , un pique nique bien choisi  et un outil coupant polyvalent !

je me suis pris la claque de ma vie !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :-[

donc je suis en train d'essayer de revenir à l'essentiel ....pas facile !!! même si je connais la théorie !

merci !!!!

Je comprends bien mais qu'avait le vieux montagnard par rapport à la liste des 4-5 indispensables cités par David (moyen de faire du feu, surface imperméable, notamment)  ;)

26 mars 2009 à 08:42:57
Réponse #8

DavidManise


C'est pas parce qu'on est vieux et montagnard qu'on a forcément raison non plus ;D

"Un bikkhu doit éviter deux extrêmes..." disait Siddharta ;) 

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

26 mars 2009 à 08:50:24
Réponse #9

chtiAR


je suis d'accord.
il avait ce qui est nécessaire à ce moment là: de quoi couper, de quoi faire du feu (briquet), un coupe vent et un pull, de quoi boire et manger, une radio, ficelle : ruban de marquage des sentiers.

donc il avait le nécessaire à ce moment là .

la Voie du milieu de Bouddha entre effectivement bien dans cette question matérialiste...même si lui y voyait plus une question de survie de l'âme (si on peut dire)
mais ici, le bouddhisme (grand véhicule) a été introduit tardivement après absorption de bribe de confucianisme et en étant plus ou moins absorbé par le shintoïsme: ici les bonzes sont  mariés et roule en Mercedes !...


26 mars 2009 à 09:03:10
Réponse #10

Diesel


Oui, c'est un sujet qui me touche aussi.
Aller à l'essentiel demande pas mal d'effort.

Au début on se passe de tout parce que l'on a pas les moyens, puis après on engrange. Un peu comme les écureuils.
On ne sait jamais ça peut servir .....  ::)
Puis on finit par relativiser et chercher ce qui est le plus utile dans son foutoir.

Après réflexion, je ne suis pas sur qu'il ne faille pas passer par toutes ces étapes pour devenir "raisonnable".
Par devenir raisonnable, j'entends partir jouer dehors sans fioriture (mais avec ses armoires qui débordent de matériel quand même).  :closedeyes:

Si je devais faire une analyse, je dirai que le matériel a été un support psychologique au début. Histoire de se rassurer,
une sujet de curiosité (et c'est toujours le cas). J'aime bien tirer des plan sur la comète sur tel ou tel objet.
C'est aussi la perversion d'une passion, on matérialise ce qu'on aime faire.  ^-^
Et là c'est paradoxal car le but du forum est d'arriver à se débrouiller avec ce que l'on a.  Ok, c'est toujours mieux d'avoir un truc de qualité mais on tombe, étrangement, rarement dessus du 1er coup  .... ni du second .... ni même du 3ème. Du coup, on achète et quand on a enfin trouver THE truc, on passe au suivant.  :lol:

Et parfois on finit par toucher du doigt l'essence ultime, le graal, le nirvana, bref on fini par devenir raisonnable.  ;D
Mais ça demande souvent de passer par des extrêmes. On appelle ça l'expérience, la maturité ......
En résumé, pour apprendre à se passer d'un truc, il faut l'avoir possédé ici bas.  :)

26 mars 2009 à 09:27:48
Réponse #11

DavidManise


Euh...  qui a parlé de culpabilité là ? ^-^

C'est quoi cette montée de lait ? ;D

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

26 mars 2009 à 09:36:59
Réponse #12

DavidManise


Venant d'un mec qui a un pantalon cimalp et une tente top moumoute en arrière plan sur son avatar, je pense pas que ça soit le propos non plus.  D'autant qu'il dit juste après :

100% d'accord.
L'idée c'est pas de dire qu'il ne faut rien mais plutôt que "l'art" de la survie c'est de savoir faire des tas de trucs avec pas grand chose.

T'es en train de t'inventer un truc qui t'énerve pour le plaisir de cogner dessus, là, mon pote.

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

26 mars 2009 à 09:43:07
Réponse #13

REd


C'est aussi la perversion d'une passion, on matérialise ce qu'on aime faire.  ^-^
Et là c'est paradoxal car le but du forum est d'arriver à se débrouiller avec ce que l'on a.

La perversion peut aller plus loin avec la matérialisation non de ce qu'on aime faire mais de ce qu'on aimerait faire.
Certain (je l'ai déjà fait) achètent pour vivre par procuration. Pour avoir l'impression d'acquérir de l'expérience.

Qui achète un tonfa sait se défendre.
Qui achète un RAT7 sait bâtonner.

Ça va au delà du rôle de l'objet.
Je veux dire, quelqu'un achète une bombe OC pour avoir un moyen de se défendre (rôle de l'objet) et ne s'y entraine pas (on parle souvent de ce comportement).
Cela va au delà dans le sens ou la personne en question va légitimer, par cette action, le fait de faire une démarche dans le sens de la défense.
Dans son esprit, elle acquiert de l'XP.

Et c'est d'autant plus paradoxal pour le forum car son existence fait aussi vivre ces perversions, alors que son but est à l'opposé comme le dit Diesel.

« Modifié: 26 mars 2009 à 09:56:42 par REd »

26 mars 2009 à 10:00:13
Réponse #14

DavidManise


Et c'est d'autant plus paradoxal pour le forum car son existence fait aussi vivre ces perversions, alors que son but est à l'opposé comme le dit Diesel.

Le forum est un support qu'on tire de toutes nos forces vers plus de réalisme et moins de superficialité...  On fait tout ce qu'on peut pour qu'au lieu de croire que le matos sauve de tout les gens comprennent que c'est seulement une petite partie du problème...  Je cite ad nauseam la pyramide des combatives (merci encore Serge) qui s'applique parfaitement bien ici :

Outils
Physique
Connaissances
¡¡¡ ETAT D'ESPRIT !!!

Mais j'ai de plus en plus l'impression que beaucoup s'en battent les c*u!lles avec un détachement qui frôle le foutage de gueule.  Donne du super matos à un trou du cul, ça reste un trou du cul.  En revanche, forme un mec pour qu'il devienne compétent, et il s'en sortira pas trop mal même avec du matos de m*rde.  Une fois qu'il est formé, donne lui du matos correct et surtout laisse le choisir son matos en fonction de ses connaissances et de son expérience, et là on aura un cocktail sympa qui additionne un bon état d'esprit, des connaissances suffisantes, un physique qui tient la route et des outils pour compléter le tout.

Le truc c'est que de tout ça, le plus facile à acquérir reste le matos...  donc beaucoup se précipitent.  Alors que pour énormément de gens, ce qui ne va pas ce sont les trois premiers niveaux de la pyramide.

Y'a pas de honte à avoir juste un ou deux niveaux sur quatre hein.  Par contre de croire que ça suffit, c'est tout bonnement et tout simplement faux et à côté de la plaque.

Après, moi le dépouillement en sens religieux du terme, je m'en bats les steacks.  Mais j'avoue qu'il y a quand même un truc esthétique sympa dans le fait de faire un stage avec 4 objets et de se rendre compte qu'avec le bon état d'esprit, les bonnes connaissances, un minimum de physique et très peu de matos on s'en sort assez bien.

Ceci dit, après, quand t'as 4 objets et seulement ça...  ben tu les choisis bien, et tu prends pas de camelote.  Tu prends les trucs simples, multi-fonction, et de super bonne qualité.

Essai sur le LOW-TECH : http://www.davidmanise.com/forum/index.php?topic=4536.0
Processus de sélection élimination matos --> http://www.davidmanise.com/forum/index.php/topic,8159.0.html

Ciao ;)

David
« Modifié: 26 mars 2009 à 10:09:51 par DavidManise »
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

26 mars 2009 à 10:27:04
Réponse #15

Eric Lem


Y a un parallèle qui me vient à l'esprit avec l'apprentissage du combat.

Au début, on est complètement perdu devant l'énormité de la tâche (apprendre à "survivre" ou apprendre à "combattre").
Pour tenter d'aprivoiser le cahos on va, dans un premier temps multiplier les ajouts... si je rajoute telle technique, je vais couvrir tel type de situation, si je rajoute encore celle-là je serai paré pour telle autre situation; si je me procure un OC (à l'ail) je pourrai tenir là distance les vampires, si je rajoute un pieu en argent je pourrai leur niquer leur race en CQB...

Et on engrange, et on engrange... des techniques, le dernier item SD qui va bien, encore des techniques, encore un petit item au cas où, une dernière technique ultime et encore un petit item de la dernière chance...

Et c'est comme ça qu'on se retrouve aussi chargé qu'un porte-avions, le cerveau ensevelli sous des monceaux de techniques ("apprises" mais pas "appropriées") et qu'on sera, au final, bien incapable de choisir à temps quel technique ou quel objet sortir.
De la même façon qu'on se retrouve en ballade d'une journée avec un sac qui pèse un troupeau d'ânes morts.

D'un côté, c'est humain... c'est une progression naturelle et "normale"... ya pas de quoi se flageller pour ça...

Par contre, à un moment donné, il faut aussi être capable de faire le chemin inverse:

Quelles techniques sont réellement utiles et quelles sont celles qui ne sont que des variantes?
Quels objets me sont réellement adaptés et lesquels tiennent du gri-gri?
Avec quoi est-ce que je couvre un maximum de situations possibles et avec quoi suis-je dans l'exceptionnel?
...

Finalement, c'est très "universel" comme réflexion...  ;D


Peace,

Eric.
*********************************
"...everyone's got their path brother.... choose wisely." - R. Dimitri
"La "baffe de gitan" j'imagine la grosse baffe de cow boy : c'est un moyen de dialogue qui peut permettre la syntonisation." - Kilbith


http://www.acdsbelgium.org/

26 mars 2009 à 10:37:48
Réponse #16

Sotret


TAFDAK avec Diesel !
Cela dit, on peut aussi considérer que l'opposition matériel/dépouillement, n'est pas aussi antinomique qu'elle en a l'air et qu'il s'agit des deux termes d'une progression.
AMHA, ça s'applique dans plein de domaines et je l'ai largement constaté en photographie.

Comme dit Diesel, au début tu n'as rien (ni matériel, ni compétence, ni budget), donc tu te tournes vers le matériel en premier, parce que tu en as quand même besoin. Il te faut quand même un appareil photo (ou un sac à dos, ou un couteau dignes de ce nom,...). Puis tu commences à apprendre et vient la frustation parce que le matériel ne répond pas (plus) à tes attentes, soit parce que tu as mal évalué tes besoins au départ, soit que tes ambitions ont évolué : il est dur de se lancer dans la photo animalière avec un compact, tu n'envisage pas une randi hivernale en laponie avec un sac de couchage 3 saisons de chez D4, le couteau de Rambo n'est pas ce qu'il y a de plus adapté à la récolte des champignons...Donc en vieillissant, et l'amélioration éventuelle de tes ressources le permettant, tu te tournes vers du matériel, plus technique, plus haut de gamme...

C'est précisément là, à mon avis, que se produit le hiatus et que le mieux est l'ennemi du bien. A ce stade, on rencontre grosso-modo deux types de personnalités : ceux dont les connaissances/compétences ont progressés en parallèle et dont les achats ont été réflèchis...et ceux dont les ressources les ont desservis et qui se sont jetés dans l'achat compulsif, en confondant le matériel et ce qu'il permet de faire. Quel photographe n'a jamais entendu "Dis donc, ton appareil, il fait de chouettes photos". Transposé,ça pourrait donner : "dis donc, ton fire steel, il fait de joli feux de bois...il me faut le même".

Evidemment, la limite n'est pas aussi tranchée : les individus du premier groupe se font aussi plaisir avec du beau matos et ne sont pas exempts de pignolades sur le sujet. Mais enfin, ils apprennent et savent s'en servir...

A partir de là, leurs chemins se séparent : Ceux qui ont appris quelque chose, préfèrerons toujours utiliser du matériel adéquat mais sauront s'adapter en cas de défaillance et trouverons une solution dégradée : on peut toujours photographier un mariage avec un compact de base, en s'adaptant aux limites du matériel et en les utilisant à son profit. Les autres seront dégoutés par l'absence de résultat, accuseront le matériel qui ne fait d'aussi jolis photos/feux de bois, comme quoi c'est de l'anarque, et recommenceront à zéro en changeant de marque.

Pour revenir au forum, qu'on n'y parle beaucoup de matériel (et encore, dans certaines rubriques seulement) n'est donc pas génant. Encore faut-il savoir y lire l'expérience sous-jacente. Le partage permet aux débutants de ne pas se précipiter chez l'armurier du coin pour acheter le couteau de Rambo, mais de réfléchir à ses besoins, ses envies et de trouver, peut-être, que la lame qui lui convient le mieux est celle d'une scie pliante...

mes deux deniers

Fred

26 mars 2009 à 10:38:04
Réponse #17

Moleson


Dépend un peu par ce que l'on entend pas survie.

Si c'est survivre après un crash en avion dans les andes. Ben tu demerde avec ce que tu as..

Si c'est partir pour plusieurs jours dans la nature en terrain potentiellement hostile, il n'y a aucune raison de ne pas prendre les derniers truc high tech qui ont l'avantage de rien peser, tout en pensant à ne pas surcharger le mulet. C'est un peu le même débat style vivre en autarcie et ne pas s'acheter une tronconneuse car on peu aussi couper le bois à la scie à main. :blink:

Ou pour moi la survie commence c'est quand je part pour un une petite promenade de < 24 heures et que j'emporte le minimum basique me permettant de survivre en cas de problème. Soit de quoi faire un feu, un couteau (un opinel c'est très bien), de la ficelle et de la corde, un récipient allant au feu, des vêtements de rechange, de quoi s'orienter et du tape.
Là les connaisances de survie deviennent importante pour pouvoir tirer le meilleurs parti de ceci.

Moleson

26 mars 2009 à 11:16:04
Réponse #18

sell58


Perso, ce que j'ai besoin c'est :
1/ Du calme pour réfléchir ( oui je deviens vieux et par manque d'entrainement j'ai besoin de calme pour réfléchir ----> faudrait que je m'entraine à penser vite et bien dans le bruit)
2/ De quoi être à l'abris de l'eau, du froid ou du chaud et  du vent ...
3/ De quoi "faire" mon eau.

Le reste ... on se débrouille avec l'environnement d'autant mieux que la condition 1/ est effective.

26 mars 2009 à 11:28:20
Réponse #19

ERECTUS


Pour ma part c'est avant tout POUR CA que je viens ici.
Les choses que tu possèdes finissent par te posséder...
après c'est vrai que le puma white hunter 2    :-[

Plus sérieusement, je pense que quand on se démerde avec peu..ça peut etre dur et frustrant au début, mais on finit par s'y faire, s'adapter et inventer des techniques justement. Des techniques qui vont bien avec le matos qu'on a.
On a peut etre pas le top du top en matiere de matos, mais on a appris, on sait s'en servir les yeux fermés et on le connait bien son matos.Et puis même, on l'aime bien, il est pas superflu, finalement il est là où il doit etre, il a sa place.Comme l'opinel dans la poche, on marche 5 m et...m*rde, qu'est ce que c'est que ce vide...oups, il est resté posé sur la table...
Après ça, on est bien fier de soi je trouve :)

Et quelle liberté de s'éclater avec ce qu'on pensait complètement insuffisant au début...! ::)



« Modifié: 26 mars 2009 à 11:50:44 par fogofwar »
Quand sa route est dure, le dur poursuit sa route

26 mars 2009 à 12:07:54
Réponse #20

lambda


Ah, cette question d abondance de materiel et de sa pertinence...

je pense aussi que le meilleur outil qu on ait reste la demi-noix gris rosatre coincee entre nos 2 oreilles.
les outils et le matos, c est juste, a mon humble avis, que des extentions de notre volonte et de nos capacites physiques naturelles:

par exemple, non exhaustif, loin de la:

- j ai un systeme de regulation thermique naturel, des reserves de gras  ;D , un peu de poil protecteur (cheveux...)...
bref je peux resister "a poil" avec "l equipement d origine" et survivre au froid/chaud dans une certaine mesure (sur un certain intervalle de temperature, pendant un certain temps)...

--------> les fringues et sacs de couchages poncho, et tout ce que l industrie textile peut nous offrir, permettent d etendre cette capacite de resistance naturelle (intervale de temperature plus large, pendant plus longtemps)...

- j ai des ongles et des dents qui me permettent de faire des bricoles en terme de: percer, trancher, tenir/pincer... mais c est assez restreint, il faut l avouer. et des mains pour apprehender et agir sur mon environnement immediat par manipulation des matieres premieres m entourant.

--------> l industrie couteliere et d outillage en general, permet d etendre ces capacites naturelles d interaction avec l environnement (trancher mieux, percer mieux, tenir/pincer mieux...)

du coup, pour moi, le matos ben c est juste ce qui me permet d etendre mes capacites naturelles, pour me faciliter la vie energetiquement parlant, et mieux m en tirer quand ca peut merder ou que la viree est un peu physiquement un peu raide...

c est aussi finalement me donner les moyens d appliquer la regle des 3 et d eviter:
- 3 sec d inattention,
- 3 min sans oxygene,
- 3 heures sans abris,
- 3jours sans eau,
...

grace a la preservation de:
- ma conscience,
- ma vision,
- ma mobilite,
- ma dexterite fine.

en gros le matos, quand je souhaite m en procurer ou m en fabriquer, c est parce que je me suis pose la question de mes vrais besoins, compte tenu de tout ca...

Si ca m aide pas a respecter la regle des 3 et ce qui s en suit. ben j en veux pas. voila, ca simplifie pas mal les choses...

Le fait est aussi, comme il a deja ete dis sur le forum: qu " on est pas assez riche pour acheter de la m*rde", du coup, j ai assez vite essaye d acheter (les rares fois ou ca arrive) une fois pour toute et c est tout, et d amener l objet jusqu a sa fin de vie fonctionnelle... naturellement, ca limite vite le nombre d Items qu on traine chez soi...

Enfin, le fait d essayer de fabriquer ces propres objets utilitaires, par gout, mais aussi, parce que ca permet de connaitre a fond ce qu on va utiliser ulterieurement, permet de se concentrer un peu sur l essentiel, je trouve: parce que c est souvent long et demande pas mal d effort. donc autant que cela soit consacrer a des items vraiment utiles...

en combinant un peu ces differents points de vues, ca peut permettre, naturellement, de limiter l "inflation" du phenomene de l achat compulsif  :D et nous aider a nous centrer sur l essentiel: nos vrais besoins, et le developpement de l etat d esprit nous rendant plus libre dans nos activites et moins prisonniers de nos "possessions"...

ca n empeche pas de rever devant les vitrines de revendeurs de matos outdoor, j aime bien faire ca aussi de temps en temps, mais justement, je trouve que le plaisir est encore plus grand, quand on a bien defini ces besoins, qu on s est equipe en consequence avec l essentiel necessaire. et que le reste n est que papillonnage sans obsession et prise de tete... c est comme aller au manege, ou au musee, on a vu de joli choses et objets, et passe un bon moment. mais une fois sorti, c est fini, on peut passer et penser a autre chose de plus essentiel: la viree sylvestre du prochain week-end avec un pote par exemple...  :D

juste une facon de voir....

a+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

26 mars 2009 à 12:17:34
Réponse #21

DavidManise


J'ai viré, ça me gave d'argumenter, comme me gave la tendance moralisatrice.

Fin de l'intervention pour moi, continuons à nous autoflageller pour expier nos fautes. :(

Moi je vois juste une discussion technique, là.  Pas moralisatrice...  et je m'autoflagelle pas, je bosse pour progresser.  Mais bon.  Respect, mon bon Pat. 

David
"Grand, gros, lourd, sale, fort et bête" ;)

Stages survie CEETS

26 mars 2009 à 13:21:38
Réponse #22

Pierr


Je pense qu'on a pas mal de matos (en moyenne) et qu'on en parle beaucoup parce que:
  • on ne pratique pas la survie mais la rando. Si un jour notre rando tourne par malheur à la survie, on fera avec ce que Murphy nous aura laissé (il est fort pour nous dépouiller). Pas le choix de toutes façons.
  • pour beaucoup de matériel on doit acheter par internet, sans toucher l'équipement --> questions, interrogations, erreurs, reventes ...
  • ça nous permet de vivre un peu notre passion lorsqu'on est coincé à la maison

Mon matos c'est pas du matos de survie mais du matos de rando.

26 mars 2009 à 13:25:38
Réponse #23

ERECTUS


t'as tout simplement raison Pierr..
et Pierr qui roule n'amasse pas le matos... ;D
..[EXIT]...
Quand sa route est dure, le dur poursuit sa route

26 mars 2009 à 14:18:21
Réponse #24

Chris-C


hihi  :) ça revient de plus en plus souvent cette discution matos/savoir faire nan?
espèrons qu'elle même a quelques choses.

En 1 an que je traine ici, j'ai passé vraiment pas mal de temps dans la section matos, c'est pas pour autant que j'achète ce que machin ou truc propose comme étant du bon matos.
Par contre fort de ces lectures, quand je vais dans un magasin, je sais comment regarder le matos,
comment décoder le blabla du vendeur et donc acheter plus intelligement.
Les posts sur le textile sont impressionnant, avant de me pointer ici je connaissais pas grand chose.
Alors j'ai plusieurs fringues, achetés au petit bonheur la chance, pareil maintenant je sais de mieux en mieux décoder les étiquettes.
sans dec y'a plusieurs post qui présentent du matos testés et retestés qui offre de bonne piste de reflexion avant de changer/réactualiser son matos.

D'ailleur je le redis, depuis 1an et le stage 4 objets mon sac à dos a maigri, j'emporte plus les trucs qui me servaient pas  ::) , bref comme quelqu'un la déjà dit ici, j'ai remplacé mes craintes par du savoir et du matos utiles et c'est que le début  :)

Donc pour moi les discutions matos sont importantes, je me sens pas obligé d'acheter et si j'ai envie
de me faire plaisir avec un truc inutile ça ne remets pas en cause mes acquis et au pire quelqu'un en profitera dans les petites annonces à moins chère.

On va pas arrêter de parler couteaux parceque certains blaireaux font n'importe quoi avec, on va pas
arrêter de parler matos parceque certain on la CB facile et vous aller pas arréter de parler d'autres sujets
plein de signals parceque certain sans battent les steacks hachés ;)

Moi ça me dérenge pas de croiser un mec pleins de gadgets partout, ni de croiser un mec zarbi à moitier à poils dans la neige du moment qu'ils ont le sourir et qui laissent pas trainer leur m*rde derrière eu.

Bref dépouillez vous mais pas votre voisin  :lol:

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité