Nos Partenaires

Auteur Sujet: Sursac et montagne en été ?  (Lu 6114 fois)

13 novembre 2008 à 19:08:28
Lu 6114 fois

Gobanon


Bonjour,

Pour l'été prochain, j'ai décidé d'aller faire un tour en montagne[1] mais je ne connais pas vraiment le temps qu'il y fait en général (d'après ce que j'ai lu ça m'a l'air très variable : brouillard/orages qui tombe d'un coup, chute des températures assez forte etc.).
Je cherche donc un sursac qui pourrait compléter mon sac de couchage que j'ai actuellement - un S10 light quechua (duvet) dont le niveau de confort limite est vers 10°C - : vers quoi je devrais m'orienter sachant que je serais aussi en plaine et pas qu'en hauteur ?

[1] Je prévois d'aller dans les Alpes.

Gobanon
« Modifié: 13 novembre 2008 à 21:42:13 par Gobanon »

13 novembre 2008 à 21:49:34
Réponse #1

Gobanon


Bon alors, cette interrogation publique m'a poussé à aller chercher des infos moi-même.

Donc en été, niveau montagne, faut faire gaffe )à l'effet Fœhn et il fait chaud la journée au versant ensoleillé (donc déshydratation et hyperthermie à surveiller de près).
Les orages et brouillards, on les sent/voit arriver. Ils sont moins intense (fréquent?) en moyenne et haute montagne.
Il faut éviter les sommets en cas de gros temps.

Donc, je pense qu'un sursac pour protéger de l'humidité et des températures fraîches (au dessus de 0°C) devrait être suffisant. :)


Gobanon

14 novembre 2008 à 02:27:39
Réponse #2

François


D'autres qui connaissent mieux les Alpes te répondront peut-être, mais d'après moi un S10 cela peut être un peu limite. Un sursac étanche t'abritera de la pluie, pas nécessairement de l'humidité, et les changements de temps peuvent être assez rapides pour que tu n'ai pas le temps de redescendre avant la nuit. Enfin c'est à toi de voir, çà dépend où tu va et à quelle moment de l'été (en été un S15, un poncho et une space blanket me suffisent, mais je descends sous la limite des arbres au moindre soupçon de rafraichissement, et j'ai toujours beaucoup d'habits chauds). Profite de l'hiver pour essayer ce matériel en plaine, sous la pluie, par 0°+ et neige fondante, tu te fera une idée.

Le foehn, c'est un vent chaud. En altitude, il n'est pas désagréable pour les randonneurs. Ce qui peut être dangereux c'est la fin du foehn, si on est parti trop légèrement équipé. La température chute de 10 à 20° en quelques heures.
Espérer le meilleur, prévoir le pire.

14 novembre 2008 à 07:20:33
Réponse #3

Corin


Pour l'été prochain, j'ai décidé d'aller faire un tour en montagne[1] mais je ne connais pas vraiment le temps qu'il y fait en général (d'après ce que j'ai lu ça m'a l'air très variable : brouillard/orages qui tombe d'un coup, chute des températures assez forte etc.).
Si tu n'as jamais approché l'univers de la montagne, je ne te conseille pas de te lancer tout seul sans expérience, même pour de la randonnée. En premier, les conditions n'ont rien à voir avec la plaine. A 2000-3000 m., l'exposition au soleil peut brûler un petit bout de peau oublié. Un simple orage ou une chute de neige (ça se voit même en août) peut rendre inutilisable le chemin facile emprunté à l'aller,...
Je sais que, chaque année, des tas de gens se lancent sans précaution... Et l'hélico les évacue rapidement (quand ils sont sur des sites fréquentés).
Deux bons organismes pour se former: Le Club Alpin Français www.ffcam.fr et l'UCPA (de très bonne réputation; ma connaissance est assez limitée sur leurs prestations) www.ucpa.fr Regarde le programme, dès cet hiver, tu peux y apprendre la cascade de glace http://www.ucpa-vacances.com/programme.aspx?programme=TFAIGZM40&univers=110&annee=2008&mois=12

Je cherche donc un sursac qui pourrait compléter mon sac de couchage que j'ai actuellement - un S10 light quechua (duvet) dont le niveau de confort limite est vers 10°C - : vers quoi je devrais m'orienter sachant que je serais aussi en plaine et pas qu'en hauteur ?
Déjà, ton sac n'est pas en duvet mais en synthétique (100% polyester, d'après l'onglet Info Plus de la page de présentation de ton matos).

Bon alors, cette interrogation publique m'a poussé à aller chercher des infos moi-même.

Donc en été, niveau montagne, faut faire gaffe )à l'effet Fœhn et il fait chaud la journée au versant ensoleillé (donc déshydratation et hyperthermie à surveiller de près).
Les orages et brouillards, on les sent/voit arriver. Ils sont moins intense (fréquent?) en moyenne et haute montagne.
Il faut éviter les sommets en cas de gros temps.

Donc, je pense qu'un sursac pour protéger de l'humidité et des températures fraîches (au dessus de 0°C) devrait être suffisant. :)
Pour ton info, les orages sont souvent un des phénomènes que les gens voient le moins arriver (vallées encaissées, pas de vue dégagée). Ils sont très fréquents l'été et particulièrement intenses en moyenne et haute montagne. Le changement de temps est souvent très rapide (d'où la nécessité de consulter la météo avant de partir). On ne part pas par mauvais temps.

Enfin, pour ton sac et sursac, fais des économies et attends Noël.
Un principe absolu qui se vérifie depuis que je fais de la montagne: "on n'est pas assez riche pour s'acheter de la m**de". Ca m'a beaucoup embêté quand j'étais jeune parce que ça limitait mes élans consuméristes mais en fait, en montagne, ton matos est ce qui va garantir ta sécurité.
A partir de là, il n'est plus question d'économie. On n'investit pas sur ce qui est secondaire mais on doit être très exigeant sur l'important (vêtements, éléments de protection). Tu peux ne pas avoir de couteau et de fourchette et te contenter d'une cuillère et utiliser une vieille casserole mais tu ne peux pas envisager de bivouaquer avec un matériel à bas prix.

Ton sac est fait pour se balader en plaine par beau temps ou dormir chez les copains. Pas pour aller en montagne.
En montagne, l'été, il te faut un 0°.
Les températures sont fraîches, dès que le soleil disparaît. Les nuits en montagne, l'été, il n'est pas rare de n'avoir que quelques degrés (il suffit d'un peu de vent).

Bref, avant de t'acheter du matos, forme-toi auprès d'un organisme spécialisé. Au lieu d'acheter, fais-toi prêter, loue,...
Bienvenue dans le vrai univers de la montagne. Celui où, à vie, tu seras obligé de choisir entre le futile et la sécurité, l'utile et l'agréable, l'essentiel et l'accessoire, la qualité et la daube.

Acheter un sac à 19 euros pour gâcher tout son séjour qui coûte plusieurs centaines d'euros parce que tu seras obligé de rentrer précipitament, ça n'est pas une bonne affaire.

Ca risque de te paraître un peu dur mais, perso, je ne te laisse pas partir comme ça.

A+

14 novembre 2008 à 08:54:18
Réponse #4

Diesel


Corin a bien résumé les choses.

La montagne ce sont des UV à volonté et des conditions qui peuvent changer très vite (orage, température, pluie, vent....)
Le minimum à 2000m est bien de partir avec un sac de couchage 0° confort en été. Surtout si on dort dehors.
La dernière fois que je suis parti dans les alpes (altitude moyenne 2000 2500m) j'ai eu droit à des gelées le matin. Et tout ça en plein mois de juillet.   ::)
Avec un temps humide et un peu de vent, c'est tout de suite le froid garanti.

Je peux même te mettre une petite photo pour illustrer.  ;D


De même une crème solaire écran total est quasi obligatoire. On ne sent pas la chaleur en montagne, on peut très bien se retrouver complètement brûlé après une matinée passée à marcher sous la brume.
Les UV ne sont pas arrêtés par les nuages. Pour peu que l'on ait la peau fragile, c'est de suite le coup de soleil assuré.
Donc vêtements à manches longues, chapeau à large bord et crème à volonté.

Le S10 esr sans doute un bon sac mais pour la plaine. Dès que l'on touche à la haute montagne, c'est autre chose qu'il faut. Il y a tout de suite moins de place pour l'amateurisme. ;)


14 novembre 2008 à 09:22:11
Réponse #5

Arvernos


Comme la cavalerie, j'arrive un peu en retard, mais je ne peux que "plussoyer" (berk !) avec Corin & Diesel.
Perso, j'ai fait (un peu) de montagne, et je suis (un peu beaucoup) météo, et bien je mettrais +1 à chacune des remarques pertinentes de Corin.
En particulier sur les orages qu'on ne voit pas arriver (même en connaissance de cause, je me suis fait piéger une ou deux fois),
sur la nécessité de prendre la prévi avant de partir (et avec toutes les réserves d'usage : une prévi météo n'est qu'une prévi, elle ne reflète que ce qui a le plus de chances de se produire en fonction de ce que l'on sait, ce ne sont pas les Tables de la Loi, donc ajouter une marge de sécurité : matos emporté ou chronologie de la course), (NB : en Arvernie, récemment, certains membres du forum ont pu vérifier, disons, ... l'humilité des prévis météo  ;)),
sur la nécessité du matos de qualité ("on n'est pas assez riche pour s'acheter de la m**de":up: - perso, ma belle-mère disait souvent "le moins cher c'est le plus cher ...  ;) "), au moins pour ce qui concerne les priorités (abri, couchage, premiers soins) ...

Bref, tiens compte des conseils avisés des deux personnes expérimentées qui se sont exprimées avant moi, tu n'en tireras que davantage de plaisir l'été prochain !

Pour illustrer mon propos sur les orages, 2 banals clichés de nuages (pris pour mon boulot), juillet 2006, en haute-Ariège (pic des 3 Seigneurs pour ceux qui connaissent). Le premier et le second sont séparés de quelques dizaines de minutes seulement, l'orage est arrivé - comme souvent - par le versant opposé à celui de notre grimpette, et un quart d'heure après la 2nde photo, l'APN était planqué au fond du backpack pour le protéger du mur d'eau qui nous tombait sur la figure  ;D ...
Se mettre en évidence est à la portée du premier venu. Mais il faut beaucoup de talent pour passer inaperçu.
                                            Robert Heinlein, Double Etoile

Il n'y a guère d'homme assez habile pour connaître tout le mal qu'il fait.
                                                                 François de La Rochefoucauld

Quand on n'a aucune chance... alors il faut la saisir !

14 novembre 2008 à 10:15:35
Réponse #6

Pierr


Je n'ai aucune expérience de la montagne donc ne prend pas ma suggestion comme une opposition aux conseils de Corin et Diesel. On entend assez souvent parler d'accident en montagne, c'est un milieu avec lequel on ne doit pas faire de compromis.

Ceci dit, pas besoin de dépenser une fortune non plus, je crois. Un sac Quecha (duvet ou synthétique) peut faire l'affaire je pense. Simplement pas un 10°c. Il te faut un 0°C ou moins. Ça sera plus encombrant évidemment mais les températures données ne sont que très indicatives et il te faut de la marge. Si tu es fatigué, tu n'a pas bien mangé, pas assez bu ... tu seras beaucoup plus exposé aux risques d'hypothermie. Même s'il fait 5-10°C dehors. Après tout ton corps est à 37°C lui, ça fait déjà 27°C d'écart!

14 novembre 2008 à 10:42:14
Réponse #7

Kilbith


Pierr,

Qualité ne veux pas dire cher. Le matos Quechu est très bien pour le prix. Certes il est un peu lourd, un peu moins durable (?) que des marques plus prestigieuses....Mais ça c'est pas grave un "jeune" peut supporter une charge lourde et un poil d'inconfort. S'il n'est pas physique il ira juste moins haut, moins loin.... mais en sécurité.


A la lecture de son post, il semble ne pas être du tout au courant des réalités montagnardes. D'où la réaction de Corin et Diesel. Déjà le titre "montagne en été" m'a fait sourire. Cela ne veux rien dire, en été il peut faire très chaud, très froid, du soleil de plomb, de la pluie, de la grêle "oeuf de pigeon" voir 30cm de neige en quelques heures. Tout dépend du lieu, de l'altitude, de l'expostion, des circonstances.....En hiver pas de surprise seuls les fous sont mal équipés. En été....que des surprises!

Ce que voulaient dire Corin et Diesel, c'est qu'il faut avoir "ce qu'il faut". On peut se passer d'un thermarest autogonflant à 50 € (isolation + confort) et prendre à la place une mousse à 5€ de chez Carrouf (pas de confort mais l'isolation est suffisante). En revanche on ne peut pas se passer de matelas.....sauf à rogner sévèrement sur la sécurité.

La montagne est impartiale, pour elle il n'y a ni vieux, ni jeune, ni débutant, ni expérimenté : juste des gens adaptés aux conditions qu'elle propose ou pas adaptés.

did
"Vim vi repellere omnia jura legesque permittunt"

14 novembre 2008 à 10:44:12
Réponse #8

Gro


Ayant expérimenté la survie en quasi autarcie en montagne (vosges puis pyrénnées...histoire de démarrer doucement) sans la moindre experience et sans aucun materiel approprié, mon voyage, qui  devait au départ être idilique (c' est toujours comme ca sur le papier... ::)) ne fut qu' une succession de galeres et de déconvenues...Et oui: juillet/aout, c' est l' été...1 short, 1 t shirt, 1 plaid polaire feront l' affaire...me disais-je...heureusement que LE chèque vierge que j' avais emmené trainait dans le coin...Après trois jours de pluies et d' orages, coincé sur les hauteurs, aproximité d' un refuge "passoir" dont le conduit de cheminé était déséspérément bouché, et où le baromètre ne dépassait guère 5 a 9°(en short ca pèle!), je me suis pris a me dire que l' aventure , si belle soit elle (arf...se complaire dans la difficulté)méritait au moins un equipement minimum adéquat et d' avoir ne serais ce qu' un peu la tête sur les épaules...
Conclusion de tout ce barratin (je ne peux pas m' en empecher! :-\):Ecoute bien les conseils et ne cherche pas a economiser sur les materizux essentiels non pas a ton bien être mais au moins a ta surrvie...Un bon couchage, du matos textile approprié (spé thermiques au moins pr la nuit), et la nourriture ou substitut (style poudres en tout genre en cas de coups durs)!
Sinon, pour info,cet été je fais le tour de france via les massifs...si cela interresse quelqu' un , je serais ravi de partager cette experience...
soyez heureux!

14 novembre 2008 à 12:41:57
Réponse #9

Gobanon


Aucun doute que j'écouterais, ce topic est là pour que j'attrape les bons conseils. ;D
Je suis d'ailleurs très content d'avoir des réponses franches, c'est mieux ainsi (c'est au moins un langage où je n'ai pas à faire d'effort pour le comprendre :D).

Bon, je retiens plusieurs choses pour le moment :

- mon sac de couchage actuel est à changer : 0°C confort (voire -5°C tant qu'à faire).
- pas chercher à économiser sur le matos : sécurité avant tout etc.
- renseignement sur la montagne auprès d'organisme (merci des liens)
- la météo peut être très capricieuse et elle peut bloquer.
- je vais relire ce topic également pour voir si je n'ai pas loupé une infos en cours de route.

Bon, par contre, il est certain que j'ai envie de faire seul ce voyage. Avec le moins d'assistance possible (haïssant demander de l'aide sauf si je ne peux vraiment plus rien faire) etc.

En tout cas, merci de vos réponses. ;)

14 novembre 2008 à 13:38:21
Réponse #10

lambda


Salut a toi:

- avertir au moins famille et/ou amis de ton periple: chemin prevu/ zone couverte et de sa duree prevue, et idealement, informer la gendarmerie en vallee de ton projet.
- bosser tes cartes et te familiariser avec l usage de ta boussole et/ou ton GPS (deja fait peut etre  :-[ )
- privilegier plusieurs points de replis sur le parcours prevu (refuges publics, abri de bergers si indiques sur carte) et une ou plusieurs chemins de retour, au cas ou ca serait plus dur que prevu.
- en plus des fringues adequats, des grosses chaussettes en rab (ca vaut son pesant d or en rando...)

Quelques points importants, je pense, la liste n etant pas exhaustive, juste pour completer les conseils avises des copains.

a+,
Lambda
"I want to live in a society where people are intoxicated with the joy of making things." William S. Coperthwaite

14 novembre 2008 à 13:53:16
Réponse #11

Pierr


Bonnet (pas de vasocontraction --> bcp de perte de chaleur) et protection contre la pluie (l'eau conduit la chaleur 27x plus vite que l'air)

Serait-il opportun de faire une page wiki sur les précautions indispensables à la rando en montagne? Il y a ceci: http://www.davidmanise.com/mediawiki/index.php/Milieu_alpin mais je pensais à quelque chose de plus court et directif comme les conseils émis sur ce fil.

14 novembre 2008 à 13:55:38
Réponse #12

Diesel


Il ne faut pas croire que l'on cherche à rabaisser le matos D4 etc ...
Je n'ai pas beaucoup de matos haut de gamme moi non plus. je ne suis pas un professionnel de la montagne, je peux me contenter de moindre qualité (surtout le temps d'un week-end). ;D
Simplement, il y a des compromis acceptables pour une randonner en plaine ou moyenne montagne qui ne passe simplement pas en haute montagne.
La raison est simple : en haute montagne, tu ne peux souvent pas redescendre jusqu'au village le plus proche très rapidement si quelque chose cloche.
En gros, tu n'as que ce que tu portes avec toi en cas de pépin climatique ou autres.
C'est pour ça que de lire "j'ai un sac 10° confort" connaissant un peu la montagne fait un peu frémir (j'évolue surtout en moyenne montagne pour ma part, c'est plus Corin qui est un alpiniste que moi).

Le sac de couchage, c'est ta bouée de secours. C'est lui qui te permet de garder tes précieuses calories quand tout va mal. Dans un milieu comme celui ci, un couteau n'est pas d'un grand secours, la priorité va aux vêtements et au sac de couchage.
Si celui ci est déjà limite par beau temps, alors que tu es en forme, tu penses bien que malade, fatigué avec un temps pourri ce sera nettement insuffisant et donc dangereux.

Il faut oublier toutes ces histoires de kit de survie, de couteau machin chose de la mort etc .... c'est du vent.
ça ne sert, en général, qu'à compenser l'absence de sac de couchage.  ;)
Je dis ça parce que j'ai vu ici un résumé de rando avec des kits pour le feu pour ci et pour ça plein le sac à dos.
C'est le coté phantasme du forum mais sans sac de couchage potable, sans vêtements adaptés etc .... Bref, sans le coté rationnel du forum par contre.

La montagne est un milieu bien spécifique qu'il ne faut pas sous-estimer.
« Modifié: 14 novembre 2008 à 19:14:27 par Diesel »

14 novembre 2008 à 14:47:34
Réponse #13

Gobanon


Je prends note des remarques. Merci bien.
Par ailleurs, j'ai 6 mois au moins pour m'y préparer à tout ça. ;)
Et je pense partir à pied de chez moi (Basse-Normandie) pour aller en montagne.

Citer
Simplement, il y a des compromis acceptables pour une randonner en plaine ou moyenne montagne qui ne passe simplement pas en haute montagne.

Je n'ai pas vraiment l'intention de faire de la haute montagne (sauf si un sentier mène facilement au sommet donc ça serait pour voir d'en haut, un peu comme sur la peinture de Caspar David Friedrich : Le Voyageur contemplant une mer de nuages). Donc moyenne montagne, zone forestière etc. surtout.

14 novembre 2008 à 18:07:03
Réponse #14

Diesel


Je n'ai pas vraiment l'intention de faire de la haute montagne (sauf si un sentier mène facilement au sommet donc ça serait pour voir d'en haut, un peu comme sur la peinture de Caspar David Friedrich : Le Voyageur contemplant une mer de nuages). Donc moyenne montagne, zone forestière etc. surtout.
Je te comprends, c'est un truc magique d'être au dessus des nuages.  ;)

14 novembre 2008 à 18:10:40
Réponse #15

Gobanon


J'imagine ! 8)

Je suppose qu'on bivouaque pas au sommet par contre ?

14 novembre 2008 à 18:32:35
Réponse #16

Diesel


Pas forcement. En fait les mers de nuages ne sont pas forcement à 3000m. Il suffit parfois de surplomber une vallée pour y avoir droit.
Enfin mer de brume plutôt ou de nuages bas mais c'est aussi très joli. J'espère pouvoir photographier un de ces jours une mer de nuages sur la chaîne des Puys comme je l'ai vu il y a quelques années. Les sommets des volcans surnageaient comme des petites iles .  :love:

Quand à camper, ça dépend de l'endroit et de ton sac de couchage. Et il y a souvent des refuges en montagne. ;)

14 novembre 2008 à 18:46:52
Réponse #17

jilucorg


Justement, il y a une info qui manque complètement je trouve, par rapport à cette histoire initiale de sac de couchage : Gobanon, tu envisages de dormir et comment ? En refuge, sous tente (et si oui, avec quelle tente), sous une bâche (avec ou sans sursac) ? Tu parles de "bivouaquer" : quelle représentation as-tu de ce terme, concrètement tu te vois passer tes nuits dans quelles conditions matérielles ?
Parce que le choix d'un sac de couchage dépend quand même beaucoup de ce qu'il va y avoir "autour" de celui-ci ! :)


jiluc.

14 novembre 2008 à 19:25:51
Réponse #18

Gobanon


J'ai hésité à mettre ces informations déjà.
Je vais répondre donc :

Comme dit plus haut (je crois), je compte me passer de toute assistance possible tant que faire ce peut.
J'ai donc prévu une tente Quechua (celle-là qui se déplie en 2 seconde). Et également une tarp (3mx3m) pour protéger de la pluie ; ou s'il fait vraiment trop chaud pouvoir dormir en recueillant le peu d'air frais qui puisse passer par là (voire les grosses tempêtes de vent comme l'explique David Manise ailleurs) etc ... avec un sursac.
Je préfère cependant la tente à cause des insectes qui sont chiants (enfin ils arrivent à rentrer partout ...).
Donc dormir en pleine nature dans la tente ou la tarp.

Bivouaquer : camper en plein air.
Quand je pense à ça, je vois le feu de camps, la tente, les saucisses grillés, jouer à la gratte (les clichés qu'on reproduit tous un jour en gros :D) ... et donc dormir une nuit sur l'emplacement et reprendre la route le lendemain.

Citer
Parce que le choix d'un sac de couchage dépend quand même beaucoup de ce qu'il va y avoir "autour" de celui-ci !

C'est-à-dire ?

Ceci dis, ce que je vise dans le matos, ce sont des choses polyvalentes, adaptables pour de différentes conditions climatiques, environnementales avant tout.

14 novembre 2008 à 19:31:10
Réponse #19

Diesel


C'est à dire que la température donnée pour un sac de couchage ne reflète pas vraiment la température qu'il peut réellement atteindre selon qu'il soit utilisé sous tarp, dans le vent, etc .... sans compter la personne elle-même.
Si en plus on y ajoute un petit vent frais ....  ;D

Dis moi, tu plaisantes pour la tente 2 secondes ? c'est intransportable comme truc.  :blink:
ça fait un cercle d'un bon mètre de diamètre au moins. ça va pour du camping, pas pour de la rando.
Tu marches un peu, tu te poses et hop, tu campes, c'est ça ?.

14 novembre 2008 à 19:35:56
Réponse #20

bloodyfrog


Tu as 6 mois pour réfléchir, et c'est pas plus mal...

Parce que là, le périple Normandie-Ecrins avec la 2S dans le dos à la tortue ninja, la gratte comme tu dis, et la grille pour les saucisses... tu risques de ne pas dépasser Paris... :-[ ;D

Manu.

14 novembre 2008 à 19:53:40
Réponse #21

jilucorg



14 novembre 2008 à 20:05:11
Réponse #22

Gobanon


Sympa le lien ! :lol:

Citer
Tu as 6 mois pour réfléchir, et c'est pas plus mal...

Effectivement ! ;D
Et d'ailleurs, je suis là pour me préparer héhé.

Citer
Tu marches un peu, tu te poses et hop, tu campes, c'est ça ?
Non, je peux avaler des dizaines de kilomètres sans gros problème mais je n'ai jamais eu à m'arrêter pour camper par contre ...

Par ailleurs, je n'ai jamais testé encore cette tente là sur le terrain.

Citer
C'est à dire que la température donnée pour un sac de couchage ne reflète pas vraiment la température qu'il peut réellement atteindre selon qu'il soit utilisé sous tarp, dans le vent, etc .... sans compter la personne elle-même.
Si en plus on y ajoute un petit vent frais .... ;D

Pour la rando (je n'ai que fais du camping pour le moment (bois, bord de mer)), c'est mieux la tarp ?

14 novembre 2008 à 22:03:30
Réponse #23

bloodyfrog


Un tarp, c'est pas "mieux" qu'une tente. C'est juste plus léger, plus compact dans ton sac.
Monter un tarp sous toutes conditions, en adaptant le montage selon ces mêmes conditions, requiert un peu de pratique...
Vivre et dormir sous un tarp aussi. Les contraintes et les sensations ne sont pas les mêmes que sous une tente.

C'est tout de même la solution que beaucoup choisissent ici, car ce mode de bivouac, en plus tes qualités citées plus haut, t'offre un lien plus étroit avec ton environnement, la Nature.

Je t'invite avant tout investissement à expérimenter la nuit sous tarp, d'abord par nuit clémente, puis par une nuit plus venteuse/pluvieuse.
Pas besoin de beaucoup d'investissement, une bache de bricolage en 2X3 te permet de travailler quelques montages, tranquillement, au fond du jardin...

Si tu arrives à te trouver avec un tarp, la tente deviendra une dépense superflu (la 2S est très bien pour le camping itinérant en voiture, mais beaucoup trop volumineuse pour de la rando).
Si tu n'es pas à l'aise, choisis toi une petite tente de qualité, à monter soi même certes, mais compact et légère au fond du sac.

Des dizaines de kilomètres sur une journée peut être... Sur un périple comme celui que tu veux entreprendre, tu vas devoir ménager la monture si tu veux y trouver un peu de plaisir... ton "rite de passage" n'a pas besoin de se faire dans la douleur...

Manu. :)

15 novembre 2008 à 10:21:33
Réponse #24

jilucorg


Si tu n'es pas à l'aise, choisis toi une petite tente de qualité, à monter soi même certes, mais compact et légère au fond du sac.

Il serait peut-être bien que tu puisses là aussi tester ton ressenti d'une petite tente de bivouac : certains ont du mal à supporter le confinement (avec les modèles à la fois légers et pas chers, nez à quelques centimètres du toit,  dessus de la tête et plante des pieds "en appui", condensation qui peut être très importante...) Si tu peux emprunter un modèle comparable à celui que tu achèterais, et l'essayer par des nuits assez fraîches (important), comme c'est le cas en plaine en ce moment même, avec tout le matériel que tu transporteras, ça pourrait t'éviter des déconvenues. [Essai à effectuer à proximité d'un logement de repli, en cas...]

Citer
Des dizaines de kilomètres sur une journée peut être... Sur un périple comme celui que tu veux entreprendre, tu vas devoir ménager la monture si tu veux y trouver un peu de plaisir... ton "rite de passage" n'a pas besoin de se faire dans la douleur...

Oui, par rapport à ce que tu dis de ton projet, dans quel but voudrais-tu parcourir de longues distances ? Ce sont les étapes qui constitueront une bonne part du plaisir que tu sembles attendre, donc il vaudrait peut-être mieux consacrer du temps à celles-ci — et faire en sorte d'être en état pour en profiter —, plutôt qu'à "tailler la route" pour t'écrouler le soir épuisé et douloureux, faire les niveaux en nutriments, et sombrer aussitôt après dans un sommeil de brute... :)


jiluc.

 


Keep in mind

Bienveillance, n.f. : disposition affective d'une volonté qui vise le bien et le bonheur d'autrui. (Wikipedia).

« [...] ce qui devrait toujours nous éveiller quant à l'obligation de s'adresser à l'autre comme l'on voudrait que l'on s'adresse à nous :
avec bienveillance, curiosité et un appétit pour le dialogue et la réflexion que l'interlocuteur peut susciter. »


Soutenez le Forum

Les dons se font sur une base totalement libre. Les infos du forum sont, ont toujours été, et resteront toujours accessibles gratuitement.
Discussion relative au financement du forum ici.


Publicité